Le Blanc à lunettes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la littérature de langue française
Cet article est une ébauche concernant la littérature de langue française.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le Blanc à lunettes
Auteur Georges Simenon
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Genre Roman
Éditeur Éditions Gallimard
Lieu de parution Paris
Date de parution 1937
Nombre de pages 251

Le Blanc à lunettes est un roman belge de Georges Simenon, paru en 1937.

Résumé[modifier | modifier le code]

Au retour d'un voyage en Europe, Ferdinand Graux, colon installé au Congo depuis quelques années, trouve chez lui lady Makinson, femme d'un diplomate anglais en poste au Proche-Orient, et le jeune capitaine Philps, fils d'un important homme d'affaires. Voyageant tous deux à bord d'un avion privé pour se rendre chez un de leurs amis, le major Crosby, ils ont dû faire un atterrissage forcé dans le domaine de Graux. Lady Makinson souffre d'une rotule démise. Ferdinand, qui a des connaissances en médecine, entreprend de la soigner et tombe amoureux d'elle, provoquant la jalousie de Baligi, la jeune ménagère noire qui lui sert de maîtresse. Devenu l'amant de lady Makinson, Graux la suit, malgré elle, quand celle-ci part retrouver son mari à Stamboul. Entre-temps, Emilienne, la fiancée de Graux restée en France, a compris, grâce à des recoupements fournis par des lettres de Ferdinand, que « quelque chose se passait ». Elle part pour le Congo, mais arrive trop tard : Ferdinand n'est plus là. Sans perdre son sang-froid, elle l'attend et s'occupe du domaine, tout en recueillant les confidences de Camille, l'intendant et l'ami de son fiancé. Elle fait la connaissance des Bodet, jeune couple de Belges récemment installés à la colonie et que Ferdinand avait rencontrés sur le navire, lors de son voyage de retour. Mais rien ne va plus dans ce ménage : Georges Bodet tentera finalement de tuer sa femme, avant de se suicider. Trois semaines plus tard, Ferdinand, guéri de sa tocade, revient à la plantation. Grâce à la compréhension dont fait preuve Emilienne, qu'il aime vraiment, la vie pourra continuer entre eux.

Aspects particuliers du roman[1][modifier | modifier le code]

Le récit, fait du point de vue du narrateur, est entrecoupé par endroits de passages rapportés du journal que tient Ferdinand Graux.

Fiche signalétique[modifier | modifier le code]

Cadre spatio-temporel[modifier | modifier le code]

Espace[modifier | modifier le code]

Congo belge (près de Nyangara). Références à diverses villes d’Afrique ainsi qu’à la France, à la Belgique et à la Turquie.

Temps[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine.

Les personnages[modifier | modifier le code]

Personnage principal[modifier | modifier le code]

Ferdinand Graux, surnommé « le Blanc à lunettes » par les indigènes, colon, propriétaire d’une plantation de café près de Nyangara. Célibataire. 28 ans.

Autres personnages[modifier | modifier le code]

  • Emilienne Tassin, fiancée de Graux, 27 ans habite chez ses parents à Moulins
  • Lady Mary Makinson, Anglaise, 30 ans
  • Capitaine Philps, Anglais, ami de lady Makinson
  • Georges Bodet, administrateur belge adjoint à Nyangara, et son épouse Yette.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Univers de Simenon, sous la direction de Maurice Piron avec la collaboration de Michel Lemoine.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]