Le 51e État

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le 51e État
Titre québécois Formule 51
Titre original The 51st State
Réalisation Ronny Yu
Scénario Stel Pavlou
Musique Headrillaz
Acteurs principaux
Sociétés de production Focus Films (en)
Alliance Atlantis Communications
Fifty First Films
National Lottery
Artists Production Group
Canadian Film or Video Production Tax Credit
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau du Canada Canada
Genre comédie d'action
Durée 92 minutes
Sortie 2001


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le 51e État (The 51st State) est un film britannico-canadien réalisé par Ronny Yu, sorti en 2001.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Arrêté pour consommation de marijuana dans les années 1970, Elmo McElroy n'a finalement pas pu exercer comme pharmacologue. Trente ans plus tard, Elmo est un devenu un chimiste un peu fou travaillant pour le narco-trafiquant « Le Lézard ». Elmo met au point le P.O.S. 51, une drogue « parfaite » qui donne l'impression que Dieu lui-même est venu vous faire signe. Bien décidé à commercialiser son petit chef-d'œuvre sans intermédiaire, Elmo se débarrasse de son encombrant patron, Le Lézard, pour rallier l'Angleterre - le 51e État des États-Unis d'après Elmo. Il est accueilli par Felix DeSouza, un petit malfrat de Liverpool travaillant pour Leopold Durant. Grand bavard et fan du Liverpool Football Club, Felix ne supporte pas tout ce qui est américain et préfèrerait assister au match contre Manchester United. De plus, Elmo ignore que son ex-patron est toujours vivant, déterminé à se venger et à mettre la main sur la formule chimique. Le Lézard envoie à ses trousses la superbe et dangereuse tueuse à gages Dakota Parker. Des policiers et des skinheads totalement barrés sont également sur leurs traces.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Production déléguée : Stephanie Davis, Samuel L. Jackson, Eli Selden et Julie Silverman

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Stel Pavlou (en) commence l'écriture du scénario dès 1994, alors qu'il fait ses études à Liverpool. Il s'inspire en partie de lui et ses amis pour les personnages[2]. Par ailleurs, son idée est de transposer le commerce triangulaire d'esclaves noirs dans le trafic de stupéfiants et dans le monde moderne. Avec son partenaire Mark Aldridge, il approche des producteurs au festival de Cannes[3]. Stel Pavlou envisage initialement de le réaliser lui-même, pour un budget d'environ un million de livres sterling. Mais il peine à le financer. Cinq ans plus tard, un budget de 28 millions de dollars est finalement réuni, entre le Canada et le Royaume-Uni[4]. Samuel L. Jackson rejoint le projet dans le rôle principal, alors que Stel Pavlou avait initialement écrit le rôle pour Laurence Fishburne. Samuel L. Jackson officie également comme producteur et suggère d'engager le réalisateur hongkongais Ronny Yu, impressionné par son travail sur La Fiancée de Chucky (1988)[4]. Tim Roth ou Uli Edel avaient également été envisagés comme réalisateurs[5].

Tournage[modifier | modifier le code]

La majorité du tournage a lieu à Liverpool (les rives de la Mersey, les docks, le Pier Head et le Royal Liver Building, l'India Building, Water Street, le stade d'Anfield, St. George's Hall, ...), excepté le début du film tourné à Los Angeles, une scène de voiture à Manchester et une autre au château de Cholmondeley dans le Cheshire[6],[2]

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Le film reçoit des critiques globalement négatives. Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, il récolte 26% d'opinions favorables pour 103 critiques et une note moyenne de 4,310[7]. Sur Metacritic, il obtient une note moyenne de 23100 pour 29 critiques[8].

En France, le film obtient une note moyenne de 2,65 sur le site AlloCiné, qui recense 11 titres de presse[9].

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
5 204 007 $[1] [10] 4[10]
Drapeau de la France France 170 935 entrées[11]
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 5 336 507 $[12] 6

Monde Total mondial 12 881 605 $[1] - -

Commentaires[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) « Formula 51 », sur Box Office Mojo (consulté le 29 mars 2020)
  2. a et b Secrets de tournage - Allociné
  3. « 51st State (18) », viewbristol.co.uk, (consulté le 3 juillet 2011)
  4. a et b (en) « Formula 51 Production Notes », cinema.com (consulté le 6 juillet 2011)
  5. a et b (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  6. (en) Locations sur l’Internet Movie Database
  7. (en) « Formula 51 (2002) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le 29 mars 2020)
  8. (en) « Formula 51 Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le 29 mars 2020)
  9. « Le 51e État - critiques presse », sur AlloCiné (consulté le 29 mars 2020)
  10. a et b (en) « Formula 51 - weekly », sur Box Office Mojo (consulté le 29 mars 2020)
  11. « Le 51e État », sur JP's Box-office (consulté le 29 mars 2020)
  12. (en) « Formula 51 - UK », sur Box Office Mojo (consulté le 29 mars 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :