León Febres-Cordero

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cordero.
León Febres-Cordero
Image illustrative de l'article León Febres-Cordero
Fonctions
Président de la République de l'Équateur

(4 ans)
Prédécesseur Osvaldo Hurtado
Successeur Rodrigo Borja Cevallos
Biographie
Nom de naissance León Esteban Febres-Cordero Ribadeneyra
Date de naissance
Lieu de naissance Guayaquil (Équateur)
Date de décès (à 77 ans)
Lieu de décès Guayaquil (Équateur)
Nationalité équatorienne
Parti politique Parti social-chrétien

León Esteban Febres-Cordero Ribadeneyra ( à Guayaquil en Équateur - à Guayaquil en Équateur) est un homme d'État équatorien, chef du Parti social-chrétien et président d'Équateur de l'Équateur de 1984 à 1988.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son gouvernement a développé une politique économique conservatrice, qui devint rapidement impopulaire en Équateur. Plusieurs des ministres durent affronter des accusations de corruption. Une trentaine de fonctionnaires du gouvernement de Febres Cordero, en charge de la dette extérieure, du refinancement et de l'obtention de crédits, sont mis en cause dans une affaire de corruption. L'Usaid (Agence des États-Unis pour le développement international), leur remettait des pot-de-vins pour les inciter à prendre les décisions voulues par Washington[1].

Febres Cordero, allié proche de Ronald Reagan, a été critiqué pour les violations des droits de l'homme durant son mandat, incluant des actes de tortures et des assassinats. Le président actuel Rafael Correa a créé une commission destiné à étudier les cas de violation des droits de l'homme, en particulier ceux commis durant la présidence de Febres Cordero.

Il a été maire de Guayaquil de 1992 à 2000 (2 mandats).

León Febres-Cordero, fumeur, est décédé en 2008 d'un cancer du poumon.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Maurice Lemoine, Les enfants cachés du général Pinochet. Précis de coups d’Etat modernes et autres tentatives de déstabilisation, Don Quichotte, , p. 183-184

Liens externes[modifier | modifier le code]