Leïla Olivesi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Leïla Olivesi
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Pianiste de jazz, compositrice, cheffe d'orchestreVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Instrument
Maîtres
Genre artistique
Site web

Leïla Olivesi, née en 1978[1] au Moulin d'Andé en Normandie, est une compositrice, pianiste et cheffe d'orchestre de jazz française.

Elle a notamment joué avec Jean-Charles Richard, Élisabeth Kontomanou, Manu Codjia, Émile Parisien, Jeanne Added, Magic Malik, Rick Margitza, Sébastien Llado, Glenn Ferris, Stéphane Belmondo, Anne Paceo, David Binney, John Betsch, Leon Parker, Laurent Mignard

Parmi ses principales influences, on peut citer Duke Ellington ou Wayne Shorter[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Leïla Olivesi est née en 1978 d'un père mauritanien et d'une mère corse d'origine marocaine[2]. Ses parents, mélomanes, écoutent Astor Piazzolla, Nina Simone, Miles Davis ou John Coltrane[3]. Sa grand-mère, premier violon au Conservatoire de Paris, joue en duo avec elle[2].

Elle grandit à Paris[3].

Elle est titulaire d'une maîtrise de philosophie de l'université Paris-Panthéon-Sorbonne[2]. Elle est diplômée en piano jazz, formation musicale, écriture et orchestration au Conservatoire de Paris et à l'IACP à Paris. Elle étudie notamment avec Mulgrew Miller, Stéphane Belmondo, Manuel Rocheman, Bernard Maury, Carine Bonnefoy ou Lionel Belmondo[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

À 13 ans, elle commence à se produire au sein de la troupe des P'tits Loups du jazz, sous la direction d'Olivier Caillard avec des musiciens comme John Betsch, Glenn Ferris, Lionel et Stéphane Belmondo, Al Levitt ou Stéphane Grappelli[1].

En 2004 paraît son premier album avec le Brahma sextet, Frida, inspirée entre autres par Frida Kahlo ou Virginia Woolf[1].

Son deuxième album, L'Étrange Fleur, paraît en 2007. On y trouve des poèmes de la mère de Leïla Olivesi en hommage à Aïsha Kandisha, mis en musique par la pianiste et chantés par Élisabeth Kontomanou[4]. Sur cet album figurent également le guitariste Manu Codjia et le batteur Donald Kontomanou, compagnons de route fidèles d'Olivesi[4].

En 2012 paraît son troisième album, Tiy, qu'elle a autoproduit[5], inspiré par des femmes de l'Égypte antique, comme Tiy ou Néfertiti[6]. L'album est notamment salué par Télérama[7]. La même année, elle compose six morceaux pour l'album Sweet Talk de la chanteuse Stéphanie Lemoine[8].

En 2015 paraît Utopia avec David Binney (saxophone), Manu Codjia (guitare), Yoni Zelnik (contrebasse) et Donald Kontomanou (batterie). L'album est inspiré par le philosophe et essayiste du XVIIe siècle, Cyrano de Bergerac, et particulièrement par ses ouvrages Histoire comique des États et Empires de la Lune et Histoire comique des États et Empires du Soleil[9]. Ce sont les questions d'utopie et de critique sociale posées par le libre penseur qui ont inspiré les compositions d'Olivesi[10], qui chante sur deux morceaux[11],[12]. L'album est salué par la critique (Jazz Magazine[13], Libération[2], Culture Jazz[14], Dernières nouvelles du jazz[15], Piano Bleu[16]…).

À partir de 2015, elle donne avec Claude Carrière des conférences sur Duke Ellington à la Maison du Duke[17].

En 2019, elle lance une campagne de financement participatif sur Helloasso pour son album Suite Andamane[18],[19]. La Suite Andamane, inspirée par la mer d'Andaman, a d'abord été écrite pour orchestre de jazz, orchestre à cordes et chœur[20]. Sur l'album qui paraît en , on trouve également des hommages à Geri Allen et à Duke Ellington[21]. L'album est « coup de cœur » de l'Académie Charles-Cros en 2020[22].

En 2022, elle lance une nouvelle campagne de financement participatif sur Helloasso pour son album Astral[23]. C'est un album en grande formation, sur lequel elle rend quelques hommages, notamment à Mary Lou Williams et Claude Carrière[23]. Deux morceaux mettent en musique des poèmes de Lucie Taïeb[23],[24].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

En tant que leadeuse[modifier | modifier le code]

En tant que sidewoman[modifier | modifier le code]

Avec Les P'tits Loups du jazz
  • 1992 : Les P'tits Loups du jazz (Enfance et musique)
  • 1995 : Baby Blues (Enfance et musique)
  • 1996 : Le retour des p'tits loups (Enfance et musique)
  • 1998 : La ferme de Bercagny (Enfance et musique)
Avec le Sébastien Llado quartet
  • 2011 : Avec deux ailes[27] (Disques de Lily)
Avec Stéphanie Lemoine
  • 2012 : Sweet Talk (Anticraft)

Musique de film[modifier | modifier le code]

Pour la télévision

Publications[modifier | modifier le code]

  • Leïla Olivesi, Le rôle du piano dans l’orchestre de Duke Ellington (Master 2 de Musique et musicologie, sous la direction de Laurent Cugny (2019-2020)), IREMUS - Institut de recherche en musicologie, , 70 p. (lire en ligne).
  • Leïla Olivesi, FM Jazz Pratique : Rythme, harmonie et jeu instrumental, vol. 1, Éditions Delatour, (lire en ligne)[31]
  • Leïla Olivesi, FM Jazz Pratique, vol. 2, Éditions Delatour, (lire en ligne)[31]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Émilie Trevert, « Le petit monde Jazzy de Leïla », Le Point, mai 2004.
  2. a b c d et e Bruno Pfeiffer, « Leïla Olivesi groove avec le soleil », sur jazz.blogs.liberation.fr, (consulté le ).
  3. a b et c « Biographie de Leïla Olivesi », sur leilaolivesi.com (consulté le ).
  4. a et b Jean-Marc Gelin, « LEILA OLIVESI : « L’étrange fleur » », sur lesdnj.over-blog.com, (consulté le ).
  5. « TIY de Leïla Olivesi », sur Les Échos, (consulté le ).
  6. Franpi Barriaux, « Leïla Olivesi, Tiy », sur citizenjazz.com, (consulté le ).
  7. Michel Contat, « Tiy, Leïla Olivesi », sur Télérama, (consulté le ).
  8. « Stéphanie Lemoine, Sweet Talk », sur pianobleu.com (consulté le ).
  9. a et b Alex Dutilh, « Leila Olivesi, l'utopie réalisée », Open Jazz, sur france m (consulté le ).
  10. Vincent Bessières, notes de pochette de l'album Utopia, 2015.
  11. Denis Desassis, « Leïla Olivesi, Utopia », sur citizenjazz.com, (consulté le ).
  12. Guillaume Lagrée, « Leila Olivesi " Utopia " », sur lejarsjasejazz.over-blog.com, (consulté le ).
  13. Jazz Magazine no 672, mai 2015.
  14. « Leïla OLIVESI feat. David BINNEY : "Utopia" », sur culturejazz.fr, (consulté le ).
  15. Jean-Marc Gelin, « LEILA OLIVESI : « Utopia » », sur lesdnj.over-blog.com, (consulté le ).
  16. a et b Agnès Jourdain, « Utopia », sur pianobleu.com, 13 au 19 avril 2015 (consulté le ).
  17. « Conférences - la Maison du Duke », sur maison-du-duke.com (consulté le ).
  18. « SUITE ANDAMANE par Attention Fragile », sur helloasso.com (consulté le ).
  19. Guillaume Lagrée, « Phynancons la Suite Andamane de Leila Olivesi! », sur lejarsjasejazz.over-blog.com, (consulté le ).
  20. Guillaume Lagrée, « Leila Olivesi " Travel Songs " Quintet charme le Sunside », sur lejarsjasejazz.over-blog.com, (consulté le ).
  21. Critique de Suite Andamane par Vincent Cotro, Jazz Magazine no 721, octobre 2019.
  22. a et b Alex Dutilh, « Palmarès jazz et blues de l'Académie Charles Cros », Open Jazz, sur francemusique.fr, (consulté le ).
  23. a b et c « Astral », sur helloasso.com (consulté le ).
  24. Guillaume Lagrée, « Leila Olivesi Octet en exploration astrale au Sunside », sur lejarsjasejazz.over-blog.com, (consulté le ).
  25. Guillaume Lagrée, « RECLAME: Palmarès du concours " Ellington Composers 2013 " », sur lejarsjasejazz.over-blog.com, (consulté le ).
  26. Annie Yanbekian, « Le guitariste Hugo Lippi grand vainqueur du palmarès 2019 de l'Académie du Jazz », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  27. Sophie Chambon, « Sébastien Llado, Avec deux ailes », sur citizenjazz.com, (consulté le ).
  28. (BNF 42167931).
  29. (BNF 42526119).
  30. (BNF 43689626).
  31. a et b « Publications & Conferences », sur Leila Olivesi (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]