Leïla Babès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Leïla Babes)
Aller à : navigation, rechercher
Leïla Babes
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse

Leïla Babès est une sociologue des religions, auteur d’origine algérienne née à Guelma. "Je suis issue d'un milieu à la fois libéral et versé dans le savoir religieux (...) Une famille où régnait beaucoup de tolérance[1].

Titulaire d'un doctorat en sciences politiques et habilitée à diriger des recherches en sociologie des religions, elle est professeur des universités[2] à l'Université catholique de Lille et à l’Institut inter-universitaire en histoire des religions de Lille. Elle a été directrice du département de sciences des religions et initiatrice de la formation en "Histoire et sciences sociales de l'islam".

Leïla Babès est auteur et coauteur de plusieurs ouvrages et articles consacrés à l'évolution de l'islam en milieu sécularisé[3], au rapport entre foi et normes dans l'islam contemporain[4], à la critique de l'idéologie salafiste et des Frères Musulmans[5], à la question des femmes[6], à la mystique soufie[7], à l'anthropologie culturelle [8]et religieuse du Maghreb[9], aux apories de l'islam politique[10], à la compatibilité entre islam et laïcité.

Elle a notamment collaboré à la revue Islam de France (1999-2000). Elle anime depuis de nombreuses années une chronique à Radio Méditerranée International (Médi 1).

Publications[modifier | modifier le code]

Thèse[modifier | modifier le code]

  • Mythes d'origine et structures tribales dans le Constantinois sous domination turque. Essai sur le fondement du pouvoir politique, thèse de 3e cycle, études politiques (Aix-Marseille), jury : Bruno Étienne, André Nouschi, Abdelkader Djeghloul, 1984, 387 pages.

Articles[modifier | modifier le code]

  • État, pouvoir central, pouvoir local dans le beylik de Constantine : essai de synthèse, URASC, université d'Oran, 1988.
  • "Questions à propos du mariage préférentiel, la stratégie matrimoniale d'une famille de l'aristocratie du Constantinois au XIXe siècle", URASC, université d'Oran, 1988.
  • "Pouvoir central et pouvoir local dans le Beylik de Constantine", Revue maghrébine d'études politiques et religieuses, no 2, février 1989, université d'Oran, p. 54-74.
  • "L'islam pluriel au Maghreb", Revue internationale d’action communautaire, no 26 (66), 1991, p. 119-128.
  • "Passion et ironie dans la cité. Annaba : du ribat au réformisme", Monde arabe Maghreb/Machrek, no 135, 1992.
  • "Recompositions identitaires dans l’islam en France", Archives de sciences sociales des religions (L’Islam en Europe), 92, octobre-décembre 1995.
  • "Folie douce, vent des ancêtres", Social Compass, vol. 42 (no 4), décembre 1995, p. 461-476.
  • "Le couscous comme don et sacrifice", Revue du MAUSS, no 8, 1996.
  • "Le voile comme doxa. Sexe, communauté, eschatologie", Mélanges de sciences religieuses, T. 59, no 3, 2002.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Les nouvelles manières de croire. Judaïsme, christianisme, islam, nouvelles religiosités (sous la direction de Leila Babès), Éditions de l’Atelier, 1996.
  • L’islam positif, la religion des jeunes musulmans de France, Éditions de l’Atelier, 1997.
  • L’islam intérieur. Passion et désenchantement, Éditions Al-Bouracq, Paris, 2000.
  • Loi d’Allah, loi des hommes. Liberté, égalité, et femmes en islam (avec T. Oubrou), Albin Michel, 2002.
  • Le voile démystifié, Bayard, 2004.
  • L'utopie de l'islam. La religion contre l'État, Armand Colin, 2011.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nord-Éclair, 26 novembre 2011.
  2. Liste de qualification aux fonctions de professeur des universités arrêtées en 2000 par les sections du Conseil national des universités, JORF no 154 du 5 juillet 2000 page 10145
  3. L'islam positif, la religion des jeunes musulmans de France, 1997. Voir aussi "Comment parler de la communauté musulmane de France ?", revue Islam de France no 7, 2000, p. 5-23.
  4. Loi d’Allah, loi des hommes, débat contradictoire avec Tareq Oubrou, 2000.
  5. "L'identité islamique européenne d'après Tariq Ramadan", revue Islam de France no 8, 2000, p. 5-20.
  6. Le voile démystifié, 2004.
  7. "Folie douce, vent des ancêtres", Social Compass, vol. 42 (no 4), décembre 1995, p. 461-476. Voir aussi "La transe chez les Isâwa", revue Islam de France no 6, 1999, p. 81-94.
  8. "Le couscous comme don et sacrifice", Revue du MAUSS, no 8, 1996.
  9. "Poètes ulama de la mosquée-université de Abu Marwân. Bûna/Annaba, XVIe-XVIIIe siècle", revue Islam de France no 5, 1999, p. 100-121.
  10. L'utopie de l'islam. La religion contre l'État, 2011.

Liens externes[modifier | modifier le code]