Leïla Alaoui

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alaoui.
Leïla Alaoui
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 33 ans)
OuagadougouVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalités
Domiciles
Formation
Activités
Conjoint
Nabil Canaan (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Site web

Leila Alaoui, née le à Paris et morte le à Ouagadougou (des suites des blessures reçues au cours des attentats du 15 janvier), est une photographe et vidéaste franco-marocaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Leila Alaoui naît le [1] à Paris[2] d'un couple franco-marocain ; sa mère, Christine, est une photographe française et son père, Abdelaziz Alaoui, un homme d'affaires marocain[3],[4].

Elle grandit à Marrakech à partir de ses six ans[5], résidant dans le quartier de la Palmeraie[6] et suivant une scolarité dans des établissements qui relèvent de l'enseignement français au Maroc : l'école Auguste-Renoir puis le lycée Victor-Hugo[3]. Elle part après étudier la photographie et la sociologie à l'université de la Ville de New York (CUNY), où elle obtient un « Bachelor of Science » (BSc) en photographie[7]. Elle voyage ensuite en Europe et en Amérique avant de se réinstaller au Maroc à partir de 2008, tout en vivant régulièrement à Beyrouth — où elle a ouvert le centre d'art Station dans une usine désaffectée avec son compagnon Nabil Canaan[8] — et à Paris[9].

Elle est grièvement blessée par balles à la terrasse du Cappuccino le 15 janvier 2016 lors des attentats de Ouagadougou[10],[11], au Burkina Faso, où elle réalisait un reportage pour Amnesty International[12]. En raison d'« une défaillance cardiaque due à des complications post-traumatiques, d’après plusieurs témoignages concordants »[13], elle meurt trois jours plus tard[10], à l'âge de 33 ans. Le 19 janvier, son rapatriement est effectué au Maroc[14] et le 20, elle est inhumée au cimetière Al Imam Souhaili de Marrakech[15].

À la suite de son décès, de nombreux hommages lui ont été rendus, au Maroc ou ailleurs : elle a notamment fait la une de magazines marocains comme, en janvier de la même année, l'hebdomadaire Telquel (no 701 ; « Leila Alaoui, 1982-2016 : Nous l'avons tant aimée »)[16], ou en février, les mensuels féminin Femmes du Maroc (no 235 ; « Leila Alaoui : Immortelle »)[17] et masculin VH Magazine (no 146 ; « 1982-2016, Leila Alaoui : Un regard »)[18].

La 6e édition de la Biennale — artistique — de Marrakech, organisée du 24 février au 8 mai 2016, a été dédiée à sa mémoire[19]. En août 2016, représentée par son frère Soulayman, elle a été décorée officier de l'ordre du Ouissam Al Moukafâa Al Wataniya — ordre du Mérite national[20] — par le roi Mohammed VI[21].

Travaux[modifier | modifier le code]

Les études de Leila Alaoui montrent les réalités sociales[22] et nationales dans un mode d'expression aux confins du documentaire et des arts plastiques[23]. Elle travaillait sur les identités culturelles et les migrations en créant des installations vidéo, des reportages et des photographies de studio, notamment dans un studio mobile qu'elle installait au plus près des lieux qu'elle voulait illustrer[24].

Sa série Les Marocains[25], inspirée par The Americans de Robert Frank et In The American West de Richard Avedon[26], regroupe des portraits « pris sur le vif, dénués de tout artifice, pour montrer le vrai visage du Maroc »[27].

Expositions et participations à des festivals[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

Festivals de films et d'art vidéo[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Narjis Rerhaye, « Leila Alaoui, trentième victime des attaques de Ouagadougou », Libération, Casablanca,‎ (lire en ligne)
  2. a et b « Leila Alaoui », sur Biennale des photographes du monde arabe contemporain (consulté le 19 janvier 2016)
  3. a et b Raoul Mbog, « Victime de l’attaque au Burkina, Leila Alaoui, figure rayonnante de la jeune photographie », sur Le Monde, (consulté le 20 janvier 2016)
  4. Photographie de 1997 où apparaissent, de gauche à droite : les parents de Leila Alaoui, Bill Willis, Leila Alaoui et Edward Gabriel, ambassadeur des États-Unis au Maroc ; issue de « Bill Willis, l'esthète de Marrakech », Vanity Fair, no 14,‎ (lire en ligne)
  5. Stéphanie Gaou (propos recueillis par), « Leila Alaoui, l'anthropologue de l'image », Urbain, Tanger, no 15,‎ (lire en ligne)
  6. « Achraf Baznani et Laila Alaoui les photographes marocains les plus influents de 2016 | PM », PM,‎ (lire en ligne)
  7. Voir sur dimabladna.com.
  8. « Leïla Alaoui, le talent généreux » par Caroline Stevan dans Le Temps du mardi 19 janvier 2016
  9. « Histoire de la photographie au Maroc » : notice extraite du Monitor de la culture contemporaine au Maroc 2012 sur le site صورة /Soora.
  10. a et b Burkina : le bilan de l’attentat s’élève à 30 morts après le décès de la photographe Leïla Alaoui, Jeune Afrique avec AFP, 19 janvier 2016.
  11. « 126 blessés dans l’attentat à Ouagadougou dont la Marocaine Leila Alaoui » sur le site de l'hebdomadaire Telquel le 16 janvier 2016.
  12. « La photographe Leila Alaoui, exposée à Paris, blessée à Ouagadougou » par Pierre Haski sur le site Rue89 le 16 janvier 2016.
  13. Ali Amar, « Requiem : Leïla Alaoui, morte dans l’indifférence de la France et du Maroc », sur Ledesk.ma, (consulté le 19 janvier 2016)
  14. Géraldine Dulat, « Funérailles émouvantes de Leila Alaoui à Marrakech », sur Illionweb.com, (consulté le 21 janvier 2016)
  15. Qods Chabâa et Abderrahim Ettahiry, « Émouvantes funérailles de Leila Alaoui à Marrakech », sur Le360.ma, (consulté le 21 janvier 2016)
  16. « La une du no 701 de Telquel » (consulté le 16 février 2016)
  17. « La une du no 235 de Femmes du Maroc » (consulté le 16 février 2016)
  18. « La une du no 146 de VH Magazine » (consulté le 16 février 2016)
  19. « Marrakech Biennale : Hommage à Leila Alaoui », sur www/medias24.com, Casablanca, Société des nouveaux médias, (consulté le 14 février 2016)
  20. « Les dix types de wissams royaux accordés par Mohammed VI », sur Telquel, Casablanca, (consulté le 28 décembre 2012)
  21. « Voici les personnalités décorées par le roi Mohammed VI », sur www.bladi.net, (consulté le 27 décembre 2016)
  22. « Leila Alaoui, passionnée de photographie sociale » - Coup de cœur pour une photographe marocaine qui a réalisé dernièrement de magnifiques portraits de Marocains, le 15 décembre 2012 sur le site Caro Fashionews reprenant un article du Matin du 9 février 2012.
  23. Voir sur femmesdumaroc.com.
  24. a et b Voir sur if-maroc.org.
  25. « Les Marocains », sur Leilaalaoui.com (consulté le 19 janvier 2016)
  26. Antoine Coutin (propos recueillis par), « Interview de Leila Alaoui : “Je voulais surtout éviter le regard condescendant.” », sur Actuphoto, (consulté le 20 janvier 2016)
  27. Maroc : La photographe Leila Alaoui capture des visages typiques du pays pour sa série « Les Marocains » sur le site du Huffington Post le 26 mai 2014.
  28. Voir sur rfi.fr.
  29. « Insoumission » Carte Blanche à Mahi Binebine.
  30. « Jean-Baptiste Sénégas et sa chambre photographique au festival Photomed », 23 mai 2014.
  31. Voir sur mep-fr.org.
  32. Voir sur euro-mediterranee.blogspot.fr.
  33. « Les Nuits photographiques : Leila Alaoui, Crossings » le 15 janvier 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]