Lavoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lavoux
Lavoux
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Arrondissement Poitiers
Canton Chasseneuil-du-Poitou
Intercommunalité Grand Poitiers
Maire
Mandat
Maguy Lumineau
2014-2020
Code postal 86800
Code commune 86124
Démographie
Population
municipale
1 159 hab. (2015 en augmentation de 3,85 % par rapport à 2010)
Densité 77 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 35′ 47″ nord, 0° 31′ 49″ est
Altitude Min. 99 m
Max. 129 m
Superficie 15,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte administrative de la Vienne
City locator 14.svg
Lavoux

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 14.svg
Lavoux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lavoux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lavoux

Lavoux est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les habitants se nomment les Lavousiens et les Lavousiennes.

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune se situe à la croisée des routes de Chauvigny (11 km), de Châtellerault (25 km), de Poitiers (15 km du centre ville) et du Futuroscope (15 km).

Les communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes les plus proches de Lavoux sont Jardres, Liniers, Saint-Julien-l'Ars, Bignoux, et Bonnes.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La région de Lavoux présente un paysage de plaines vallonnées plus ou moins boisées. C'est un pays de carrières, entouré de cultures céréalières et localisé à proximité de la forêt domaniale de Moulière.

Le terroir se compose [1] :

  • sur les plateaux du seuil du Poitou de terres de brandes pour 65 % de la surface du territoire communal ;
  • sur les plaines calcaires, de groies profondes (35 %). Les groies sont des terres du sud-ouest de la France, argilo-calcaires, peu profondes - en général de moins de 50 cm d’épaisseur – et plus ou moins riches en cailloux. Elles sont fertiles et saines et donc, propices à la polyculture céréalière mais elles s’assèchent vite.

En 2006, 67 % de la superficie de la commune étaient occupés par l'agriculture, 28 % par des forêts et des milieux semi-naturels, et 5 % par des zones construites et aménagées par l'homme (voirie)[2]. La présence de milieux naturels et semi-naturels riches et diversifiés sur le territoire communal permet d’offrir des conditions favorables à l’accueil de nombreuses espèces pour l'accomplissement de leur cycle vital (reproduction, alimentation, déplacement, refuge). Forêts, landes, prairies et pelouses, cours d’eau et zones humides … constituent ainsi des cœurs de biodiversité et/ou de véritables corridors biologiques.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique avec des étés tempérés.

D’une manière générale[3], le temps est assez sec et chaud pendant l’été, moyennement pluvieux en automne et en hiver avec des froids peu rigoureux.

La température moyenne est de 11 °C. Juillet est le mois le plus chaud (maximale absolue 40,8 °C en 1947). Janvier est le mois le plus froid (minimale absolue – 17,9 °C en 1985). 9 °C à peine sépare les moyennes minimales des moyennes maximales (cette séparation est de 6 °C en hiver et de 11 °C en été). L’amplitude thermique est de 15 °C.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village dérive du latin lavatorium qui signifie lavoir[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Depuis 2015, Lavoux est dans le canton de Chasseneuil-du-Poitou (no 1) du département de la Vienne. Avant la réforme des départements, Lavoux était dans le canton no 24 de Saint-Julien-l'Ars dans la 1re circonscription.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[5],[6]
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1800 François Terrason    
1800 1813 Jacques Girault    
1813 1815 Antoine Joseph César de Lattre de Tassigny    
1815 1815 Antoine Brissonnet    
1816 1816 N. Peronet    
1816 1826 Hugues Alexandre Joseph Meunier (à partir de 1821, âgé et malade, il est dans l'incapacité d'exercer son mandat et Lavoux est sous tutelle d'un administrateur)    
1826 1830 Ferdinand Vezien de Montmartin (gendre du précédent)    
1830 1843 Antoine Brissonnet    
1843 1848 André Roy    
1848 1852 François Serre    
1852 1870 Antoine Brissonnet    
1870 1878 Paulin Brissonnet    
1878 1880 Jacques Guillot    
1880 1888 François Serre    
1888 1890 Désiré Brissonnet    
1890 1892 François Serre    
1892 1900 Jacques Girault    
1900 1904 Célestin Deforges    
1904 1919 Louis Girault    
1919 1944 Jean Brissonnet    
1944 1945 Henri Barillet    
1945 1953 Henri Fleurant    
1953 1955 Alphonse Fleurant    
1955 1959 Savin Martin    
1959 1977 Maurice Pouvreau    
1977 1999 Jean-François Lachaume    
mars 2008 avril 2014 Jean-Jacques Pain    
avril 2014   Maguy Lumineau    

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel de Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Services publics[modifier | modifier le code]

Les réformes successives de La Poste ont conduit à la fermeture de nombreux bureaux de poste ou à leur transformation en simple relais. Toutefois, la commune a pu maintenir le sien.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8].

En 2015, la commune comptait 1 159 habitants[Note 1], en augmentation de 3,85 % par rapport à 2010 (Vienne : +1,8 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
288384351705661753837885884
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9991 0171 014622711819812725803
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
795753824753883793763641639
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
6176375687488811 0081 1031 1151 159
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2008, selon l’Insee, la densité de population de la commune était de 74 hab./km2 contre 61 hab./km2 pour le département, 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et 115 hab./km2 pour la France.

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Selon la direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de Poitou-Charentes[11], il y a dix exploitations agricoles en 2010 contre neuf en 2000. Lavoux est une des rares communes du département de la Vienne qui voit le nombre d'exploitations augmenter en 10 ans

Les surfaces agricoles utilisées ont logiquement augmenté (+ 17 %) et sont passées de 844 hectares en 2000 à 988 hectares en 2010. 46 % sont destinées à la culture des céréales (blé tendre essentiellement mais aussi orges et maïs), 35 % pour les oléagineux (colza), 3 % pour le fourrage et 1 % reste en herbes. En 2000, un hectare (0 en 2010) était consacré à la vigne.

Industries[modifier | modifier le code]

La société CARRIERES DE LA VIENNE exploite les carrières situées sur le territoire communal.

La pierre de Lavoux est extraite et utilisée pour la construction de maisons et bâtiments (cité des Castors à proximité de Poitiers), pour des aménagements intérieur et extérieur. Elle est exportée à l’étranger pour la restauration d’édifices ou des monuments historiques (la cathédrale de Lausanne en Suisse). Elle est également utilisée en sculpture (les vases et les statues du Jardin des Tuileries à Paris).

La pierre de Lavoux a ainsi été utilisée pour la construction de l'Opéra de Paris et de la façade des Galeries Lafayette (Paris).

Sur la quinzaine de carrières au plus fort de l’exploitation de la pierre, seules deux carrières sont encore en activité.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Le château du Bois-Dousset est classé monument historique depuis 1966 pour ses douves, ses communs, son parc, son escalier, sa porte, son élévation et sa toiture. Le château de Bois-Dousset (ou aussi Bois-Doucet) est entouré de douves. Il date du XVIe siècle et a été agrandi au XVIIe siècle. Il comprend une aile de style Renaissance aux ouvertures richement ornées. Le corps de logis, plus classique, abrite un bel escalier de pierre.
  • Entre Lavoux et Saint-Julien-l'Ars, le long de la D 1, à 3 km, à droite, le petit château de Coudavid date du XIXe siècle.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Selon l'Inventaire des arbres remarquables de Poitou-Charentes[12], il y a un arbre remarquable sur la commune qui est un chêne rouvre situé sur le domaine de Bois Doucet.

Equipement culturel[modifier | modifier le code]

La commune possède une bibliothèque publique qui détient environ 2 400 ouvrages.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jacques et Louis Clocher (Marquet), soldats des troupes de la Marine en Nouvelle-France au XVIIe siècle, ayant fait souche au Québec[13].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles de Wikipédia[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Chambre Régionale d'agriculture de Poitou-Charentes - 2007
  2. Observatoire régional de l'environnement de Poitou-Charentes
  3. Livret simplifié de la carte des pédopaysages de la Vienne – Novembre 2012, édité par la Chambre d’Agriculture de Poitou-Charentes
  4. Le Patrimoine des communes de la Vienne en 2 tomes – Édition FLOHIC – 2002 – (ISBN 2-84234-128-7)
  5. Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  6. Site de "Lavoux Patrimoine et Histoire", consulté le 9 août 2017
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  11. Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  12. Poitou-Charentes Nature, 2000
  13. Les marsouins sur la piste de leurs origines sur lanouvellerepublique.fr.