Johann Kaspar Lavater

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Lavater)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une personnalité image illustrant suisse
Cet article est une ébauche concernant une personnalité suisse.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Johann Kaspar Lavater
Lavater.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 59 ans)
ZurichVoir et modifier les données sur Wikidata
Lieu de travail
Activités
Autres informations
Membre de
Cercle d'Emkendorfer (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Johann Kaspar Lavater ou Gaspard Lavater (15 novembre 1741 à Zurich - 4 janvier 1801 à Zurich) était un théologien suisse et écrivain de langue allemande. Il s'est surtout fait connaître pour son ouvrage sur la physiognomonie : L’Art de connaître les hommes par la physionomie (1775-1778), Paris, Depélafoi, libraire, rue de Grands Augustins, n° 21, 1820

Biographie[modifier | modifier le code]

Goethe, dont il fut l'ami, eut d'abord pour son œuvre de la sympathie bien qu'il ne partageât pas son adhésion aveugle à la foi chrétienne. Liés dans les années 1770, en dépit de divergences déjà sérieuses, Lavater et Goethe ne cessèrent de s'éloigner l'un de l'autre à partir du moment où Goethe porta sur le Pontius Pilatus de Lavater un jugement sévère, accusant celui-ci de n'avoir pas assez réfléchi sur la Bible et de s'en servir sans rigueur. Plus profondément, l'irrationalisme de Lavater ne pouvait qu'indisposer Goethe, respectueux de la foi mais soucieux de ne jamais renoncer aux droits de la raison.

De l'Antiquité à Lavater, la physiognomonie ou métoposcopie a une longue et très riche tradition passant par les Arabes. La Renaissance et les siècles qui suivent s'en passionnent et cet engouement a un sommet au XIXe siècle. Entre autres ouvrages, on peut citer Savonarole (Speculum physionomiæ, vers 1450) ; Gerolamo Cardano (Jérôme Cardan) écrit vers 1560 sa Metoposcopia qui sera publiée en 1658 illustrée de dessins ; Giambattista della Porta, publie De humana physiognomia (1586) qui jouit d'un grand prestige. Citons encore, parmi les centaines d'ouvrages, Ciro Spontone, La Metoposcopia, 1625 ; Rudolfus Goclenius, Physiognomica et chiromantica specialia, 1625 ; Richard Saunders, Physiognomie, And Chiromacie, Metoposcopie, 1653. Lavater s'inscrit dans cette longue tradition de la physiognomie, dont il n'est pas le fondateur.

Lavater fut membre de la franc-maçonnerie[1].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Franz Wegener, Der Freimaurergarten. Die geheimen Gärten der Freimaurer des 18. Jahrhunderts, Gladbeck, 2008.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Œuvres traduites en français[modifier | modifier le code]

  • L’Art de connaître les hommes par la physionomie (1775-1778), trad., Paris, Depélafoi, libraire, rue de Grands Augustins, n° 21, 1820. [1]
  • Journal secret d'un observateur de soi-même, 2° éd., Genève, 1853 (trad. partielle de Geheimes Tagebuch von einen Beobachter seibner selbst, 1773).

Études[modifier | modifier le code]

  • (de) Anne-Marie Jaton, Johann Caspar Lavater : Philosoph, Gottesmann, Schöpfer der Physiognomik : ein Bildbibliographie, Schweizer Verlagshaus, Zurich, 1988, 158 p. (ISBN 3726365532)
  • Anne Marie Jaton, Entre le réalisme et la voyance: Lavater et la littérature française, Università degli studi di Pisa, 1984.
  • Anne Marie Jaton, Jean Gaspard Lavater, Éditions René Coeckelberghs, Lucerne-Lausanne, 1988, ISBN 2-8310-0001-7 (trad. allemande: Verlagshaus, Zurich, 1988.)
  • Victor Frédéric Alexandre Ysabeau, Lavater et Gall : Physiognomonie et phrénologie rendues intelligibles pour tout le monde; exposé du sens moral, des traits de la physionomie humaine et de la signification des protubérances de la surface du crâne relativement aux facultés et aux qualités de l'homme (nouvelle édition accompagnée de 150 figures dans le texte), Garnier frères, Paris, 1909?, 282 p.
  • O. Guinaudeau, Études sur J. K. Lavater, Thèse, Paris, Alcan, 1924.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Connexions internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :