Laurent Toubiana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Laurent Toubiana
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Directeur
Institut de recherche pour la valorisation des données de santé (d)
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (62 ans)
Nationalité
Formation
Université Paris-Sud (doctorat) (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Laurent Toubiana, né le à Alger, est chercheur à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale, il est épidémiologiste et expert dans les systèmes d’information en santé. Il est le fondateur et directeur de l'Institut de recherche pour la valorisation des données de santé. Depuis 2003, il anime le groupe de recherche « Systèmes Complexes et Épidémiologie ». Il est ancien membre du Conseil Scientifique de l’Inserm (2002-2007)[réf. nécessaire].

Formation[modifier | modifier le code]

Ingénieur[modifier | modifier le code]

Après des études d’ingénieur, diplômé de l’École polytechnique universitaire de l'université Paris-Saclay en 1985, il effectue son stage de fin d'étude au département des réseaux de télécommunication déterministes de l’INRIA ; prémices d'une vocation recherche.

Docteur en physique[modifier | modifier le code]

Il obtient la même année un DESS en informatique de l'université de Paris XI Orsay et obtient une équivalence pour le DEA du traitement du signal dont il a suivi les cours ce qui lui permet de s’inscrire en thèse et intègre le laboratoire de radioastronomie de l’ Observatoire de Meudon au sein d'une unité CNRS URA 328 dans le cadre du projet PRONAOS du (CNES) où il obtient un Doctorat pour la mise au point de nouvelles méthodes de traitement numérique pour des analyseurs de spectre par méthode acousto-optique spatialisable[1]. Il mène notamment les premiers essais de ces analyseurs en installant pour la première fois ce type de spectrographe sur le grand Radiotélescope millimétrique de 30 m de l’ IRAM (Institut de Radio Astronomie Millimétrique) (Espagne) puis au Jet Propulsion Laboratory (États-Unis).

Démographie et autres[modifier | modifier le code]

En 1992, il s’inscrit dans (et obtient) le DEA en démographie de l'EHESS au sein du laboratoire de démographie historique dirigé par Hervé Le Bras. Il suivra avec assiduité le séminaire de ce laboratoire au profil duquel il était inscrit comme chercheur associé, pendant près de 25 ans[réf. nécessaire].

En 1995, il obtient le diplôme Universitaire de Paris VI "Méthodologie de l’évaluation des risques thérapeutiques".

En 2005, il effectue une Formation au Management des Entreprises à l’HEC à Jouy en Josas suite à sa nomination dans la catégorie eScience de la Fondation Internet Nouvelle Génération au SMSI 2005[réf. nécessaire].

Activité – Recherches - Réalisations[modifier | modifier le code]

Après un bref passage dans l’industrie (THOMSON-CSF RCM : Radar et Contre Mesure et SEMA-METRA Réseaux Télématiques Haut Débit), il s'oriente vers la recherche publique.

Modélisation du système ostéoarticulaire[modifier | modifier le code]

En 1988, il intègre le laboratoire "Étude fondamentale et clinique du système ostéoarticulaire" au sein de l'unité INSERM U113 situé dans la faculté de Médecine de l’hôpital Saint Antoine où il effectue des travaux théoriques sur la modélisation des systèmes non-linéaires appliqués à la morphogenèse de l’os trabéculaire[2] tout en assurant la mise en place et le développement du centre de calcul de ce laboratoire ainsi que l’ensemble des environnements de simulations numériques et de représentations graphiques en 3 dimensions des résultats obtenus. À cette époque, il est chairman du «Special Interest Group Graphic" pour l’association internationale des utilisateur de matériel informatique Digital Equipement Corporation (DECUS)[réf. nécessaire].

Modélisation des épidémies - Sentinelles[modifier | modifier le code]

En 1992, il intègre l'équipe du RNTMT[3] (qui deviendra le Réseau Sentinelles) au sein du laboratoire dirigé par le Pr Alain-Jacques Valleron "Biomathématiques Biostatistiques" unité Inserm U113, U444 "Epidémiologie et Sciences de l'Information", U707 "Epidémiologie, Systèmes d’Information, Modélisation". Il collaborera pendant près de 10 ans avec le Pr Antoine Flahault avec lequel il a organisé plusieurs congrès internationaux sur la Géographie de la Santé[4] et collaboré au Centre Collaborateur OMS pour la surveillance électronique des maladies.

Nouvelles approches méthodologiques pour l’aide à la décision en santé[modifier | modifier le code]

En 2002, il est lauréat du programme de recherche STIC-Santé INSERM/CNRS dans le cadre d'une collaboration avec le Pr Paul Landais directeur de EA 222 LBIM de l'Université René Descartes Paris 5 Laboratoire de Biostatistique & Informatique Médicale à l’hôpital Necker. Il l'avait rencontré dans le cadre de la Commission Scientifique Spécialisée No 1 de l'Inserm dont ils étaient membres.

Systèmes complexes et épidémiologie[modifier | modifier le code]

À partir de 2003, à la suite de l'obtention d'un financement de le cadre de l’ACI « Systèmes Complexes en SHS » [5]Interprétation abusive ? CNRS/MESR, il fonde[réf. nécessaire] le groupe de recherche SCEPID « Systèmes Complexes Epidémiologie».

En 2003, la suite de la collaboration avec Paul Landais, Laurent Toubiana rejoint le LBIM puis en 2009 participe à la création de l'UPRES EA 4472 « Namades : Nouvelles Approches Méthodologiques pour l’Aide à la Décision et à la Stratégie en Santé » de l'Université René Descartes et prenant la direction de l'Axe : Système d’information et Modélisation dynamique pour l’aide à la décision en Santé.[réf. nécessaire]

Ontologies, données/connaissances, informatique médicale[modifier | modifier le code]

En 2013, Laurent Toubiana rejoint l'équipe No 20 “Ingénierie des Connaissances" dirigée par Marie-Christine Jaulent au sein du Centre de Recherche des Cordeliers UMRS 872 Université Paris 5 et 6.

En 2014, il participe à la demande de création[réf. nécessaire] UMRS 1142 LIMICS : Laboratoire d'Informatique Médicale et d'Ingénierie des connaissances, Université Paris 6 renouvelée en 2019.

IRSAN[modifier | modifier le code]

À la fin de l'année 2014, Laurent Toubiana[6] fonde l'IRSAN qui recueille des données de santé provenant de diverses sources et les analyse sur la base des recherches méthodologiques du groupe Systèmes Complexes et Epidémiologie (SCEPID)[7].

Depuis 2016, les données collectée par l'IRSAN fournies par les médecins s’avèrent utiles en classe pour suivre la propagation de la grippe hivernale avec les élèves dans le cadre de l’étude des micro-organismes pathogènes et du système immunitaire.

Entant que Directeur de l'IRSAN , il annonce les dépassements de seuil épidémique que ce soit pour la gastro-entérite[8],[9], la grippe[10],[11],[12], la bronchiolite[13] et professe des conseils et informations sanitaires divers [14],[15].

Publications et communications[modifier | modifier le code]

Laurent Toubiana maintient la liste de ses travaux, publications et communications scientifiques sur le site du laboratoire LIMICS[16].

Prises de position[modifier | modifier le code]

Canicule (2003)[modifier | modifier le code]

Pour Laurent Toubiana, responsable au réseau d'alerte Sentinelles, les statistiques de mortalité depuis août 2003 montrent que le bilan des décès attribuables à l'épisode caniculaire est 20 % supérieur aux 15 000 victimes déclarées. Le scientifique a remarqué dans les données de l'Insee un « effet de moisson » jusqu'ici nié par les rapports de l'Inserm[17].

Syndromes grippaux (2015 à 2017)[modifier | modifier le code]

À partir de 2016, l'IRSAN diffuse des analyses temps réel sur l'évolution des maladies transmissibles en France dont celles de la grippe. À ce titre l'IRSAN concurrence le réseau « Sentinelle-Inserm » créé en 1984 pour lequel Laurent Toubiana avait largement collaboré au développement pendant 12 ans (1992-2003). Selon Laurent Toubiana[18] : « les données des deux réseaux diffèrent parce que leur méthode de collecte de l'information et leur méthodologie sont différentes. »[19].

Covid-19 (2020)[modifier | modifier le code]

Dès le 11 mars 2020 alors que 33 décès pour COVID-19 sont comptabilisés en France, Laurent Toubiana signe un communiqué de presse en forme d'analyse de la situation "COVID-19 : Une épidémie déconcertante"[20] où il donne des prédictions rassurantes pour les semaines qui allaient suivre : dynamique épidémique comparable à une grippe saisonnière, mais avec une plus faible "violence". Ce communiqué a été diffusé à de nombreuses rédactions. Une seule radio lui accorde une interview[21].

Devant le caractère "inaudible" à l'époque de ses prédictions, il n'est plus interrogé sur le sujet.

Puis à partir de la fin avril 2020, certaines radios commencent à l'interroger en le rangeant parmi les quelques "iconoclastes" osant porter une voix discordante par rapport au discours majoritaire [22] : il postule la fin de l'épidémie et conteste le risque d'une éventuelle reprise épidémique ou "seconde vague". Il intervient très régulièrement dans les médias soit lors d'interview[23],[24] soit lors de débat plus long avec d'autres chercheurs [25],[26] comme l’émission "Interdit d'interdire" de Frédéric Taddéï mais ses propos sont souvent contredits [27],[28] . Il est considéré comme l'un des chefs de file des "rassurristes" avec le Pr Jean François Toussaint et le sociologue Laurent Mucchielli avec lesquels il cosigne les tribunes «Covid-19: nous ne voulons plus être gouvernés par la peur»[29] et "Il est urgent de changer de stratégie sanitaire face à la Covid-19"[30]. Cette dernière a été largement relayée car selon ses auteurs, elle aurait fait l'objet d'une censure de la part du Journal du Dimanche [31]. En réponse à ses positions, une analyse critique des "Rassuristes" est réalisée dans un article de Libération du 4/10/2020 intitulé "Covid 19 : cinq arguments passés au crible" et dans L'Express du 8 au 14/10/2020, article intitulé "Face à l'épidémie, arrêtons les erreurs !", avec notamment une intervention du Pr Caumes, infectiologue à la Pitié-Salpêtrière, qui considère au contraire que c'est grâce aux mesures de prévention prises que la situation en France est pour le moment encore sous contrôle.

Prix scientifiques[modifier | modifier le code]

  • 2005 : SMSI 2005 projets lauréat de la Fondation Internet Nouvelle Génération au Sommet Mondial de la Société de l’Information : World Summit Award 2005 : nominé dans la catégorie eScience.[réf. nécessaire]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Systeme de detection photosensible et d'acquisition numerique d'un spectrographe par methode acousto-optique application a la radioastronomie », sur www.theses.fr (consulté le 3 octobre 2020)
  2. S Lausson, P Tracqui, L Toubiana et G Milhaud, « Regulation of plasma calcium and phosphate in calcitonin-infused rats. », American Journal of Physiology-Endocrinology and Metabolism, vol. 259, no 3,‎ , E370 (ISSN 0193-1849 et 1522-1555, DOI 10.1152/ajpendo.1990.259.3.e370, lire en ligne, consulté le 3 octobre 2020)
  3. SPF, « Réseau national téléinformatique de surveillance et d'information sur les maladies transmissibles (R.N.T.M.T.) : bilan de la surveillance des médecins sentinelles en 1991 », sur www.santepubliquefrance.fr (consulté le 4 octobre 2020)
  4. « Geography and health TOUBIANA Laurent, VEIL-BARAT C.., FLAHAULT Antoine, VALLERON Alain-Jacques », sur Librairie Lavoisier (consulté le 4 octobre 2020)
  5. Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, « Systèmes Complexes en SHS, Cerisy | EHESS », sur fr_FR, (consulté le 4 octobre 2020)
  6. Site lejdc.fr, article "Une "immunité collective passive" fait-elle spontanément barrage au Covid-19 ?", consulté le 2 septembre 2020
  7. Site france3-regions.francetvinfo.fr, article "Epidémie de gastro-entérite dans le Var", consulté le 2 septembre 2020.
  8. « Epidémie de gastro-entérite dans le Var », sur France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur (consulté le 7 octobre 2020)
  9. « Pays Basque : grippe et gastro, c'est reparti ! », sur France Bleu, (consulté le 7 octobre 2020)
  10. « Grippe : l’épidémie 2017 a démarré tôt et fort », sur sante.lefigaro.fr, (consulté le 7 octobre 2020)
  11. « L'épidémie de grippe en plein essor notamment dans les Alpes-maritimes », sur France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur (consulté le 7 octobre 2020)
  12. « Bourgogne - Santé. Grippe : l'épidémie se poursuit », sur www.bienpublic.com (consulté le 7 octobre 2020)
  13. « SANTÉ - Une épidémie de bronchiolite arrive dans le Nord - Pas-de-Calais », sur La Voix du Nord, (consulté le 7 octobre 2020)
  14. « Gastro-entérite : les 4 conseils pour échapper à l'épidémie », sur RTL.fr (consulté le 7 octobre 2020)
  15. « Tout savoir sur le virus de la grippe », sur Franceinfo, (consulté le 7 octobre 2020)
  16. Laurent Toubiana, « Publications de Laurent Toubiana », sur limics.fr (consulté le 4 octobre 2020)
  17. « Le bilan de la canicule revu à la hausse », sur Les Echos, (consulté le 4 octobre 2020)
  18. Site 20minutes.fr, article d'A Ch. "Grippe et gastro-entérite: Le stade de l'épidémie est atteint en France", consulté le 2 septembre 2020
  19. « Grippe: une surveillance de l’épidémie très complexe », sur sante.lefigaro.fr, (consulté le 4 octobre 2020)
  20. « Covid-19 : Une épidémie déconcertante, Retour vers le futur », sur FranceSoir, (consulté le 4 octobre 2020)
  21. « COVID-19 : 13 mars 2020 Interview JudaiqueFM Une épidémie déconcertante IRSAN Recherche », sur recherche.irsan.fr (consulté le 4 octobre 2020)
  22. « Coronavirus. Ces «iconoclastes» qui ne croient pas à une deuxième vague », sur www.leprogres.fr (consulté le 4 octobre 2020)
  23. « Laurent Toubiana, chercheur epidémiologiste : "La menace, à l'heure actuelle, n'existe pas, on la fabrique" », sur www.franceinter.fr (consulté le 4 octobre 2020)
  24. Béatrice Mouedine, « Covid-19 : le virus ne circule pas, selon Laurent Toubiana », sur Radio Classique, (consulté le 4 octobre 2020)
  25. « Coronavirus en Europe : une déferlante de restrictions et de contestations », sur TV5MONDE, (consulté le 4 octobre 2020)
  26. « Interdit d'interdire - Covid-19 : le retour ? », sur RT en Français (consulté le 4 octobre 2020)
  27. « Désintox. Non, les cas positifs de Covid-19 ne baissent pas », sur Franceinfo, (consulté le 4 octobre 2020)
  28. Luc Peillon, « Sur quoi se fonde l'épidémiologiste Laurent Toubiana pour affirmer que «l'épidémie est terminée» ? », sur Libération.fr, (consulté le 4 octobre 2020)
  29. Le 10 septembre 2020 à 17h10 et Modifié Le 10 Septembre 2020 À 17h24, « «Covid-19: nous ne voulons plus être gouvernés par la peur» : la tribune de chercheurs et de médecins », sur leparisien.fr, (consulté le 4 octobre 2020)
  30. « Il est urgent de changer de stratégie sanitaire face à la Covid-19 », sur Club de Mediapart (consulté le 4 octobre 2020)
  31. Pauline Moullot, « Le «JDD» a-t-il censuré une tribune critiquant la gestion de l'épidémie et le «catastrophisme» des autorités? », sur Libération.fr, (consulté le 4 octobre 2020)



Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]