Laurent Quintreau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Laurent Quintreau
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Conjoint

Laurent Quintreau est un écrivain français né en 1965 à Poitiers dans la Vienne. Faisant partie des fondateurs de la revue littéraire Perpendiculaire, il s'inspire aussi dans ses romans de sa connaissance du monde du travail. En 2006, il publie Marge brute, qui révèle les dessous de la direction d'une grande entreprise. En 2009 paraît Mandalas, dans lequel se croisent publicitaires, artistes contemporains et moines tibétains. Dans La Chimie des trajectoires, une mouche traverse les règnes, de l'humain à l'animal et du végétal au minéral. Il est également l'auteur d'un essai, Le Moi au pays du travail, paru en 2015. Ce qui nous guette, publié en 2018, est un roman d'anticipation.

Biographie[modifier | modifier le code]

Laurent Quintreau passe son enfance à Niort (Deux-Sèvres). Après des études au lycée technique de Niort, il intègre une hypokhâgne et une khâgne à Poitiers. En 1983 et 1984, il rencontre Nicolas Bourriaud, Christophe Duchatelet, Jean-Yves Jouannais et Christophe Kihm. De cette amitié naîtra en 1985 la Société perpendiculaire[1], entreprise de fiction qui éleva l’idiotie, le ratage, le kitsch pavillonnaire ou la culture d'entreprise au rang d’objets d’études et d’explorations. En 1995, ce groupe littéraire fonde à Paris La Revue perpendiculaire qui publie de nombreux auteurs contemporains[2] et est éditée aux Éditions Michalon (1995-1996) puis chez Flammarion (1997-1998).

Laurent Quintreau y écrit sur les enjeux philosophiques de Tentative d’épuisement d’un lieu parisien de Georges Perec (« Perec-Pascal : 2-0 »), les leurres de l’anthropomorphisme ordinaire (« le concept de chien ne mange pas de croquette ») ou les projets médiumniques présentés au 4e congrès international de psychologie par le docteur Paul Gibier,  (« les fantômes, c’est scientifiquement prouvé ! »). Il signe également des chroniques littéraires pour la revue Art press [3] et réalise des performances avec l’artiste Arnaud Labelle-Rojoux. En 2003, son Self free-fight est remarqué par la chorégraphe et critique Dominique Frétard[4].

Parallèlement, il travaille comme concepteur-rédacteur pour des agences de publicité. Membre de la CFDT, il est secrétaire général du Betor-Pub CFDT. Son activité littéraire, artistique et théorique est nourrie de cette expérience de salarié et de responsable syndical.

Laurent Quintreau a publié quatre romans (Marge brute en 2006, Mandalas en 2009, La Chimie des trajectoires en 2014 et Ce qui nous guette en 2018) ainsi qu’un essai, Le Moi au pays du travail, en 2015.

Il contribue par ailleurs à des ouvrages collectifs et collabore occasionnellement à la revue Esprit et écrit régulièrement pour Philonomist[5] et Switch (on paper)[6]. Membre du jury GESTES (Groupe d’études sur le travail et la souffrance au travail) pour le concours Écrire le travail, il fait régulièrement des interventions dans le champ universitaire (Nanterre, Sciences-Po, CELSA, EHESS…).

Œuvre[modifier | modifier le code]

Laurent Quintreau construit ses romans « comme un faisceau de points de vue qui divergent sur la même réalité et qui finalement la dissolvent. Le dépaysement qui en résulte met en question, à chaque fois, ce que nous avons l’habitude de percevoir comme réel »[7].

Dans Marge brute, publié en , le lecteur est transposé dans le cerveau des onze cadres supérieurs réunis autour d’une table pour un comité de direction[8]. Composé sur le modèle de La Divine Comédie de Dante en trois chants, l’enfer, le purgatoire et le paradis, ce premier roman est décrit par la critique comme « affreusement drôle »[9] ou qualifié de « brûlot jubilatoire au style haletant et féroce »[10]. Marge brute a reçu le prix du premier roman du Doubs et a été traduit en plus de dix langues. Le prix de la meilleure traduction lui a été décerné en Angleterre[11] et il a connu en Allemagne un retentissement médiatique[12]. Il a fait l’objet d’adaptations théâtrales, notamment au Gallus Theater[13] de Frankfort en 2010.

Mandalas, paru en 2009, est un roman à la structure fragmentée où se croisent sages tibétains, cadres supérieurs, neurologues et artistes en quête d’expériences esthétiques radicales[14]. Tout à la fois ouvrage d’initiation sur les états de mort imminente, la sainteté, la réincarnation, conte philosophique sur les apories de la sagesse, l'art avant-gardiste et le monde de l'argent[15], ce vaudeville mystique « dans sa texture comme dans son propos parvient à restituer l’esprit de ce temps d’ubiquité, d’amertume et de recherches maladroites de salut »[16].

La Chimie des trajectoires, en 2014, a pour héroïne une mouche, qui s‘invite dans des dédales d’immeubles parisiens et nous fait partager une série de scènes « dont l’accumulation prépare le terrain d’une catastrophe à venir »[7]. « Formellement, cela donne un roman aux dialogues rares et à l’observation quasi clinique, sentiment encore renforcé par le titre des chapitres – au hasard : Carbonifère, Décomposition, Implosion, Prédation, Désagrégation, Dissolution – et surtout par les données climatiques et biologiques qui ponctuent chacun d’entre eux[17]. ».

Dans Le Moi au pays du travail, essai publié en , Laurent Quintreau expose comment la personne tente de se frayer un chemin dans « la grande fourmilière professionnelle minée par les objectifs chiffrés, le burn out et la peur du licenciement »[18]. À partir d’une trentaine de trajectoires d’hommes et de femmes, « l’auteur se livre à une exploration de la manière dont le travail affecte la subjectivité »[19]. Alternant saynètes et courts aperçus philosophiques (Quand mes désirs rencontrent l’ordre du monde, Le Grand Autre, Le Règne de la démesure), il relate au plus près « la métamorphose culturelle qu’a subie aujourd’hui le travail, agrégats d’activités extrêmement diverses où la vie intime apparaît toujours plus réquisitionnée »[20] et nous donne accès à une réalité « à peine dégagée de sa gangue de brutalité peu intelligible »[21].

En , il publie le roman Ce qui nous guette aux éditions Payot et Rivages[22]. « Œuvre d’anticipation […] qui s’attaque à l’avenir scientifique de l’intelligence »[23] et à « cette capacité de « mise en magie du réel » qui distingue l’être humain du microprocesseur »[24], elle est composée d'« une succession de saynètes […] décrivant ce que devient la vie de tout un chacun, entre obligation d’excellence et terreur »[25],où « Laurent Quintreau poursuit une œuvre dans laquelle la fiction contamine le réel[26]. »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Marge brute, Paris, Denoël, , 2008.
  • Mandalas, Paris, Denoël, .
  • La Chimie des trajectoires, Paris, Payot et Rivages, .
  • Ce qui nous guette, Paris, Payot et Rivages, .

Essais[modifier | modifier le code]

  • Le Moi au pays du travail, Paris, Plein Jour, .

Articles[modifier | modifier le code]

  • « Perec-Pascal : 2-0 », Revue perpendiculaire, éditions Michalon, été 1996.
  • « Le Concept de chien ne mange pas de croquettes », Revue perpendiculaire, éditions Flammarion, automne 1997.
  • « Les Fantômes, c’est scientifiquement prouvé ! », Revue perpendiculaire, éditions Flammarion, été 1998.
  • « François Jullien, pour une pensée élargie » (entretien), Art press, juillet-.
  • « L’Idiot sauvera-t-il le monde ? », Minotaure, printemps 2003.
  • « Y a-t-il une vie après le moi ? », Minotaure, printemps 2004.
  • « Les Salariés dans les zones grises du droit », Esprit, positions, [27].
  • « Un licenciement », Esprit, article dans dossier « peut-on raconter le chômage ? », [28].
  • « Splendeurs et misères du travail créatif », Cadres Cfdt, [29].
  • « L’Écheveau tissé par les ordonnances va dans le sens inverse du programme du candidat Macron », Le Monde, .
  • « L’Écrivain face aux lois du marché », L'économie politique N°079 – 07/2018.
  • " Sort et ressorts de la motivation ", Philonomist, 06/09/2019.
  • " Face au changement ", Philonomist, 03/12/2019.
  • " La guerre au virus comme objet littéraire ", Philonomist, 20/06/2020.
  • " Covid-19 au travail : le grand retournement ", Switch (on Paper), 3 mai 2020.
  • " Les risques d'un biopouvoir disciplinaire ", Revue Politique et Parlementaire, 30 novembre 2020.

Contributions, collectifs[modifier | modifier le code]

  • Membre-fondateur de la revue Perpendiculaire (1995-1998), revue littéraire trimestrielle (éditions Michalon 1995-1996, Flammarion 1996-1998)
  • « Houellebecq et l’ère du flou », journal Le Monde (cosigné avec Nicolas Bourriaud, Christophe Duchatelet, Jean-Yves Jouannais, Christophe Kihm, Jacques-François Marchandise),  
  •  « Société perpendiculaire, rapport d’activité », éditions Images modernes, 2002 
  • « Le Chaos vu du bas », préface au catalogue de l’artiste Arnaud Labelle-Rojoux, Semiose Éditions, 2006
  • « Qui veut être Sainte-Thérèse ? » (récit), in espaces, revue du CNES,  
  • « Une fiction médiévale. Le voyage céleste de Sainte-Hildegarde de Bingen » actes de colloque, Corps. Poésie. Esthétique, sous la direction de Jonathan Pollock et Arnaud Villani, collection Études, Presses Universitaires de Perpignan,
  • Depuis 2016 : membre du comité éditorial de la revue cadres cfdt
  • Depuis 2016 : membre du jury GESTES (groupe d’Études Sur le Travail et la Souffrance au Travail) pour le concours « Écrire le travail » 
  • 2018 : « Changer le travail : du logos à la praxis, de la praxis à l’éthos », in Écrivons le travail : lycéens et chercheurs, regards croisés sur le travail (sous la direction de Claire Edey Gamassou et Sophie Prunier-Poulmaire), Octarès éditions, 2018

Expositions, théâtre, performances[modifier | modifier le code]

  • « La tapisserie » : exposition au Fonds régional d'art contemporain Provence Alpes Côtes d'Azur, curator, Eric Mangion, Marseille, 2002
  • « Tuyauteries », pièce de théâtre, in « Rien à branler des chiens » d’Arnaud Labelle-Rojoux, éditions Frac Collection Aquitaine,
  • « Self free-fight », performance, Le Plateau, , en duo avec l’artiste Arnaud Labelle-Rojoux dans le cadre de « 7 sets, un parcours artistique » (en partenariat avec le Plateau/Frac Ile-de-France)
  • « La Femme Féminine », performance, dans le cadre de « Cabaret Schpountz », création d’Arnaud Labelle-Rojoux (partenariat Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur) à la Friche Belle de mai de Marseille en 2003 et au CCC (Centre de Création Contemporaine) de Tours en 2004
  • « La face cachée de l’Absolu », pièce de théâtre, in « Le cœur du mystère » de Xavier Boussiron et Arnaud Labelle-Rojoux, éditions Particules et Frac Collection Aquitaine, 2007

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notices d'autorité : BNF: cb14539122z  ; ISNI:0000000053033333 ; LCCN : nr2007013723 ; NCK :xx0075098 ; NLK : KAC200710974 ; NTA : 30792937X ; Sudoc :078070546 ; VIAF :34694598 ; WorldCat Identities :nr2007013723

Site officiel de Laurent Quintreau

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Une provoc' qui tombe à pic », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. « La relève des avant-gardes », sur www.magazine-litteraire.com (consulté le )
  3. « François Jullien, pour une pensée élargie | artpress », artpress,‎ (lire en ligne)
  4. les conspirateurs du réel passent à l’attaque/culture/arts/le monde/dimanche 26 – lundi 27 janvier 2003
  5. « Laurent Quintreau | Philonomist. », sur www.philonomist.com (consulté le )
  6. « Laurent Quintreau, auteur sur Switch (on Paper) », sur Switch (on Paper) (consulté le )
  7. a et b « La Chimie des Trajectoires (pour tout le monde) • Rivages • Notre sélection, Laurent Quintreaux, Philippe Garnier • Philosophie magazine », sur www.philomag.com (consulté le )
  8. « Livres du 22 octobre 2006 », France Inter,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. http://medias.lemonde.fr/mmpub/edt/doc/20060824/805955_sup_livres_060824.pdf
  10. Premiers de la classe Paris Match N° 2989 du 31 août au 6 septembre 2006
  11. (en-US) « A choice of first novels | The Spectator », sur The Spectator (consulté le )
  12. Die geheinem Gedanken der Manager Frankfurter allgemeine zeitung 16 avril 2009
  13. « Gallus Theater Programm: TheArtOfFusion mit Meeting of Arts », sur www.gallustheater.de (consulté le )
  14. « La comédie de la sagesse », Le Figaro littéraire,‎
  15. Laurent Quintreau, « L'impossible rencontre: sagesse, art et argent », Mandalas,‎ (lire en ligne)
  16. « Mandalas », Marianne,‎ 12 au 18 septembre 2009
  17. Charlotte Pons, « Rentrée littéraire (4) : Laurent Quintreau, l'humanité à la loupe », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le )
  18. [Le moi au pays du travail Un état des lieux - https://alternatives-économiques.fr]
  19. « Empêchements, fascinations et mécanismes de défense du moi au travail », Nonfiction.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. « Le Moi au pays du travail. Un état des lieux (pour tout le monde) • Plein Jour • Notre sélection, Laurent Quintreau, Travail • Philosophie magazine », sur www.philomag.com (consulté le )
  21. « Laurent Quintreau : le Moi au pays du travail. Un état des lieux », esprit.presse.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  22. « Ce qui nous guette | Rivages », sur www.payot-rivages.fr (consulté le )
  23. La revue des deux mondes, 16 juillet 2018 [1]
  24. Le monde des livres, 18 juin 2018 [2]
  25. Madame Figaro, 11 mai 2018 [3]
  26. Livre Hebdo, 23 mars 2018 [4]
  27. Laurent Quintreau, « Position. Les salariés dans les zones grises du droit », Esprit, vol. Février, no 2,‎ , p. 8–10 (ISSN 0014-0759, lire en ligne, consulté le )
  28. « Peut-on raconter le chômage ? », Revue ESPRIT,‎ (lire en ligne, consulté le )
  29. « Splendeurs et misères du travail créatif | larevue.cfdtcadres.fr », sur www.larevuecadres.fr (consulté le )