Laurent Pécheux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Laurent Pécheux
Attribué à Jean-Baptiste Greuze - Portrait du peintre Laurent Pécheux.jpg

Portrait de Laurent Pécheux, attribué à Domenico Corvi.

Naissance
Décès
(à 91 ans)
TurinVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Laurent Pécheux, Portrait du père François Jacquier, 1764, collection particulière.

Laurent Pécheux, né le 17 juillet 1729 à Lyon et mort le 1 juillet 1821 à Turin, est un peintre français du XVIIIe siècle ayant passé l'essentiel de sa carrière en Italie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Laurent Pécheux,Portrait de Marie-Louis de Parme, future reine d'Espagne, 1765, New York, Metropolitan Museum of Art.
Vénus et Minerve, 1794

Né à Lyon en 1729, Laurent Pécheux se rend à Rome en 1753 où il entre rapidement en contact avec les deux peintres qui dominent alors l'école romaine, où commence à se faire jour le néoclassicisme : l'allemand Anton Raphael Mengs, qui le conseille, et son rival l'italien Pompeo Batoni. En 1755, il travaille pour un lord écossais puis pour divers couvents et particuliers de Lyon, sa ville natale. Il est reçu à la prestigieuse Académie de Saint-Luc en 1762 et, en 1765, après s'être distingué en réalisant à Rome le portrait du père jésuite François Jacquier, il se rend à Parme pour réaliser les portraits de la famille ducale, dont celui de Marie-Louis de Parme, future reine d'Espagne. Portraitiste de la Cour il y fut également nommé directeur de l'Académie, travaillant notamment pour la décoration de la chapelle ducale de Colorno.

Après un bref séjour à Naples, il retourne ensuite à Rome où de grandes familles de l'aristocratie comme les Barberini ou les Borghèse lui commandent des fresques pour orner leurs palais. Il se fixe finalement à Turin où, en 1776, il fut nommé directeur de l'Accademia Albertina. Dans cette ville, il exécuta les fresques de certaines salles de la Bibliothèque Royale ainsi que pour l'église San Domenico. Il passa le reste de sa carrière à Turin, y mourant en 1821.

Icarus
Pygmalion avec Galatea

Portraitiste et peintre d'histoire reconnu, peignant dans un style qui s'apparente au néoclassicisme tel qu'il est élaboré en Italie dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, il fut un peintre à la carrière riche, reconnu et apprécié, recevant des commandes d'amateurs français et de personnages importants de l'époque comme le pape Pie VI ou l'impératrice Catherine II de Russie.

En France, il a notamment peint un cycle de douze grandes toiles sur la vie du Christ à la Collégiale Notre-Dame de Dole (toujours in situ et récemment restauré), qui lui furent commandées en 1762 par l'un de ses protecteurs l'abbé Delamarre. Il reçut cette commande alors qu'il venait d'arriver à Rome et n'était pas encore connu. Il mit près de vingt ans à la réaliser (entre 1762 et 1781) depuis l'Italie sans jamais se rendre à Dole.

Beaucoup de ses œuvres sont aujourd'hui conservées par des musées italiens, notamment à Rome, Parme et Turin. En France, les musées de Dole, Dijon, Lyon et Chambéry conservent des peintures de sa main. Une première grande exposition rétrospective lui est consacré en 2012 par le musée des beaux-arts de Dole et celui de Chambéry, réhabilitant ainsi en France l'œuvre de ce peintre oublié.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :