Laurent Mottron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Laurent Mottron
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata (66 ans)
à FranceVoir et modifier les données sur Wikidata
Pays de nationalité France
CanadaVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Formation Université de Tours () et université Paris-Descartes ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Profession Psychiatre et chercheurVoir et modifier les données sur Wikidata
Employeur Université de MontréalVoir et modifier les données sur Wikidata

Laurent Mottron, né le en France, est un psychiatre, linguiste et professeur d'université canadien d'origine française. Il est spécialiste des recherches en clinique de l'autisme et des troubles envahissants du développement à l'université de Montréal.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il étudie la médecine à l'université François-Rabelais (Tours) et soutient en 1981 une thèse de médecine intitulée Fonctionnement de l'opposition névrose/psychose[1], et en 1983, une thèse d'État en lettres et sciences humaines, intitulée Contraintes communes à l'acquisition, la théorisation et la pathologie de la deixis[2] à l'université Paris 5-René Descartes. Il vit depuis 1990 au Québec, où il est professeur d'université, titulaire de la chaire de recherche Marcel et Rolande Gosselin en neurosciences cognitives de l'autisme au département de psychiatrie de l'université de Montréal depuis 2008, et chercheur national au Fonds de recherche en santé du Québec. Il a fondé la clinique spécialisée de l'autisme et des troubles envahissants du développement de l'hôpital Rivière-des-Prairies de Montréal en 1995[3], et le Centre d'excellence en troubles envahissants du développement de l'université de Montréal (CETEDUM)[4] en 2007.

Domaines de recherche[modifier | modifier le code]

Depuis 1997, sa recherche a été financée par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC, ou CIHR pour Canadian Institutes of Health Research). Il a signé plus d'une centaine d'articles scientifiques sur les neurosciences cognitives et l'autisme. Ses résultats les plus importants portent sur la perception visuelle et auditive dans l'autisme savant et non savant, étudié par imagerie cérébrale et les tâches cognitives. Il est également intéressé à réexaminer le rôle de la déficience intellectuelle, des mutations identifiables et l'épilepsie dans l'autisme primaire, et l'inclusion de chercheurs autistes en sciences. Il anime un groupe de 5 chercheurs, Armando Bertone, Isabelle Soulières, Baudouin Forgeot D'Arc, Claudine Jacques et Michelle Dawson. Ses travaux, fondés sur la neuro-imagerie et l'étude de tests cognitifs, concernent le traitement de l'information par les personnes autistes (perception, mémoire, raisonnement). Ils s'inscrivent dans la neuropsychologie générale des troubles envahissants du développement. Il développe avec le groupe de recherches en neurosciences cognitives de l'autisme de Montréal, le modèle du surfonctionnement perceptif (Enhanced Perceptual Functioning, 2006[5]), une des théories privilégiées pour interpréter les données cognitives et celles issues de l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle. Ce modèle a été prolongé récemment par celui de la cartographie véridique (Veridical mapping, 2013 [6]), sur les forces et talents des autistes savants et des autistes non savants, et du modèle gâchette-seuil-cible (trigger-threshold-target, 2014[7]), sur les liens entre les mutations impliquées dans l'autisme, la plasticité microstructurale et régionale, et les surfonctionnements perceptifs.

Prises de position[modifier | modifier le code]

Dans un courrier publié par Le Monde en 2012, Laurent Mottron exprime qu'il a quitté la France pour le Canada par opposition à l'approche psychanalytique de l'autisme : « la psychanalyse n'a rien à dire ni à faire avec l'autisme. La psychanalyse est une croyance, une pratique qui doit rester limitée à un rapport entre adultes consentants. On doit la sortir du soin, des enfants en particulier (et pas seulement de l'autisme). Je suis parti au Canada pour fuir cela il y a vingt ans ». Dans ce courrier, il exprime également son opposition à la méthode ABA, qu'il estime « peu fondée scientifiquement, et éthiquement contestable »[8]. Dans Cerveau&Psycho, il écrit que : « La psychanalyse n’a rien apporté à la compréhension ni à la prise en charge de l’autisme, ni en termes de pratiques, ni en termes de connaissances »[9].

Publications[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

  • Mottron L, Belleville S, Rouleau GA, Collignon O (2014). Linking neocortical, cognitive, and genetic variability in autism with alterations of brain plasticity: The Trigger-Threshold-Target model. Neurosci Biobehav Rev. Aug 21. PMID 25155242 Open access
  • Mottron, L., Bonnel, A., Bouvet, L., Samson, F., Burack, JA, Dawson M., Heaton, P., Veridical mapping in the development of exceptional autistic abilities (2013) Neurosci Biobehav Rev. 2013 Feb;37(2):209-28. doi: 10.1016/j.neubiorev.2012.11.016. Epub 2012 Dec 5. PMID 23219745 Open access
  • Samson, F., Mottron, L., Soulières, I., Zeffiro, T.A., (2011) Enhanced visual functioning in autism: an ALE meta-analysis, Human brain mapping, Apr 4. doi: 10.1002/hbm.21307. PMID 21465627
  • Bonnel, A., McAdams S., Smith B., Berthiaume, C., Bertone, A., Ciocca, V., Burack, JA., Mottron, L., (2010) Enhanced pure-tone pitch discrimination among persons with autism but not Asperger syndrome, Neuropsychologia, Jul;48(9):2465-75. Epub 2010 Apr 28. PMID 20433857
  • Samson, F., Hyde, KL., Bertone, A., Soulières, I., Mendrek, A., Ahad, P., Mottron, L., Zeffiro, TA., (2011) Atypical processing of auditory temporal complexity in autistics, Neuropsychologia, Feb;49(3):546-55. Epub 2010 Dec 28. PMID 21192958
  • Mottron, L. (2011) Changing perceptions: The power of autism. Nature. Nov 2;479 (7371): 33-5.Nature
  • Toutes les publications de Laurent Mottron sur PubMed [3]

Livres[modifier | modifier le code]

  • L'autisme : une autre intelligence. Diagnostic, cognition et support des personnes autistes sans déficience intellectuelle., Mardaga, 2004.
  • L'intervention précoce pour enfants autistes], Mardaga, 2016]

Notes et Références[modifier | modifier le code]

  1. Thèse d'exercice en médecine, notice Sudoc [1].
  2. Thèse d'État en lettres et sciences humaines, université René Descartes, notice Sudoc [2].
  3. « Hôpital Rivière-des-Prairies »
  4. « CETEDUM »
  5. « Enhanced Perceptual Functioning 2006 »
  6. « Veridical mapping 2013 »
  7. « Trigger-Threshold-Target 2014 »
  8. Laurent Mottron, « Autisme : une mise en garde contre la méthode ABA », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  9. Laurent Mottron, « L’autisme : une différence plus qu’une maladie », Cerveau&Psycho, no 51,‎ , p. 21 (lire en ligne).

Source de la traduction[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]