Laurent Grasso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grasso.
Laurent Grasso
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Site web

Laurent Grasso, né en 1972 à Mulhouse, est un artiste français.

Il vit et travaille à Paris et New York.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris en 2001[1], Laurent Grasso a également étudié à la Cooper Union School à New York, à la Central Saint Martins School of Art de Londres[2] et au Fresnoy, Studio National des Arts Contemporains à Tourcoing[3]. Résident du Pavillon du Palais de Tokyo en 2001[4] et de l’International Studio & Curatorial Program à New York en 2007[5],  il fut pensionnaire de la Villa Médicis à Rome en 2004[6]. Laurent Grasso est lauréat du Prix Altadis en 2005 et du Prix Marcel Duchamp en 2008[7]. En 2015, il est nommé Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres[8].

Œuvre[modifier | modifier le code]

La vidéo constitue un axe central à partir duquel Laurent Grasso déploie divers medias : peinture, photographie, sculpture, installation, micro-architecture[9].

Les œuvres de Laurent Grasso mêlent différentes temporalités, géographies et cultures en semant le doute quant à leur origine. L’artiste crée des atmosphères mystérieuses dans lesquelles la limite entre ce que nous percevons et ce que nous voyons se trouve remise en question. Fasciné par l’influence qu’ont certaines forces sur l’esprit humain, Laurent Grasso tente de saisir, révéler et donner corps à l’invisible. L’anachronisme et l’hybridation ont une importance majeure dans sa démarche, car ils permettent de décomposer la réalité pour la reconfigurer selon des règles nouvelles et inventées. Dans cette logique, l’artiste développe depuis plusieurs années la série Studies into the Past, constituée de peintures ressemblant en tout point à des tableaux de la Renaissance mais qui sont réalisées de nos jours[9],[10],[11].

Les œuvres les plus récentes de Laurent Grasso creusent la question de l'esthétique du pouvoir, avec notamment le film Élysée (2016). Cette radioscopie du "Salon Doré" de l'Élysée, bureau personnel du Président de la république française, dépeint un centre opérationnel du pouvoir existant au-delà de son incarnation par un individu[12].

Commandes publiques et privées[modifier | modifier le code]

  • SolarWind, installation lumineuse, commande publique dans le cadre du 1% pour la SEMAPA, en collaboration avec le CNES, Silos Ciments Calcia, Paris, 13e Arrondissement, 2016[13]
  • Installation dans le hall du Teater de Kom, commande publique de la ville de Nieuwegein, Pays-Bas, 2013[14]
  • Sphère géodésique, commande publique de l’Institut d’optique, Talence (Bordeaux), 2013[15]
  • Anechoic Pavilion, micro-architecture, Pier 4, Hong Kong, 2012[16]
  • Du Soleil dans la Nuit, installation néon, toit de la Samaritaine, Nuit Blanche, 2012[17]
  • Sphères géodésiques et néon, commande publique de la ville d’Edmonton, Canada, 2011-2013[18]
  • Memories of the Future, installation néon, Leeum, Samsung Museum of Art, Séoul, Corée du Sud, 2010[19]
  • Souvenirs du Futur, installation néon, remparts de la ville de Québec, Manifestation d’art de Québec, 2010[20]
  • Nomiya, micro-architecture, toit du Palais de Tokyo, 2009-2011[21]
  • Infinite Light, installation néon, passerelles du Hunter College, New York, Lexington Avenue, 2008[22]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Soudain déjà », sur beauxartsparis.com (consulté le 3 août 2016)
  2. « New Media Art - Biographie de Laurent Grasso », sur newmedia-art.org (consulté le 3 août 2016)
  3. « Promotions du Fresnoy depuis 1997 », sur lefresnoy.net (consulté le 3 août 2016)
  4. « Résidents Pavillon 2001-2011 », sur palaisdetokyo.com (consulté le 3 août 2016)
  5. « Résidents ISCP en 2007 », sur iscp-nyc.org (consulté le 3 août 2016)
  6. « Pensionnaires Villa Medici », sur villamedici.it (consulté le 3 août 2016)
  7. « Adiaf - Prix Marcel Duchamp », sur adiaf.com (consulté le 3 août 2016)
  8. « Arrêtés de Nominations dans l'ordre des Arts et des Lettres », sur culturecommunication.gouv.fr, (consulté le 3 août 2016)
  9. a et b Laurent Grasso : Soleil Double, Paris, Dilecta/Galerie Perrotin, , 272 p. (ISBN 9791090490628)
  10. Laurent Grasso: Uraniborg, Paris, Skira/Flammarion, , 195 p. (ISBN 9782081282148)
  11. Laurent Grasso: Le Rayonnement du corps noir, Paris, Les Presses du Réel, , 320 p. (ISBN 978284066-3317)
  12. Florence de Changy, « Le bureau doré de François Hollande déménage à Séoul », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  13. « Solar Wind : une œuvre d'art au bord du périphérique », sur ARTE Info (consulté le 3 août 2016)
  14. « lichtkunstwerken | Informatie | DE KOM », sur www.dekom.nl (consulté le 3 août 2016)
  15. « La sphère mystérieuse », sur SudOuest.fr (consulté le 3 août 2016)
  16. « ArtAsiaPacific: Future Archeology Laurent Grasso », sur artasiapacific.com (consulté le 3 août 2016)
  17. « Nuit Blanche 2012 - Laurent Grasso "Du Soleil Dans La Nuit" toît de la Samaritaine | Photographie d'architecture / Martin Argyroglo », sur photoarchi.photoshelter.com (consulté le 3 août 2016)
  18. « City of Edmonton Public Art Collection », sur www.edmontonpublicart.ca (consulté le 3 août 2016)
  19. « Other Programs | Leeum, Samsung Museum of Art », sur Other Programs | Leeum, Samsung Museum of Art (consulté le 3 août 2016)
  20. « LAURENT GRASSO «  Manif d'art 5 », sur manifdart.org (consulté le 3 août 2016)
  21. « Le "Nomiya", un restaurant dans le ciel de Paris », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 3 août 2016)
  22. Tina Kelley, « Why Did the Neon Sign Cross the Road? » (consulté le 3 août 2016)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Laurent Grasso. Soleil Double, textes de Amelia Barikin, Teresa Castro, Jean-Hubert Martin, Paris, Dilecta / galerie Perrotin, 2015
  • Laurent Grasso: Uraniborg, textes de Marie Fraser, Marta Gili, Hélène Meisel, Sébastien Pluot, Mathilde Roman, Paris, Skira/Flammarion, 2012
  • Laurent Grasso: Future Archeology, textes de Nikita Yingqian Cai, Pierre Arnauld, Virginie Schmitt, Hong Kong, Edouard Malingue Gallery, 2012
  • Laurent Grasso: Le rayonnement du corps noir, textes de Elie During, Yoann Gourmel, Christophe Kihm, Claire Staebler, Marc-Olivier Wahler, Dijon, Les Presses du Réel, 2009
  • Laurent Grasso: The Horn Perspective, textes de Jean-Pierre Bordaz, Michel Gauthier, Paris, Centre Pompidou, 2009
  • Laurent Grasso: Neurocinema, textes de Ali Akay, Yoann Gourmel, Istanbul, Akbank Sanat, 2008
  • Laurent Grasso, textes de Christophe Kihm, Claire Le Restif, Paris, Actes sud/Altadis, 2006

Liens externes[modifier | modifier le code]