Laurent Astier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Laurent Astier
Description de cette image, également commentée ci-après
Laurent Astier en 2015.
Naissance
Firminy, Loire
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
illustrateur, auteur de bande dessinée

Laurent Astier, né le à Firminy (Loire), est un auteur de bande dessinée français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études d'Arts Appliqués et de graphisme au Lycée Honoré-d'Urfé de Saint-Étienne et au lycée Raymond Loewy de La Souterraine, il fonde une agence de communication graphique avec deux de ses camarades de promotion. Cette expérience est terminée.

En 1999, il s'installe à Paris et intègre la petite équipe d'In Utero, un développeur de jeu vidéo, qui travaille sur Evil Twin, Cyprien's Chronicle, un jeu de plateforme aventure[1].

En 2001, il signe son premier album avec les éditions Glénat. En 2002, paraît dans la collection Zenda le premier tome de la trilogie Cirk.

En 2003, il publie Gong, roman graphique de 120 pages, un one-shot qui se déroule dans le monde de la boxe à New York.

Entre 2003 et 2005, il signe les dessins d'un polar en trois tomes, Aven, avec son frère Stefan au scénario[2].

Entre 2008 et 2011, il illustre L'Affaire des affaires, documentaire-BD en 4 tomes, en collaboration avec le journaliste Denis Robert et Yan Lindingre, sur l'affaire Clearstream[3],[4]. Les deux premiers tomes reçoivent en 2010 le Prix France Info de la bande dessinée d'actualité et de reportage[5]. La série est adaptée en film, sorti en , intitulé L'Enquête, réalisé par Vincent Garenq, avec Gilles Lellouche dans le rôle-titre.

Entre 2006 et 2013, Astier écrit, dessine et met en couleur un polar en cinq tomes, Cellule Poison.

Entre 2014 et 2015, il réalise un one-shot de 112 pages, Comment faire fortune en juin 40, avec Fabien Nury et Xavier Dorison au scénario, et Laurence Croix à la mise en couleur. L'histoire est librement adaptée du roman L'Or des fous, devenu Sous l'aile noire des rapaces, écrit par Pierre Siniac.

En janvier 2019 parait le premier tome de sa série La Venin pour laquelle il assure scenario, dessin et colorisation. Ce western, annoncé en 5 tomes, s'articule autour de la figure d'Emily, jeune femme animée d'un profond désir de vengeance dont la série dévoile peu à peu les ressorts[6]. L'album introductif, Déluge de feu, a reçu le Prix Saint-Michel 2019 du meilleur dessin[7].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  1. Sur le fil du rasoir, 2002[8].
  2. Ballerine, 2004[9].
  3. En exil, 2005.
  1. Les Lois de l'attraction, 2005 (ISBN 2-7493-0206-4).
  2. L'Affût, 2006 (ISBN 2-7493-0288-9).
  3. Source, je boirai de ton eau, 2007 (ISBN 978-2-7493-0389-5).
  1. Immersion, 2006[11].
  2. Qui suis-je ?, 2007[12].
  3. La main dans le sac, 2008[13].
  4. Dans les serres de l'aigle, 2010.
  5. Comptines - 2013[14].
  1. L'argent invisible (co-scénario de Yan Lindingre, 2009 (ISBN 978-2-205-06188-8).
  2. L'enquête - 2009[15].
  3. Clearstream / Manipulation - 2011[16].
  4. Clearstream / Justice - 2011[17].
  1. Face au mur, 2017 (ISBN 978-2-203-08606-7).
  2. Face au mur 2, 2018 (ISBN 978-2-203-12224-6).
  1. Déluge de feu, 2019 (ISBN 978-2-369-81583-9)[18].
  2. Lame de fond, janvier 2020 (ISBN 978-2-369-81586-0)[19].
  3. Entrailles, octobre 2020 (ISBN 978-2-369-81588-4).

Prix[modifier | modifier le code]

Cellule Poison
L'Affaire des Affaires


La Venin

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie sur bedetheque.com.
  2. Nicolas Anspach, « Aven - T1 : Les Lois de l’Attraction - Par L & S Astier - Vents d’Ouest », sur Actua BD,
  3. Didier Pasamonik, « La bande dessinée, une arme politique ? (2/2) : Duel entre deux gauche », sur Actua BD,
  4. « Laurent Astier : 704 pages sur l'affaire Clearstream »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  5. Laurent Astier et Florian Rubis, « Laurent Astier (Prix France Info 2010) : « On ne peut pas raconter ça en 48 pages. » », sur Actua BD,
  6. Mikey Martin, « La Venin #1 – Déluge de Feu », sur https://www.comixtrip.fr/, ComixTrip (consulté le )
  7. a et b Charles-Louis Detournay, « Prix Saint-Michel 2019 : Laurent Astier, scénariste et dessinateur, récompensé pour son dessin », sur https://www.actuabd.com, Actua BD, (consulté le )
  8. Manuelle Calmat, « Sans filet », BoDoï, no 51,‎ , p. 14.
  9. DP, « Nez rouges », BoDoï, no 67,‎ , p. 19.
  10. Nicolas Pothier, « King Gong », BoDoï, no 59,‎ , p. 20.
  11. Laurent Boileau, « Poison - T1 : Immersion - par Laurent Astier - Dargaud », sur Actua BD, .
  12. Laurent Boileau, « Cellule poison – T2 : Qui suis-je ? – par Laurent Astier – Dargaud », sur Actua BD, .
  13. Laurent Boileau, « Cellule Poison - T3 : La Main dans le sac - Par Laurent Astier – Dargaud », sur Actua BD, .
  14. Morgan Di Salvia, « Cellule Poison T5 – Par Laurent Astier – Dargaud », sur Actua BD, .
  15. Morgan Di Salvia, « L’Affaire des affaires T2 – Par Laurent Astier & Denis Robert – Dargaud », sur Actua BD, .
  16. Didier Pasamonik, « « L’Affaire des Affaires » : Un révélateur qui hystérise le débat », sur Actua BD, .
  17. Didier Pasamonik, « L’Affaire des affaires, Clearstream T4 : Justice – Par Denis Robert & Laurent Astier – Editions Dargaud », sur Actua BD, .
  18. J. Milette, « La venin 1. Déluge de feu », sur BD Gest, .
  19. Emma Stef, « La Venin Tome 2 : Une épopée vengeresse ! », sur https://www.francenetinfos.com/, France Net Info, (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christophe Gendry, « Face au mur : Astier passe la deuxième couche », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ .
  • Frédéric Bosser, « Cellule poison, du grand art », dBD, no 22,‎ , p. 25.
  • Laurent Astier (interviewé) et Frédéric Bosser, « Astier, attrape-moi si tu peux », dBD, no 22,‎ , p. 52-55.

Liens externes[modifier | modifier le code]