Laurent Adamowicz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Laurent Adamowicz est un homme d'affaires, entrepreneur, conférencier et auteur.

Il est membre de la « Nutrition Round Table » de l’École de santé publique de l’Université Harvard[1], président depuis 2015 de l’association à but non lucratif EChO - Eradicate Childhood Obesity Foundation et président depuis 2010 de Bon'App (en), une organisation à but social luttant contre l’obésité dans le monde.

Il a travaillé dans l’industrie alimentaire, a été banquier d’affaires, puis, de 1998 à 2004, président et actionnaire du traiteur de luxe Fauchon. Depuis 2005, il est maître de conférence[2], auteur et juge de compétitions universitaires, parmi lesquelles la compétition annuelle de plans d’entreprise à l’école de commerce Wharton School de l’université de Pennsylvanie (Wharton Business Plan Competition)[3],[4], la compétition Top Chef du collège de l’université Harvard, et la compétition des doyens de l’École de santé publique de l’Université Harvard (Harvard T.H. Chan School of Public Health) et de l’école de droit de Harvard (Harvard Law School) en 2015 (Dean’s Food System Challenge)[5].

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et débuts de carrière[modifier | modifier le code]

Laurent Adamowicz fait sa scolarité passe son bac au lycée Chaptal. Il est diplômé de l’ESCP Europe et de la Wharton School aux États-Unis[6] où il a reçu son MBA. Il a également obtenu un magistère d’Anthropologie socioculturelle à l’université Columbia à New York en 2009. Il a été admis comme « fellow » à l’Université Harvard en 2010 au sein du advanced leadership initiative, dont il est ensuite devenu « Senior fellow » en 2011.

Fondateur des guides Paris Sésame et Découvrir Paris, puis consultant, il a ensuite fait carrière dans le marketing au sein du groupe agroalimentaire Beatrice Foods aux États-Unis (assistant chef de produits, associé, chef de produit, chef de groupe, puis responsable des nouveaux produits). Il est ensuite devenu banquier d'affaires, directeur et associé, respectivement de la banque Paribas puis de Rothschild & Cie Banque[7].

Il a également été président de Global Commerce Technology Company (GC Tech SA), une société de technologie ayant introduit le premier système autonome de micro-paiements sur l'Internet[8] : GC Tech a licencié son système de paiement aux banques Bamerindus au Brésil et Paribas pour l’Europe et ouvert des bureaux aux États-Unis[9],[10].

Banque d’affaires[modifier | modifier le code]

Laurent Adamowicz poursuit sa carrière de banquier d'affaires chez Rothschild & Cie, banque dont il devient directeur et associé, puis crée sa propre banque d’affaires, Waldo SA en 1992[7]. Les sociétés pour lesquelles il est intervenu comprennent notamment la Compagnie générale des eaux (Veolia), Van Cleef & Arpels, LVMH - Moët Hennessy Louis Vuitton, Adidas[réf. souhaitée].

Fauchon[modifier | modifier le code]

Laurent Adamowicz a organisé le rachat de Fauchon en janvier 1998[11],[12] avec un tour de table d’actionnaires comprenant notamment Michel Deroy et Jean-François Toulouse, Matignon Investissements et Gestion, la société Intermediate Capital Group, et Barclays Capital Development France, fonds d’investissement du groupe Barclays.

Il a créé un département marketing dont les équipes ont introduit chez Fauchon la première campagne de publicité sur le thème de la mode en 1999. Il relance également la création avec plus de 700 nouveaux produits à la marque Fauchon introduits sur le marché de 1998 à 2000. Il achève le repositionnement de la marque dans son univers alimentaire de l’exceptionnel et du bon produit, notamment en la retirant de la grande distribution. Il fait rénover l’ensemble des magasins historiques de Fauchon Place de la Madeleine, en particulier en faisant ouvrir au public les caves Fauchon et en relançant le salon de thé. La nouvelle équipe marketing est à l'initiative du Site web Fauchon sur Internet. Sous sa direction, dès l’an 2000, Fauchon redevient une entreprise profitable en plein essor, avec l’ouverture de nouveaux magasins Fauchon au Japon, en Corée du Sud, à Taïwan, au Moyen-Orient, en Europe et enfin, aux États-Unis[13],[14],[15],[16],[17].

En 2001, sous sa présidence, Fauchon restaure une relation avec la compagnie Air France : les produits Fauchon sont offerts aux passagers de Première Classe et sur tous les vols en Concorde. Est alors créé par Fauchon le petit sac à main, écrin rose des chocolats Fauchon qui deviendra la signature mondiale de la marque pour la décennie à venir. Ce développement s’accompagne également de l’ouverture de corners Fauchon à Paris-Charles-de-Gaulle et dans de nombreux aéroports à travers le monde. Entre 1998 et 2003, l’entreprise Fauchon passe de 360 à 900 employés, dont 200 chefs de cuisine et pâtissiers. Fauchon connaît une grave crise de trésorerie en 2003[18]. En janvier 2004, Laurent Adamowicz cède ses actions de contrôle du holding de tête de Fauchon et quitte le groupe.

Bon'App[modifier | modifier le code]

Laurent Adamowicz fonde Bon'App (en) en 2010, une organisation à but social luttant contre l’épidémie mondiale d’obésité, notamment grâce à une application indiquant aux utilisateurs ce qu'il y a dans leur nourriture avec un langage simple sur les calories, le sucre, le sel et le « mauvais gras » (la somme des gras saturés et trans). Bon’App a été initiée au laboratoire d’innovation de l’université Harvard (Harvard i-Lab), puis admise dans le programme Healthbox sponsorisé par la première société d’assurance de l’état du Massachusetts aux États-Unis, Blue Cross Blue Shield Massachusetts.

En 2012, Bon’App initie un programme de recherche et une étude clinique dans les écoles publiques de Bâton Rouge en Louisiane avec l’organisme de recherche Pennington Biomedical Research Center (en) pour améliorer les conditions de nutrition des enfants dans les écoles de la région la plus touchée aux États-Unis par la crise de l’obésité.

En 2013, l’école de commerce de Harvard (Harvard Business School) réalise une étude de cas sur Bon’App et Laurent Adamowicz destinée à l’enseignement au sein du cours de Leadership avancé, intitulée : « Advanced Leadership Pathways: Laurent Adamowicz and Bon'App » (« Les Chemins Avancés du Leadership : Laurent Adamowicz et Bon’App »)[19].

En 2014, Laurent Adamowicz lance un programme d’ambassadeurs Bon’App pour l’éducation alimentaire sur les campus américains. Ce programme comprend une vingtaine d’universités américaines parmi lesquelles : Babson College, Boston College, l'université de Boston, Harvard, l’université de New York, l’université Brown, UCLA, l’université de Pennsylvanie, l’université Tulane, l’université de Californie à San Diego, l’université d'État polytechnique de Californie, Hult International Business School, Simmons College et l’université Tufts.

EChO - Eradicate Childhood Obesity Foundation[modifier | modifier le code]

Laurent Adamowicz est co-fondateur, en 2015, avec le Docteur George L. Blackburn (en), de EChO - Eradicate Childhood Obesity Foundation (« Fondation pour l’éradication de l’obésité infantile ») une fondation à but non-lucratif basée à Cambridge, Massachusetts[20]. Cette fondation prône l’éducation nutritionnelle universelle, de la maternelle aux écoles de médecine, ainsi qu’un nouveau système d’étiquetage alimentaire qu’elle entend tester au sein des écoles publiques de Cambridge (Massachusetts)[21]. Laurent Adamowicz représente EChO - Eradicate Childhood Obesity Foundation à Massachusetts Institute of Technology Media Lab[22].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Découvrir Paris
  • Discover Paris
  • Paris Sésame
  • Codes & Symbols of European Tools, 2014
  • Adidas – Bernard Tapie – Les faits, juste les faits, 2015[23]

Conférences[modifier | modifier le code]

Laurent Adamowicz intervient dans des conférences publiques, notamment à la Conférence TED ; ses interventions s’intitulent : « What has your food been eating ? »[2] («Qu'est-ce que votre nourriture a mangé ?»), traduite en 12 langues[24] et « Secondary Sugar Kills »[25] (« Le sucre secondaire tue »), traduite en 35 langues[26].>[27]. Il est intervenu le 17 janvier 2017 a la conférence « AR in Action » sur la réalité augmentée, au MIT Media Lab du Massachusetts Institute of Technology[22].

Plusieurs conférences ont été diffusées sur YouTube :

  • Une conférence sur l'Esthétique de l'Alimentation (« Aesthetics of Food ») à l'Université Harvard, Département des langues et littératures romanes du FAS[28], invité de Doris Sommer dans la classe des agents culturels[29] le 21 octobre 2015 (version intégrale)[30].
  • Une conférence sur Le Goût (« TASTE ») au Laboratoire Cambridge - MIT le 4 novembre 2015 (version intégrale[31] ou version courte, « Le sucre secondaire tue » (« Secondary Sugar kills »), 31 minutes)[32],[33].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. en anglais : Harvard School of Public Health
  2. a et b (en)Conférence TED, Page vue le 29 janvier 2014, «What has your food been eating ? » (« Qu’est-ce que votre nourriture a mangé ? »)
  3. Source : Wharton Business Plan Competition, Venture Finals, Wharton School, Université de Pennsylvanie, page vue le 29 janvier 2015, « Wharton Business Plan Competition, Venture Finals 2005 »
  4. Source : Wharton Business Plan Competition, Venture Finals, Wharton School, Université de Pennsylvanie, page vue le 3 mars 2015, « Wharton Business Plan Competition, Venture Finals 2009 »
  5. Source : Harvard Business School, page vue le 29 janvier 2015, « Be Audacious: Ban Added Sugar from Public Schools»
  6. Les Échos, no 19002 du 3 octobre 2003, page 50, Distribution, Entreprise et Marchés, En Vue, Laurent Adamowicz
  7. a et b Renaud Lecadre, « Fauchon fauché et sauvé? La société luxembourgeoise Waldo rachète le magasin parisien de produits de luxe. », sur liberation.fr, (consulté le 5 février 2015)
  8. Source : Les Échos, numéro du 25 juillet 1996, page vue le 29 janvier 2015, « Laurent Adamowicz a été nommé président de Global Commerce Technology Company »
  9. Source : High Beam, numéro du 16 aout 1996, page vue le 29 janvier 2015, « Can a French Payment Architecture Translate? » (« Est-ce qu’un système d’architecture de paiement français peut traduire ? »)
  10. Source : Business Wire, numéro du 13 mai 1996, page vue le 29 janvier 2015, « GC Tech's Globe ID technology chosen for international joint electronic payments initiative project for secure electronic payments on the Internet; GC Tech establishes headquarters in Silicon Alley » (« Globe ID, la technologie de GC Tech, choisie pour une initiative internationale sur un système de paiement électronique sécurisé sur l’Internet »)
  11. L’Express, Article du 16 avril 1998, p. 19, « Fauchon pas fauché »
  12. Source : Europe 1, Le Journal de l’Économie, le 4 février 1998 à 6 heures 50, par Jean-Michel Salvator
  13. (en) New York Times, Article de Florence Fabricant, le 16 août 2000, « Fauchon Opens A Market in Midtown »
  14. Les Échos, no 17579, 5 février 1998, p. 18, « Waldo veut développer Fauchon aux États-Unis »
  15. Le Monde, no 16493, 5 février 1998, « La vente de Fauchon relance les grandes manœuvres sur le marché de l’épicerie de luxe. Le repreneur, la société Waldo, veut développer la marque aux États-Unis »
  16. Les Échos, no 17619 du 2 avril 1998, p. 19, « Le nouveau PDG de Fauchon veut implanter l'entreprise aux États-Unis »
  17. La Tribune du 2 avril 1998, article p. 11, « L’épicerie fine Fauchon veut conquérir le marché américain »
  18. « Dans Fauchon, tout est bon », sur lesechos.fr,
  19. Source : Université Harvard, Advanced Leadership Initiative, page vue le 29 janvier 2015, « Kanter RM, Schwetz JC, Higgins PB. Advanced Leadership Pathways: Laurent Adamowicz and Bon'App. 2013 » (« Les Chemins Avancés du Leadership : Laurent Adamowicz et Bon’App »).
  20. « George_L._Blackburn » page vue le 12 janvier 2017, George L. Blackburn (en)
  21. EChO - Eradicate Childhood Obesity Foundation, page vue le 29 décembre 2016, [1]
  22. a et b Laurent Adamowicz, conférencier à Massachusetts Institute of Technology Media Lab, page vue le 18 janvier 2017, « Laurent Adamowicz, conférencier à Massachusetts Institute of Technology Media Lab »
  23. Source : Amazon, page d’auteur, page vue le 18 janvier 2017, « Amazon, Biographie de Laurent Adamowicz »
  24. Amara, page vue le 29 décembre 2016, «Qu'est-ce que votre nourriture a mangé ?»
  25. Conférence TED, page vue le 29 décembre 2016, « Secondary Sugar Kills »
  26. Amara, page vue le 29 décembre 2016, «Le Sucre Secondaire Tue »
  27. Laurent Adamowicz, conférencier à TEDxBeaconStreet, page vue le 12 janvier 2017, « Laurent Adamowicz, conférencier à TEDxBeaconStreet»
  28. Université Harvard, Département des langues., page vue le 12 janvier 2017, « Department of Romance Languages & Literatures »
  29. Cultural Agents, Inc., page vue le 12 janvier 2017, « Cultural Agents, Inc. »
  30. l'Esthétique de l'Alimentation à l'Université Harvard, page vue le 30 décembre 2016, « l'Esthétique de l'Alimentation à l'Université Harvard » version intégrale
  31. conférence sur Le Goût (« TASTE ») au Laboratoire Cambridge - MIT, page vue le 30 décembre 2016, « conférence sur Le Goût (TASTE) au Laboratoire Cambridge - MIT » version intégrale
  32. Extraits de la conférence sur Le Goût (« TASTE ») au Laboratoire Cambridge - MIT, page vue le 30 décembre 2016, « conférence sur Le Goût (TASTE) au Laboratoire Cambridge - MIT » extraits
  33. Le Laboratoire Cambridge, LAURENT ADAMOWICZ, TASTE, page vue le 12 janvier 2017, « Le Laboratoire Cambridge, LAURENT ADAMOWICZ, TASTE »

Liens externes[modifier | modifier le code]