Laurence Gavron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gavron.
Laurence Gavron
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
française
Formation
Activité
cinéaste, scénariste, photographe, femme de lettres

Laurence Gavron, née à Paris en 1955, est une cinéaste, scénariste, photographe, femme de lettres sénégalaise et française.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1977, elle a soutenu un mémoire de maîtrise de lettres modernes, option Cinéma, à l'Université Paris 3, intitulé Aspects du thème de l'errance dans le cinéma américain.

Elle a commencé en écrivant sur le cinéma dans divers journaux et revues, puis a travaillé pour la télévision, en particulier comme assistante puis journaliste et réalisatrice sur "Cinéma, Cinémas", "Etoiles et Toiles", "Métropolis", "Absolument Cinéma", "Après la sortie", etc.

Elle est l'auteur d'un ouvrage, écrit en collaboration avec Denis Lenoir, sur John Cassavetes (1986), du roman Marabouts d'ficelle (2000) et des romans policiers Boy Dakar (2008), Hivernage (2009) et, surtout, Fouta Street (Le Masque), 2017), lauréat du prix du roman d'aventures. Elle a également publié de nombreux articles ou critiques de films dans des divers périodiques, dont Positif, Cahiers du cinéma, Libération et Le Monde, ainsi que d'une série de films documentaires.

Elle vit à Dakar depuis 2002 et a acquis la nationalité sénégalaise en 2008.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Critiques de cinéma (exemples)[modifier | modifier le code]

  • « Entretien avec John Cassavetes », in Positif, no 205, avril 1978, p. 23
  • « Jean Rouch 'Revisited' », in On Film, no 8, printemps 1978
  • « Le Walt Disney du Porno : Entretien avec Russ Meyer », in Cahiers du cinéma, Le Journal des Cahiers, 341, vi-vii, novembre 1982
  • « Ouedraogo et sa 'grand-mère' d'Afrique », " in Libération, 12 mai 1989
  • « Southern African Film Festival », in Film africain, 29, 1999, 31

Films documentaires[modifier | modifier le code]

  • 1980 : Just like Eddie (portrait d'Eddie Constantine), 55 min
  • 1991 : Ninki Nanka, le Prince de Colobane (portrait du cinéaste Djibril Diop Mambety), 45 min
  • 1995 : Y'a pas de problème ! : fragments de cinémas africains, 66 min
  • 1999 : Naar bi, loin du Liban (les Libanais au Sénégal), 40 min
  • 2000 : Sur les traces des mangeurs de coquillages, 52 min (les fouilles archéologiques dans le Sine-Saloum)
  • 2004 : Le Maître de la parole - El Hadj Ndiaga Mbaye, la mémoire du Sénégal (Ndiaga Mbaye, un célèbre griot) 55 min
  • 2005 : Saudade à Dakar, 52 min (la communauté cap-verdienne établie à Dakar)
  • 2006 : Samba Diabaré Samb, le gardien du temple (l'un des derniers griots du Sénégal) 68 min
  • 2008 : Yandé Codou Sène, Diva Séeréer (la griotte de Senghor) 63 min
  • 2008 : Assiko!
  • 2015 : Juifs Noirs, les racines de l'olivier, 53 min
  • 2016 : Si loin du Vietnam, 60 min

Photographie[modifier | modifier le code]

Laurence Gavron a aussi fait plusieurs expositions photos ces dernières années au Sénégal. Elle a photographié la culture du sel à Palmarin, les Peuls dans le Djolof et le Ferlo, le travail du coton au Sénégal oriental.

Expositions : Gorée, Regards sur cours (2006, 2013) ; Mairie de Dakar-Plateau (2006), Institut Goethe (2007), Cours Sainte-Marie de Hann (2007), Musée de la Femme Henriette Bathily à Gorée (2007), Institut français de Dakar (2011).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]