Laura Bates

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bates.
Laura Bates
Laura Bates Conway Hall.png
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (32 ans)
OxfordVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
EssayisteVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Distinctions

Laura Bates BEM FRSL (née le ) est une écrivaine féministe britannique. Elle fonde le site internet Everyday Sexism Project (en) en avril 2012. Son premier livre, Everyday Sexism, est publié en 2014.

Enfance et éducation[modifier | modifier le code]

Bates est née à Oxford d'une mère enseignante de français et d'un père médecin, et grandit à Hackney et Taunton. Elle a une sœur aînée et un frère cadet. Ses parents divorce alors qu'elle est âgée d'une vingtaine d'année[1]. Elle étudie la Littérature anglaise au St John's College de Cambridge et est diplômé de l'Université de Cambridge en 2007. Bates reste à Cambridge pendant deux ans et demi en tant que chercheuse pour la psychologue Susan Quilliam (en) qui travaille alors sur une version mise à jour de son ouvrage The Joy of Sex (en).

Everyday Sexism project[modifier | modifier le code]

Bates travailel ensuite en tant que comédienne et nounou, une période durant laquelle elle dit avoir vécu le sexisme lors d'auditions et avoir découvert que les petites filles dont elles s'occupaient étaient déjà obnubilées par leur image[2],[3]. Le site d'Everyday Sexism project est fondé en 2012. Bates raconte dans une interview au Financial Times avec la journaliste Lucy Kellaway en 2014, qu'un jour « un gars dans une voiture a ralenti et m'a lancé : « Vous marchez ici, chaque mercredi et jeudi vers 12h, n'est-ce pas? » ». Bates se rappelle s'être demandé ensuite : « Est-ce ma faute? »[4]. Sur le site, elle y compile les histoires de harcèlement de rue et de sexisme ordinaire que lui envoie des femmes, pour sensibiliser à la systématisation de ce problème[5]. Lors des débuts du projet, elle est la cible de harcèlement après avoir demandé à Lady Gaga via Twitter de relayer son projet[5].

Bates dit à Hannah Betts, lors d'une interview pour The Daily Telegraph, en avril 2014 : « Tous les féminismes signifient pour moi que tout le monde doit être traité de façon égale, quel que soit son sexe. Nous devons arrêter de juger les femmes sur leur apparence et en déduire des choses sur elles. »[1]. « Un homme peut être un père, un médecin, un politicien, un avocat, sans que son sexe soit un problème ou ne soit commenté », Bates raconte à Anna Klassen sur le site de The Daily Beast[6]. « L'une des plus belles surprises est les réponses pleines de compassion de la part des hommes », écrit-elle dans The Guardian. « Ce n'est pas une guerre entre les hommes et les femmes, mais des gens contre les préjugés »[7].

Autour du troisième anniversaire du site, en avril 2015, le site atteint les 100 000 visites[8]. Elle fait face à des abus en ligne. « Les gens parlent des tueurs en série qu'ils admirent et qu'ils aimeraient imiter », dit-elle à Lucy Kellaway, « et sur les différentes armes qu'ils fantasme d'utiliser sur vous et dans quel ordre. C'est assez tordu »[4].

Contributrice pour d'autres publications telles The Guardian, le premier livre de Bates Everyday Sexism est publié par la filiale londonienne de Simon & Schuster en 2014[9]. Elle signe un contrat de deux livres pour Simon & Schuster[10]. Elle est aussi une contributrice au projet new-yorkais, Women Under Siege Project (en).

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Bates reçoit la Médaille de l'Empire Britannique (en) (BEM) en 2015 pour les services rendus à l'égalité des sexes[11]. Elle reçoit aussi le Prix de la Nouvelle Féministe Ultime du Cosmopolitan en 2013[12].

En juin 2018, Bates est élue membre de Société Royale de Littérature lors de l'initiative « 40 under 40 »[13].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Bates épouse Nick Taylor en 2014[14].

Publications[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Hannah Bates, « Rape threats, groping and perverts – Everyday Sexism: why Laura Bates is shouting back », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne)
  2. (en-GB) « Laura Bates wins Ultimate New Feminist », Cosmopolitan,‎ (lire en ligne)
  3. « BBC Radio 4: Woman's Hour Power List 2014 – Top Ten revealed: 9. Laura Bates, campaigner », BBC (consulté le 28 juillet 2014)
  4. a et b Lucy Kellaway, « Lucy Kellaway interviews Everyday Sexism Project founder Laura Bates », Financial Times,‎ (lire en ligne)
  5. a et b (en) Laura Bates, « What I have learned from five years of Everyday Sexism », sur the Guardian, (consulté le 9 septembre 2018)
  6. Anna Klassen, « Everyday Sexism creator Laura Bates on helping women speak out », The Daily Beast,‎ (lire en ligne)
  7. Laura Bates, « 'Anti-feminists don't get irony' », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  8. Radhika Sanghani, « A day in the life of the Everyday Sexism hashtag », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne)
  9. Laura Bates, Everyday Sexism, London, Simon & Schuster, (ISBN 9781471131578)
  10. Josh Farrington, « Laura Bates signs two more with S&S », The Bookseller,‎ (lire en ligne)
  11. (en) Laura Bates, « Queen's birthday honours list: knights outnumber dames five to one », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  12. (en) Sophie Hines, « Laura Bates wins Ultimate New Feminist 2013 », Cosmopolitan,‎ (lire en ligne).
  13. (en) Alison Flood, « Royal Society of Literature admits 40 new fellows to address historical biases », sur the Guardian, (consulté le 3 juillet 2018).
  14. Laura Bates, « How to have a feminist wedding », The Guardian,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]