Laucourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Laucourt
Laucourt
La mairie-école.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Montdidier
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Roye
Maire
Mandat
Bertrand Bayard
2016-2020
Code postal 80700
Code commune 80467
Démographie
Gentilé Laucourtois
Population
municipale
203 hab. (2017 en augmentation de 18,71 % par rapport à 2012)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 40′ 29″ nord, 2° 45′ 31″ est
Altitude Min. 74 m
Max. 97 m
Superficie 6,37 km2
Élections
Départementales Canton de Roye
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Laucourt
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Laucourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Laucourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Laucourt

Laucourt est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé à 5 km au sud-est de Roye, ce village rural du Santerre se trouve à l'intersection de l'ancienne RN 17 (actuelle RD 1017) et de l'ancienne RN 30 (actuelle RD 930), aux confins de la plaine du Santerre.

L'autoroute du Nord et la LGV Nord traversent le territoire communal.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Mard Rose des vents
Dancourt-Popincourt N Roye
O    Laucourt    E
S
Tilloloy Beuvraignes

Transports en commun routiers[modifier | modifier le code]

La localité est desservie par les autocars du réseau inter-urbain Trans'80, Hauts-de-France (ligne no 44, Montdidier - Chaulnes - Péronne - Roisel)[1].

Géologie[modifier | modifier le code]

Le sol est constitué du limon argileux du plateau du Santerre. le calcaire n'affleure qu'au nord-est du territoire. Des veines de grès très friable sont orientées nord-sud[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

En 1899, la nappe d'eau qui alimente les puits est à une profondeur de 10 à 15 mètres[2].

À la fin du XIXe siècle, le hameau du Petit-Laucourt ne compte que deux maisons pour 7 habitants. Le Chessoy, autre hameau n'existe plus que par quelques ruines mais il y a encore une école au chef-lieu[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La forme latine de Laucurt est relevée dès 1180. Suivront Loccourt, Laoucourt et surtout, dès 1296, Laucourt. Si la tradition y voit la signification de Domaine du loup (Lupus), il faut peut-être y trouver le nom d'un propriétaire des lieux de l'époque moyenâgeuse[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Au Chessoy et au lieu-dit Le Catiau, on a trouvé des silex, des tuiles à rebord, des poteries, des vases en cuivre et des monnaies romaines[2]. Le monticule est supposé avoir été un camp de retranchement romain, à proximité de la voie romaine[2]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

En 891, les Normands ont ravagé le village[2].

Robert Barbe de Laucourt semble être le premier seigneur du lieu, cité en 1179[2].

Le fief de Chessoy dépendait des seigneurs de Roye[2].

La seigneurie de Laucourt passa, avec ce dernier, aux seigneurs de Tilloloy[2].

Le château-fort de Chessoy a été endommagé pendant les troubles de la ligue, ne subsistant que la chapelle et le donjon[2].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

À la Révolution, la chapelle de Chessoy disparait et le hameau est absorbé par Laucourt. Le village comptait pourtant encore 36 feux en 1469[2].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Destruction de l'église pendant la Première Guerre mondiale.

Le village est totalement détruit pendant la Première Guerre mondiale[3],[4],[5],[6],[7],[8]. Il a été décoré de la Croix de guerre 1914-1918 le [9].

.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Montdidier du département de la Somme. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la cinquième circonscription de la Somme.

Elle fait partie depuis 1793 du canton de Roye[10]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, dont la commune est toujours membre, est modifié, passant de 33 à 62 communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre du SIVOM du canton de Roye, créé en 1972, et qui s'est transformé pour devenir l'actuelle communauté de communes du Grand Roye, dont la commune est toujours partie intégrante.

Politique locale[modifier | modifier le code]

À la suite d'une grave accident survenu en 2009 qui fit deux victimes dont un mort, la commune doit verser d'importantes indemnités, hors de proportion avec son budget. Le maire élu en 2014, Bruno Thérèse, démissionne en , faute de parvenir à résoudre le problème financier.

Bertrand Bayard est alors élu maire[11] et les habitants décident une très forte augmentation de la pression fiscale (+ 220 % en 2017) ainsi que des économies drastiques. Avec l'aide de nombreux partenaires[12], la commune achève l'indemnisation des victimes en 2018[13].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Jean-Pierre Prouillet[14]    
2014[15] septembre 2016 Bruno Thérèse   Démissionnaire
septembre 2016[11] mai 2020[16] Bertrand Bayard    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[18].

En 2017, la commune comptait 203 habitants[Note 1], en augmentation de 18,71 % par rapport à 2012 (Somme : +0,23 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
270228259261281281261257230
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
222222232235206211215199187
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
171173190128155154171147145
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
173185146164190193178176197
2017 - - - - - - - -
203--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les communes de Beuvraignes,Tilloloy, Bus-la-Mésière, Laucourt, Dancourt-Popincourt, Marquivillers et Armancourt gèrent l'enseignement primaire en regroupement pédagogique intercommunal (RPI)[20], au moyen d'un syndicat scolaire (SISCO). Six classes sont implantées à Beuvraignes et trois à Tilloloy, pour l'année scolaire 2017-2018.

Économie[modifier | modifier le code]

Le village a une activité principalement agricole.

Toutefois, les Studios Lamy, créés en , sont des studios de tournage de films, notamment des courts-métrages ou des films publicitaires. En 2016, le studio a assuré 200 jours de tournage cumulés, et 300 jours en 2017[21].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Carte spéciale des régions dévastées : 21 SE, Montdidier [Sud-Est], Service géographique de l'armée, (lire en ligne) sur Gallica.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le réseau Trans'80 en ligne ».
  2. a b c d e f g h i j k et l A. Périn, Notice géographique et historique, réalisée par l'instituteur, 1899, Archives départementales de la Somme, Amiens Lire la notice en ligne, sur le site des archives départementales.
  3. Section photographique de l'armée, « Photo : Laucourt. Lisières du village », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 22, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 16 mars 2018).
  4. Section photographique de l'armée, « Photo : Laucourt. Un coin du village », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 22, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 16 mars 2018).
  5. Section photographique de l'armée, « Photo : Laucourt. Lisières (?) du village : ancienne barricade allemande », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 22, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 16 mars 2018).
  6. Section photographique de l'armée, « Photo : Laucourt. La grande rue », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 22, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 16 mars 2018).
  7. Section photographique de l'armée, « Photo : Laucourt. La grande rue », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 22, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 16 mars 2018).
  8. Carte spéciale des régions dévastées, document mentionné en liens externes, 1920.
  9. Journal officiel du 6 novembre 1920, p. 17584.
  10. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. a et b « Laucourt Le nouveau maire est Bertrand Bayard : Il sait que la tâche qui l’attend va être difficile. Bertrand Bayard est le nouveau maire d’une commune en difficultés financières », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 16 mars 2018).
  12. Isabelle Boidanghein, « Somme : Laucourt en quête de dons », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 16 mars 2018).
  13. Arnaud Brasseur, « « Laucourt est sauvé » La fin de neuf ans de procédure : Bonne nouvelle pour le village de Laucourt : la totalité de la dette suite à l’accident de 2009 a été réglée. Une lourde page va pouvoir se tourner », Le Journal de Ham, no 63,‎ , p. 15 « Nous avons eu entre 600 et 700 000 euros à payer. La hausse de la taxe communale sur une année, nous a permis de rassembler 180 000 euros. » Il avait en effet fait le choix d’augmenter les impôts fortement sur une année aux habitants de Laucourt : « On leur a demandé s’ils voulaient une forte hausse d’impôt sur une année ou une hausse mesurée sur quatre à cinq ans. Il est ressorti de cette consultation que les Laucourtois ont préféré la première solution. Augmenter les impôts sur une plus longue période, rendait les maisons difficilement vendables ou louables. (...) L’appel aux dons lancé aux communes a été entendu par 470 villes et villages, surtout voisins (Somme, Nord, Seine-Maritime). Ce sont 230 000 euros qui ont été récoltés. Ensuite, nous avons eu un don de la Smacl (Société mutuelle d’assurance des collectivités locales) de 100 000 euros. Son PDG avait entendu parler de l’affaire et a voulu nous aider. Le Conseil Départemental nous a aidés à la même hauteur. L’État, via le préfet de la Somme, nous soutient pour 165 000 euros. Il y a eu également le député et les sénateurs ».
  14. Réélu pour le mandat 2008-2014 : « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 21 novembre 2008)
  15. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  16. Arnaud Brasseur, « Un mandat particulier - Quatre ans à la tête du village : Bertrand Bayard n'est plus le maire de Laucourt après quatre années à rembourser les dettes et sécuriser les installations », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3604,‎ , p. 24
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  20. Le Courrier Picard, « Carte scolaire, ils restent mobilisés », dimanche , p. 8.
  21. Arnaud Brasseur, « 300 jours de tournage en 2017 Les studios Lamy font vivre le cinéma à Laucourt : Créés en janvier 2015 par Olivier Lamy, les studios de tournage séduisent de plus en plus de producteurs. Certains viennent même de l’autre côté de l’Atlantique », Le Journal de Ham, no 62,‎ , p. 4.
  22. Oswald Macqueron, « Aquarelle : Église de Laucourt d'après nature, 23 septembre 1867 », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le 16 mars 2018).
  23. « Gravure : Jubé de l'église de Laucourt. Héliog. Dujardin. Extrait de la "Picardie historique et monumentale". », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le 16 mars 2018).
  24. Oswald Macqueron, « Aquarelle : Une des arcades de la tribune en chêne sculpté de l'église de Laucourt. D'après nature, août 1883 », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le 16 mars 2018).
  25. « Gravure : A) Fonts baptismaux de l'église de Laucourt. d'après un dessin d'après nature de M. O. Macqueron. Extrait du "Cabinet historique de l'Artois et de la Picardie". B) Fragment d'un ancien retable de Laucourt. d'après un dessin d'après nature de M. O. Macqueron », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le 16 mars 2018).
  26. Section photographique de l'armée, « Photo : Laucourt. L'église », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 22, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 16 mars 2018).
  27. Section photographique de l'armée, « Photo : Laucourt. L'église et ses abords », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 22, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 16 mars 2018).
  28. Section photographique de l'armée, « Photo : Laucourt. L'église ; à droite, le calvaire », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 22, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 16 mars 2018).
  29. Section photographique de l'armée, « Photo : Laucourt. Le cimetière : le calvaire », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 22, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 16 mars 2018).
  30. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 284 (ASIN B000WR15W8)
  31. « Statue : Christ de Pitié », notice no PM80000805, base Palissy, ministère français de la Culture.