Lattice Semiconductor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lattice.

Lattice Semiconductor
logo de Lattice Semiconductor

Création 1983
Dates clés 1989 : Introduction en bourse
Fondateurs Ray Capece
Rahul Sud
C. Norman Winningstad
Forme juridique Société anonyme
Action NASDAQ : LSCC
Siège social Hillsboro, Oregon
Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité Semi-conducteurs
Produits FPGA, CPLD
Effectif 754 (2018)
Site web (en) www.latticesemi.com

Chiffre d'affaires en augmentation $ 380,47 millions (2018)

en diminution $ 356,50 millions (2017)

Résultat net en augmentation $ 43,41 millions (2018)

en diminution $ 13,60 millions (2017)

Lattice Semiconductor Corporation est un fabricant américain de circuits logiques programmables (FPGA, CPLD et SPLD). Fondée en 1983, la société emploie environ 700 personnes dont 250 au siège à Hillsboro, dans l'Oregon et réalise un chiffre d’affaires annuel d’environ 300 millions de dollars.[1] La société est entrée en bourse en 1989 et est cotée à la bourse NASDAQ sous le symbole LSCC.

Jim Anderson est le PDG de Lattice depuis août 2018.[2] Ses principaux concurrents sont Xilinx , Altera et Microsemi (anciennement Actel.)[3]

Histoire[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

Lattice a été fondée le 3 avril 1983 par C. Norman Winningstad, Rahul Sud et Ray Capece.[4] Winningstad, Harry Merlo, Tom Moyer et John Piacentini ont été les premiers investisseurs de la société.[4] Rahul Sud a quitté ses fonctions en décembre 1986 et Winningstad a quitté la présidence du conseil d'administration en 1991.[4] Lattice a été créée en Oregon en 1983 et relocalisée dans le Delaware en 1985. Les premières difficultés ont abouti à une procédure de sauvegarde (Chapitre 11) en juillet 1987.[4] La société est sortie de la procédure de sauvegarde après 62 jours et après 62 jours et a déménagé dans un siège social plus petit à Hillsboro, en Oregon[5].

Développement[modifier | modifier le code]

Siège de Lattice Semiconductor à Hillsboro, Oregon
Siège de Lattice Semiconductor à Hillsboro, Oregon

L'année suivante, la société enregistrait alors des revenus record tout en étant passé de 140 employés à 75 après la faillite.[6] Cyrus Tsui est devenu directeur général de la société en 1988.[7] Le 9 novembre 1989, Lattice est introduite en bourse NASDAQ. Le prix initial de l’action était de 6 dollars et avait permis de réunir près de 14 millions de dollars de capital. En juillet 1990, Lattice a levé 22,6 millions de dollars supplémentaires grâce à une deuxième offre d'actions, vendant près de 1,5 million d'actions nouvelles à 16,25 dollars par action[8].

Le magazine Forbes a classé la société au 162ème rang des meilleures petites entreprises aux États-Unis en 1996.[9] Cette année-là, Lattice entreprend des travaux d’agrandissement au siège de Hillsboro, en Oregon, afin de doubler la taille de ses installations.[7] La société a généré des revenus annuels de plus de 560 millions de dollars et des bénéfices supérieurs à 160 millions de dollars en 2000.[10] Le prix des actions a atteint un sommet sans précédent cette année-là à 41,34 $ par action.[10] Lattice acquiert la division FPGA d’Agere Systems en 2002 pour 250 millions de dollars[11].

Steve Skaggs remplace Cyrus Tsui en tant que PDG en 2005.[12] Au cours de l’exercice 2006, Lattice a enregistré un bénéfice de 3,1 millions de dollars pour un chiffre d'affaires de 245,5 millions de dollars. Il s’agissait du premier bénéfice annuel de la société depuis 2000[13].

En 2004, la société a passé un accord avec le gouvernement des États-Unis à propos d'accusations selon lesquelles elle aurait exporté illégalement certaines technologies en Chine, en payant une amende de 560 000 dollars.[14] En juin 2008, Bruno Guilmart a été nommé PDG de la société, remplaçant Steve Skaggs.[15] Au cours de l’exercice 2008, Lattice a enregistré une perte de 32 millions de dollars pour un chiffre d'affaires de 222,3 millions de dollars.[16] Lattice supprime environ 125 postes en septembre 2008[17].

En 2009, la société a commencé à transférer l'entreposage des pièces depuis l'Oregon vers Singapour.[18] Toujours en 2009 la société connaît son premier trimestre rentable après dix trimestres consécutifs de pertes.[19] [20] Bruno Guilmart quitte l'entreprise en août 2010 et Darin Billerbeck, ancienne PDG de Zilog, est nommée à sa place en octobre de la même année.[21] La société a déclaré un chiffre d'affaires de 318 millions de dollars en 2011[22].

Le 9 décembre 2011, Lattice annonce l'acquisition de SiliconBlue pour 63,2 millions de dollars.[23] [24] [25] Lattice annonce en juillet 2012 un accord de fabrication avec United Microelectronics Corporation. En octobre 2012, la société a annoncé un chiffre d'affaires de 70,9 millions de dollars au troisième trimestre et une restructuration incluant des mises à pied. [26] Lattice a retrouvé sa rentabilité en 2013 avec un bénéfice de 22,3 millions de dollars pour un chiffre d'affaire de 332,5 millions de dollars.[27] La société acquiert Silicon Image pour 606 millions de dollars en mars 2015 [28] et déménage son siège social dans le centre-ville de Portland.[29] Suite à cette acquisition, une centaine de postes sont supprimés aux mois de mai et octobre 2015[29],[30].

Blocage de l'achat par Canyon Bridge Capital Partners[modifier | modifier le code]

En avril 2016, Tsinghua Holdings a déclaré dans un communiqué qu'elle avait acquis une participation d'environ 6% dans Lattice Semiconductor grâce à des actions achetées sur le marché libre.[31] En novembre 2016, Canyon Bridge Capital Partners a annoncé la conclusion d'un accord définitif visant à acquérir la totalité des actions de Lattice.[32] L'achat de Lattice par Canyon Bridge a été bloqué en septembre 2017 par le président des États-Unis, Donald Trump, sur la recommandation du Comité des investissements étrangers aux États-Unis pour des raisons de sécurité nationale en vertu de l'amendement Exon – Florio[33],[34],[35],[36].

Acquisitions[modifier | modifier le code]

Au cours de son développement, Lattice a racheté différentes sociétés :[37]

  • 1999 : Vantis Corporation, filiale d'AMD dédiée aux PLD[38][39]
  • 2001 : Integrated Intellectual Property Inc. (I2P)[40]
  • 2002 : Division FPGA d'Agere Systems
  • 2002 : Cerdelinx Technologies Inc.[41][42]
  • 2011 : SiliconBlue Technologies
  • 2015 : Silicon Images

Résultats et parts de marché[modifier | modifier le code]

Chiffre d'affaires[modifier | modifier le code]

Année 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999
Chiffre d'affaires

(en millions de $)

64,5 71,0 103,4 126,2 144,1 198,2 204,1 245,9 200,1
Résultat net

(en millions de $)

10,3 10,8 17,4 22,5 26,9 41,8 45,0 56,6 42,0
Effectifs 438 500 531 569 546

En 1999, Lattice a changé sa période fiscale initialement du mois de mars de l'année n-1 au mois de mars de l'année n à une année civile (janvier-décembre).

Année 1999

(9 mois)

2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018
Chiffre d'affaires

(en millions de $)

269,7 567,8 295,3 229,1 209,7 225,8 211,1 245,5 228,7 222,3 194,4 297,8 318,4 279,3 332,5 366,1 406,0 427,1 386,0 398,8
Résultat net

(en millions de $)

-46,1 167,9 -109,5 -175,2 -91,8 -52,0 -49,1 3,1 -239,8 -38,2 -7,0 57,1 78,2 -29,6 22,3 48,6 -159,5 -54,1 -70,6 -26,3
Effectifs 916 898 1004 1073 1048 1008 909 960 883 753 708 749 852 739 783 784 1146 986 834 754

Concurrence[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1980 de nombreuses sociétés proposent des cprogrammables généralement similaires du fait de leur simplicité, Lattice est donc en concurrence avec notamment : AMD (qui fusionna avec Monolithic Memories en 1987[43]), Altera, Xilinx, International CMOS Technology, ainsi que National Semiconductor, Atmel, Cypress Semiconductor ou encore Texas Instruments[44].

En l'an 2000, le podium actuel des trois plus gros fabricants de circuits logiques programmables est déjà déterminé : Xilinx (38%), Altera (34%) et Lattice Semiconductor (14%) avec des acteurs de second plan comme Actel (4%), Agere Systems (4%) et enfin Atmel (1%), Cypress Semiconductor (1%) et QuickLogic (1%)[45].

En 2005 le marché des circuits logiques programmables s'est encore consolidé et les parts de marché étaient réparties de la manière suivante : Xilinx (50,3%), Altera (33,1%), Lattice Semiconductor (6,4%), Actel (5,5%) pour les principaux acteurs[46].

Localisation[modifier | modifier le code]

Bureaux Lattice à San Jose, Californie
Bureaux Lattice à San Jose, Californie

Outre des représentations commerciales dans le monde entier, Lattice dispose de plusieurs centres de recherche et développement dans le monde.

Etats-Unis[modifier | modifier le code]

Asie[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Lattice est une société fabless, elle ne fabrique pas elle-même ses puces, et utilise les services de plusieurs fondeurs. En 2019 la fabrication des puces est sous-traitée de la manière suivante :

Fondeurs utilisés par Lattice Semiconductor en 2019[47]
Fournisseur Technologie Remarque
Fujitsu 65 nm

90 nm

130 nm

UMC 40 nm
Epson 180 nm

250 nm

350 nm

500 nm

TSMC SiliconBlue

Silicon Image

Les fondeurs suivants ont été utilisés par Lattice dans le passé : Chartered Semiconductor et GlobalFoundries.

Produits[modifier | modifier le code]

Composants Logiques Programmables[modifier | modifier le code]

Lattice GAL16V8
Lattice GAL16V8

Lattice sort son premier composant logique programmable en 1984 avec le GAL16V8 en technologie CMOS (E²CMOS) et pouvant être reprogrammé au contraire des PAL de Monolithic Memories qui étaient en technologie OTP.

En 2019, l'offre commerciale de Lattice se découpe en plusieurs familles :

  • FPGA haut de gamme disposant des dernières nouveautés : famille ECP
  • PLD à mémoire non-volatile : CPLD et FPGA à mémoire flash : famille MACH
  • FPGA de petite taille et à très faible consommation : iCE.

Lattice ne concurrence pas frontalement ses concurrents Xilinx et Altera qui développent des FPGA très performants (transceivers supérieurs à 10 Gbit/s) et très denses. La société a choisi de s'orienter vers des composants à faible consommation et de petite taille[47].

Lattice ne propose pas de SoC mêlant FPGA et microcontrôleur dans une même puce.

FPGA[modifier | modifier le code]

FPGA Lattice Semiconductors
Gamme Introduction Technologie Transceivers Remarques
ORCA 2002 350 nm

300 nm

250 nm

160 nm

130 nm

Transceivers présents seulement sur quelques modèles ORCA 4 :

622 Mbit/s

850 Mbit/s

2.7 Gbit/s (ORSO42G5 et ORSO82G5)

Gamme issue du rachat d'Agere Systems

Fin de vie entre 2007 et 2012

LatticeEC/P 2004 130 nm N/A Fin de vie en 2016
LatticeXP 2005 130 nm N/A Fin de vie en 2016
LatticeSC 2006 90 nm 3.8 Gbit/s
LatticeECP2 2006 90 nm N/A
LatticeECP2M 2006 90 nm 3.125 Gbit/s
LatticeECP3 2009 65 nm 3.125 Gbit/s
ECP5 / ECP5-5G 2014 40 nm 3.125 Gbit/s (ECP5)

5 Gbit/s (ECP5-5G)

PLD non-volatiles[modifier | modifier le code]

Lattice MachXO2 LCMXO2-1200UHC
Lattice MachXO2 1200UHC

Les PLD non-volatiles sont principalement représentés par des FPGA à mémoire Flash puisqu'aucune nouvelle gamme de CPLD n'est sortie depuis 2001.

FPGA non-volatiles
Gamme Introduction Technologie Remarques
LatticeXP 2005 130 nm Initialement nommée ispXP
LatticeXP2 2007 90 nm
MachXO2 2010 65 nm
MachXO3 2014 65 nm


CPLD
Gamme Introduction Technologie Remarques
ispMACH 4000 2001 180 nm
MachXO 2005 130 nm

Bien que le MachXO soit composé de LUT tel un FPGA, il est considéré par Lattice comme un CPLD à son lancement du fait de sa densité faible.
Ci-dessous une liste non-exhaustive des précédents PLD Lattice Semiconductor :

Anciens PLD
Gamme Introduction Technologie Remarques
ispLSI 1000 1993
ispLSI 2000/3000 1994
ispLSI 6000 1996
ispLSI 2000V 1997
ispGDX 1998
ispGAL 1998
ispLSI 1000E 1999
ispLSI 2000E/VE 1999
ispLSI 3000E 1999
ispLSI 5000V 1999
ispLSI 8000 1999
ispPAC 1999

Famille iCE[modifier | modifier le code]

La famille iCE
Gamme Introduction Technologie Remarques
iCE40 2011 40 nm low power

Les iCE40 sont notamment utilisés dans le Steam VR de Valve et les smartphones Huawei pour la 4G. [48][49]

Composants vidéo[modifier | modifier le code]

Ces composants sont issus de l'acquisition de Silicon Images, ils gardent encore leur dénomination originelle. Ils s'articulent autour de la technologie HDMI.

  • Transceivers HDMI
  • Processeurs vidéo

Outils de développement[modifier | modifier le code]

Lattice propose plusieurs outils de développement pour programmer ses composants :

  • Lattice Diamond : Environnement de développement intégré pour le développement, la simulation et la compilation du code HDL pré et post synthèse.
  • iCEcube2 : Environnement de développement intégré pour la famille iCE40 sauf les UltraPlus.
  • Lattice Radiant : Environnement de développement intégré pour la gamme iCE40 UltraPlus.
  • ispLEVER Classic : Environnement de développement intégré pour la famille ispMACH4000.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Lattice hires Darin Billerbeck as CEO », sur www.bizjournals.com (consulté le 9 mars 2019)
  2. actu@nextinpact.com, « Jim Anderson quitte AMD pour devenir PDG de Lattice Semiconductor - Next INpact », sur www.nextinpact.com (consulté le 6 mars 2019)
  3. (en) Mark Lapedus, « Microsemi buys Actel for $430 million », sur EDN (consulté le 6 mars 2019)
  4. a b c et d Richard Colby, « Co-founder of Lattice steps down », The Oregonian,‎ , C8
  5. « Lattice eyes new location », The Oregonian,‎
  6. Richard Colby, « Lattice profit yields final pay to creditors », The Oregonian,‎ , E7
  7. a et b Jim Hill, « All systems go for Lattice on big expansion in Hillsboro », The Oregonian,‎
  8. « Lattice finishes stock offering », The Oregonian,‎ , C13
  9. « The Bottom Line Briefcase: Forbes ranks six of region's small firms among nation's best », The Oregonian,‎
  10. a et b « Lattice: First annual profits since 2000 », sur Portland Business Journal (consulté le 5 mars 2019)
  11. « Lattice to acquire Agere's FPGA business for $250 million », sur EETimes (consulté le 5 mars 2019)
  12. Mark LaPedus, « Lattice Semi's CEO resigns amid losses », sur EETimes (consulté le 5 mars 2019)
  13. Earnshaw, « Lattice: First annual profits since 2000 », High Tech - Semiconductors, Portland Business Journal, (consulté le 2 février 2007)
  14. « Lattice Semiconductor Settles Charges of Illegal Exports to China », U.S. Department of Commerce, (consulté le 2 février 2007)
  15. « Bruno Guilmart Joins Lattice Semiconductor as CEO », sur www.photonics.com (consulté le 5 mars 2019)
  16. (en-US) Elliot Njus, « Chief executive who helmed turnaround at Lattice Semiconductor resigns », sur oregonlive.com, (consulté le 5 mars 2019)
  17. (en) « Lattice Semi to cut 14% of workforce », sur eetimes.com, (consulté le 4 mars 2019)
  18. (en) « Lattice to eliminate 64 jobs », sur Portland Business Journal, (consulté le 5 mars 2019)
  19. (en-US) Mike Rogoway | The Oregonian/OregonLive, « Lattice will cut 60 jobs, half in Oregon », sur oregonlive.com, (consulté le 5 mars 2019)
  20. (en-US) Mike Rogoway | The Oregonian/OregonLive, « Lattice Semiconductor back in the black during fourth quarter », sur OregonLive.com (consulté le 5 mars 2019)
  21. (en-US) Mike Rogoway | The Oregonian/OregonLive, « Lattice Semi names Intel vet its new CEO », sur OregonLive.com (consulté le 5 mars 2019)
  22. (en-US) Elliot Njus, « Lattice Semiconductor posts higher fourth quarter, 2011 earnings amid lower demand », sur oregonlive.com, (consulté le 5 mars 2019)
  23. (en-US) Mike Rogoway | The Oregonian/OregonLive, « As sales slide, Lattice Semiconductor pays $62 million for Silicon Valley mobile chip company », sur oregonlive.com, (consulté le 8 mars 2019)
  24. Clive Maxfield, « OMG! Lattice Semiconductor to acquire SiliconBlue! », sur EETimes (consulté le 8 mars 2019)
  25. Morris, Kevin, EE Journal, Silicon Symbiosis-Lattice acquiert SiliconBlue le 13 décembre 2011, Silicon Symbiosis
  26. Siemers, Eric, Portland Business Journal, 18 octobre 2012 Lattice Semiconductor va supprimer 109 emplois, dont 30 à Hillsboro
  27. (en-US) Mike Rogoway | The Oregonian/OregonLive, « Lattice Semiconductor extends rebound with unexpectedly strong quarter », sur oregonlive.com, (consulté le 5 mars 2019)
  28. « Lattice a bouclé le rachat de Silicon Image pour 606,6 M$ », sur VIPress.net, (consulté le 5 mars 2019)
  29. a et b (en-US) Mike Rogoway | The Oregonian/OregonLive, « Lattice Semiconductor cuts jobs following $600 million acquisition », sur oregonlive.com, (consulté le 5 mars 2019)
  30. (en-US) Mike Rogoway | The Oregonian/OregonLive, « Lattice Semiconductor will cut workforce by 13 percent », sur oregonlive.com, (consulté le 4 mars 2019)
  31. Par Eva Dou et Robert McMillan, Wall Street Journal. "Le groupe chinois Tsinghua Unigroup acquiert une petite participation dans le réseau américain de fabrication de puces ." 14 avril 2016. 4 mai 2016.
  32. (en) « Lattice Semiconductor to be Acquired by Canyon Bridge Capital Partners, Inc. for $1.3 Billion », Palo Alto, CA, Canyon Bridge Capital Partners, Inc., (consulté le 24 juillet 2017)
  33. Seth Fiegerman and Jackie Wattles, « Trump stops China-backed takeover of U.S. chip maker », sur CNNMoney, (consulté le 5 mars 2019)
  34. (en-US) « Order Regarding the Proposed Acquisition of Lattice Semiconductor Corporation by China Venture Capital Fund Corporation Limited », sur The White House (consulté le 5 mars 2019)
  35. « Donald Trump met son veto à l’acquisition de Lattice Semiconductors par un groupe chinois », sur ZDNet France (consulté le 5 mars 2019)
  36. « USA: Trump s'oppose au rachat de l'entreprise Lattice par un groupe chinois », sur RTBF Info, (consulté le 5 mars 2019)
  37. « Lattice - Investor Relations - Investor FAQs », sur ir.latticesemi.com (consulté le 8 mars 2019)
  38. « AMD prepares to spin off Vantis », sur EETimes (consulté le 8 mars 2019)
  39. (en) Robert Ristelheuber, « AMD Selling Vantis to Lattice », sur EDN (consulté le 8 mars 2019)
  40. (en) « Lattice acquires IP chip supplier I2P », sur EDN (consulté le 8 mars 2019)
  41. (en) « Lattice Semi Acquires Cerdelinx », sur Light Reading (consulté le 8 mars 2019)
  42. « Lattice acquires Cerdelinx for $23 million », sur EETimes (consulté le 8 mars 2019)
  43. (en-US) Andrew Pollack et Special To the New York Times, « 2 Makers of Chips to Merge », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 9 mars 2019)
  44. (en) David Smith, « Programmable logic devices », sur EDN (consulté le 9 mars 2019)
  45. (en) « PLDs/FPGAs », sur EDN (consulté le 9 mars 2019)
  46. (en) John Edwards, « No room for Second Place », sur EDN (consulté le 9 mars 2019)
  47. a et b (en) « FY2018 FORM 10-K », sur www.sec.gov, (consulté le 7 mars 2019)
  48. « Lattice Semiconductor's iCE40 FPGA Enables Low Latency and Concurrent Sensor Processing in SteamVR Tracking - Lattice Semiconductor », sur www.latticesemi.com (consulté le 7 mars 2019)
  49. « Huawei Boosts Smartphone 4G Reliability and Performance with Lattice Semiconductor Tunable Antenna Solution - Lattice Semiconductor », sur www.latticesemi.com (consulté le 7 mars 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]