Latroncules

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le jeu des latroncules est un jeu de stratégie datant du IIIe siècle av. J.-C.[1] A l’époque, c’était le jeu favori des soldats : ils jouaient sur des plateaux faits en cuir marqué du damier ou les gravaient directement dans la pierre.Toutes les règles sont supposées à partir des rares traces écrites (surtout des citations d’Ovide)[2]. Selon Cicéron et Vopiscus[réf. souhaitée], latrunculus signifie « vil brigand ». Le nom pourrait également venir de latrones qui signifiait « mercenaires » sous la République romaine. Ce jeu est l'équivalent du petteia grec et du senet égyptien. Le gagnant se proclamait imperator[3]. Les jetons sont appelés calculi. Cette version est la plus classique mais il en existe d’autres qui ressemblent plus au jeu de dames[4].

Une règle simple[modifier | modifier le code]

Le matériel[modifier | modifier le code]

  • 1 plateau à damier de 64 cases (tabula)
  • 8 cavaliers (ou latroncules) blancs et noirs
  • 8 fantassins blancs et noirs (pedes)

Les déplacements des fantassins[modifier | modifier le code]

Ils ne se déplacent que d’une case à la fois, vers l’avant et ne peuvent ni reculer, ni se déplacer vers les côtés. Un fantassin arrivé à la dernière rangée devient un cavalier.

Les déplacements des cavaliers[modifier | modifier le code]

Ils peuvent se déplacer d’une case dans tous les sens (même en diagonale) mais doivent respecter les indications s’ils se trouvent sur les cases noires. Ils peuvent aussi sauter sur les pions de l’adversaire s’il y a une case libre derrière (ils ne peuvent sauter qu’un pion à la fois).

La préparation du jeu[modifier | modifier le code]

Les joueurs doivent placer le plateau de façon à ce que les cases aux angles droits du plateau soient blanches. Les joueurs prennent les pions de leur couleur et les placent sur les deux premières lignes du plateau, les cavaliers sur les cases noires et les fantassins sur les cases blanches.

Le déroulement du jeu[modifier | modifier le code]

  • Le joueur qui a les pions blancs commence.
  • Les joueurs jouent un coup à la fois à tour de rôle.

Le but du jeu[modifier | modifier le code]

Le but du jeu est de capturer tous les pions de l’adversaire. Un pion est capturé quand il se trouve entre deux pions adverses. Un joueur ne peut pas se mettre en situation d’être capturé.

Les cas particuliers[modifier | modifier le code]

  • Si un joueur ne peut pas se déplacer autrement qu’en se mettant en situation d’être capturé, la partie est déclarée nulle.
  • Si aucun des joueurs ne parvient à capturer tous les pions adverses (cela arrive quand il ne reste à chacun qu’un très petit nombre de pions), la partie est déclarée nulle.
  • Dans certains cas, deux pions peuvent être capturés d’un seul coup : ce sont des prises en diagonale, jamais en ligne, et qui impliquent trois jetons de la même couleur.
  • Dans un angle, le pion est capturé lorsque les deux cases latérales sont occupées par l’adversaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://nasium.net/spip.php?article254.
  2. Pierre Monnet, Jeu d'Echecs, Jeu de Dames, histoire parallèle,‎ 2012, p. 4.
  3. Histoire Auguste.
  4. http://www.jocari.be/proddetail.php?prod=32_latroncules.