Latrodectus hasseltii

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Latrodectus hasselti)
Aller à : navigation, rechercher
Latrodectus hasseltii
Description de l'image Red back underside.jpg.
Classification selon The World Spider Catalog
Règne Animalia
Embranchement Arthropoda
Sous-embr. Chelicerata
Classe Arachnida
Ordre Araneae
Sous-ordre Araneomorphae
Famille Theridiidae
Genre Latrodectus

Nom binominal

Latrodectus hasseltii
Thorell, 1870

Synonymes

  • Latrodectus scelio Thorell, 1870
  • Latrodectus indicus Pocock, 1900
  • Latrodectus ancorifer Dahl, 1902

Latrodectus hasseltii est une espèce d'araignées aranéomorphes de la famille des Theridiidae[1]. Elle est appelée Veuve noire à dos rouge ou Veuve noire d'Australie.

Distribution[modifier | modifier le code]

Cette espèce se rencontre en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Nouvelle-Calédonie et en Asie du Sud-Est[1].

Description[modifier | modifier le code]

Latrodectus hasseltii.
Latrodectus hasseltii.
La femelle (à droite) avec son sac à œufs, et le mâle à gauche (cercle rouge).

Son corps est entièrement noir ou brun foncé à l'exception d'une bande rouge sur la face supérieure de l'abdomen. Cette bande possède parfois des bords brisés ou peut être interrompue et même se limiter à de petits points rouges. Sur la face inférieure de l'abdomen se trouve une tache rouge orangée en forme de sablier. Les jeunes araignées ont des marques blanches supplémentaires sur l'abdomen. Le Corps de la femelle mesure environ 1 centimètre de long alors que celui du mâle est nettement plus petit (3 à 4 millimètres).

Elle est, avec certaines araignées mygalomorphes (parmi lesquelles la célèbre Atrax robustus), l'espèce d'araignée la plus dangereuse d'Australie. Le venin de Latrodectus hasselti est neurotoxique et sa morsure est douloureuse chez l'homme. Il existe un antidote spécifique à ce venin.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Cette espèce est nommée en l'honneur de Alexander Willem Michiel Van Hasselt.

Description[modifier | modifier le code]

Le dimorphisme sexuel chez cette espèce, accompagné d'un cannibalisme intempérant des femelles pour les mâles au moment de la copulation, se caractérise par une différence de taille quasi-caricaturale entre les deux sexes. Le corps du mâle ne pèse que deux pour cent de celui de sa partenaire[2].

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Thorell, 1870 : Araneae nonnullae Novae Hollandie, descriptae. Öfversigt af Königlich Vetenskaps - Akademiens Förhandlingar, vol. 27, p. 367-389.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b WSC, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  2. Stéphane Deligeorges, « Dans les rets de la femme araignée », La Recherche, no 303,‎ , p. 41.