Latifa Ibn Ziaten

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Latifa Ibn Ziaten
Latifa ibn Ziaten par Claude Truong-Ngoc février 2016.jpg

Latifa Ibn Ziaten (2016)

Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
لطيفة إبن زياتنVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Autres informations
Distinctions

Latifa Ibn Ziaten, née le à Tétouan (Maroc)[1], est une responsable associative franco-marocaine[2].

Elle est la mère d'Imad Ibn Ziaten, né en 1981, le premier militaire assassiné à Toulouse par le terroriste Mohammed Merah le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Musulmane pratiquante, Latifa Ibn Ziaten arrive en France en 1977 à l'âge de 17 ans, pour rejoindre à Sotteville-lès-Rouen son mari Ahmed qui est cheminot à la SNCF[3].

Imad Ibn Ziaten

Elle est la mère de quatre enfants, trois garçons et une fille, dont Imad Ibn Ziaten, sous-officier du 1er régiment du train parachutiste de Francazal, à côté de Toulouse, assassiné par Mohammed Merah le [4]. Elle travaille alors comme surveillante et hôtesse d'accueil au musée des beaux-arts de Rouen.

Après la mort de son fils, elle se rend aux Izards, une cité du nord-est de Toulouse où vivait l'assassin de son fils. Elle y croise un groupe de jeunes garçons qui traînent au pied des tours et qui l'interpellent et lui disent que « le terroriste était “un héros, un martyr de l'islam”. » En apprenant son identité, ils s'excusent[5].

À la suite de cette rencontre, elle décide de créer l'association Imad-Ibn-Ziaten pour la jeunesse et pour la paix en avril 2012[6], dans le but de venir en aide aux jeunes des quartiers en difficulté[1], et de promouvoir la laïcité et le dialogue interreligieux[7]. L'association est parrainée par l'acteur Jamel Debbouze, et un bureau est mis à sa disposition à la mairie du 4e arrondissement de Paris par Christophe Girard.

En février 2014, en présence du ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) de Midi-Pyrénées rend hommage à son association en lui remettant un prix pour honorer son travail[7]. Elle obtient également le soutien du ministère de l'Éducation nationale qui lui octroie une subvention annuelle.

En janvier 2015, elle est invitée à la synagogue de la Victoire à Paris, en présence du président de la République, François Hollande, pour allumer une bougie en hommage aux dix-sept victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo et de la prise d'otages du magasin Hyper Cacher de la porte de Vincennes.

Le 19 novembre 2015, en présence du président Hollande, Latifa Ibn Ziaten reçoit le Prix pour la prévention des conflits de la fondation Chirac, pour son action de promotion d'un dialogue inter-religieux et d'une culture de la paix[8].

En 2017, les réalisateurs Olivier Peyon et Cyril Brody lui consacrent un documentaire : Latifa, le cœur au combat.

Suivant la volonté des élèves de Sciences Po Toulouse, la promotion 2019 de l'établissement porte son nom[9].

Ouvrage[modifier | modifier le code]

Distinctions et prix[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ondine Millot, « Latifa Ibn Ziaten. Imad, in memoriam », Libération, 14 octobre 2012.
  2. M. Pf., « Le PS condamne l'agression verbale subie par Latifa Ibn Ziaten », Le Parisien, 23 décembre 2015.
  3. Elvire Camus, « Latifa Ibn Ziaten, au secours des « copains » de Mohamed Merah, tueur de son fils », Le Monde, 8 février 2015.
  4. « Tuerie de Toulouse : retour sur les événements », Le Monde, 23 mars 2012.
  5. Elvire Camus, « Latifa Ibn Ziaten, au secours des « copains » de Mohamed Merah, le tueur de son fils », Le Monde, 8 février 2015.
  6. Éric Pelletier, « La famille d'une des victimes de Merah lance une association contre la radicalisation », L'Express, 16 juin 2012.
  7. a et b Agence France-Presse, « Toulouse : hommage du Crif à Latifa Ibn Ziaten en présence de Valls », Le Parisien, 27 février 2014.
  8. Nathalie Segaunes, « Le lamento de Latifa Ibn Ziaten, exhibée, récompensée et oubliée », L'Opinion, 19 novembre 2015.
  9. « La promo 2019 baptisée Latifa Ibn Ziaten - Association des diplômés de Sciences Po Toulouse », Association des diplômés de Sciences Po Toulouse,‎ (lire en ligne)
  10. Olivier Le Naire, « Affaire Merah : Latifa Ibn Ziaten, au nom du fils », L'Express, 1er mars 2013.
  11. Décret du 13 juillet 2015 portant promotion et nomination, JORF no 161 du 14 juillet 2015, p. 11971, texte no 7, NOR PREX1515592D, sur Légifrance.
  12. « Latifa Ibn Ziaten reçoit la Légion d'honneur », Le Figaro, 11 mars 2016.
  13. « Le prix de la Tolérance 2016 à Latifa Ibn Ziaten », Dernières Nouvelles d'Alsace, 7 février 2016.
  14. (en) « 2016 International Women of Courage Award », state.gov, consulté le 29 mars 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]