Latécoère 611

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Latécoère.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Cette section ou cet article est une traduction incomplète. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)

Vous pouvez modifier la page pour effectuer la traduction.

Latécoère 611[1]
{{#if:
Constructeur Drapeau : France Latécoère
Rôle Hydravion de reconnaissance
Premier vol
Mise en service 1940
Équipage
7 hommes
Motorisation
Moteur Gnome et Rhône 14N
Nombre 4
Type moteur en étoile
Puissance unitaire 735 ch
Dimensions
Envergure 40,55 m
Longueur 27,05 m
Hauteur 7,33 m
Surface alaire 195,1 m2
Masses
À vide 15 295 kg
Maximale 28 834 kg
Performances
Vitesse de croisière 180 km/h
Vitesse maximale 349 km/h
Endurance 32 h / 4350 km
Armement
Interne 4 mitrailleuses Darne de 7,5 mm, 2 mitrailleuses Browning de 12,7 mm en tourelle, 1 mitrailleuse Browning de 12,7 mm de queue
Externe 7000 kg de charges diverses
Avionique
Latécoère

Le Latécoère 611, ètait un projet d'hydravion de reconnaissance. Il ne fut construit qu'a un seul exemplaire[2] Cependant, il servit pendant la Seconde Guerre mondiale, utilisé par la Marine nationale française (Vichy) puis les Forces navales françaises libres.

Conception et développement[modifier | modifier le code]

En mai 1935, la Marine française publie un cahier des charges pour un hydravion à long rayon d'action destiné à remplacer le Breguet 521 démodé et dépassé. Pour répondre à la demande, Latécoère conçoit le Latécoère 611. C'était un monoplan à aile haute propulsé par quatre moteurs en étoile Gnome & Rhône 14N avec empennage double, entièrement métallique. Les flotteurs stabilisateurs se rétractaient dans les nacelles des moteurs extérieurs. Le prototype fut assemblé à Biscarrosse, le premier vol eut lieu le [1].

Alors qu'il était prévu que l'appareil soit armé de canons de 25 mm en tourelle dorsale, cet armement fut indisponible. Il fut remplacé par une tourelle à deux mitrailleuses Darne jumelées de calibre 7,5 mm, avec ultérieurement quatre mitrailleuses tirant par des hublots et deux dans en queue, rétractables.

En décembre 1939, la Marine française émit un bon de commande pour 12 exemplaires d'une version modifiée, le Latécoère 612 qui devait être propulsé par quatre moteurs en étoile Pratt & Whitney R-1830. Ces appareils ne furent jamais livrés.

Histoire opérationnelle[modifier | modifier le code]

Le prototype fut livré à la Matine le et fut baptisé « Achenar » [1]. Il fut envoyé en Afrique du Nord en juin 1940 puis désarmé aux termes de l'Armistice. Après une collision avec un autre hydravion, il entra en service avec la Marine du Gouvernement de Vichy le 15 octobre 1941, opérant entre Port-Lyautey et Dakar au sein de l'escadrille 4E[1].

En novembre 1942, à la suite du débarquement en AFN, l'escadrille opta pour les Forces françaises libres, menant des patrouilles sur l'Atlantique sud. Plus tard, en fin octobre 1943, l'escadrille est agrandie pour former la flottile 7F qui continua à faire voler la Latécoère 611 aux côtés des Short Sunderland. Il fut réarmé en 1944 avec deux mitrailleuses Browning calibre .50 en tourelle et une en queue[1].

L'unique Latécoère 611 fut finalement retiré du service comme tranport en 1947[3].

Variantes[modifier | modifier le code]

Latécoère 610
Études en vue d'un hydravion à coque militaire propulsé par 4 moteurs Hispano-Suiza 14AA de 1 000 ch.
Latécoère 611
Prototype motorisé avec 4 moteurs Gnome et Rhône 14N. Un seul exemplaire construit.
Latécoère 612
Une version proposée pour la production mue par quatre moteurs Pratt & Whitney R-1830, 12 commandés mais non-produits.

Opérateurs[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France France

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e William Green, Warplanes of the Second World War, Volume Five, Flying Boats, Londres, Macdonald,‎ , 27–29 p. (ISBN 0 356 01449 5)
  2. Le Latécoère 611 sur aviafrance.com
  3. « Histoire de la BAN Saint-Mandrier » (consulté le 14 août 2007)