Lasure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lasure bleue sur bois veiné
Application du produit sur une plaque de bois.

Une lasure (le terme teinture est utilisé au Québec) est un produit de protection ou de décoration pour des matériaux poreux (bois, bétons…) qui ne contient pas de charge et ne génère donc pas de film (on dit aussi non-filmogène), à l'opposé des vernis et peintures. La principale différence vient du fait de la micro-porosité du film obtenu. Une peinture ou un vernis aura un effet bloqueur du support, ce qui peut provoquer en extérieur un écaillage du film.

Composition[modifier | modifier le code]

À l'exclusion de la charge, la composition des lasures est similaire à celle des vernis et peintures :

  • lasures à l'huile : huile de lin , de ricin, de bois cuite ou pas ;
  • lasures polymères : acrylique, alkyde, alkyde-uréthane.

Elles se présentent en phases solvant ou aqueuse et peuvent contenir des siccatifs.

Caractéristiques essentielles des lasures[modifier | modifier le code]

Une lasure, par sa composition, laissera un bon échange se faire entre le support et l'atmosphère, ce qui permettra au matériau de pouvoir « respirer » et évitera ainsi les écaillages. L'entretien s'en trouve grandement facilité, puisqu'il n'y a pas besoin de décapage ; un bon égrenage convient dans la plupart des cas, puisqu'une lasure aura tendance à fariner dans le temps. C'est d'ailleurs cette perception qui nous permet de savoir qu'il est temps de procéder à une rénovation.

Les avantages des lasures sont notamment de :

  • préserver l'aspect du matériau, notamment la surface veinée des bois ;
  • permettre une circulation plus ou moins importante d'humidité ;
  • ne pas avoir d'effet d'écaillage avec le temps.

Par contre, elles peuvent migrer dans le matériau ou bien être lessivées plus facilement, suivant les constituants.

Les lasures servent à colorer, protéger contre des agressions diverses (parasites, effets de la lumière, humidité). Elles peuvent être constituées de toutes sortes d'ingrédients. Il en existe à base de matières grasses (huiles), et d'autres utilisent des résines, qui en séchant, polymérisent localement, en créant une sorte de « farine ».

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • J.F. Montagne, R. Szkudlarek, G.Toulemonde, Peintures et Revêtements, Paris, Casteilla, coll. « Mémotech », juin 2007, 400 p. (ISBN 978-2-7135-2927-6), (ISSN 0986-4024)

Sur les autres projets Wikimedia :