Lars Tolumnius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lars Tolumnius
Fonction
Roi
Véies
jusqu'en
Biographie
Décès
Activité

Lars Tolumnius[a] (mort en 428 av. J.-C.[2]) fut l'un des « zilath »[b] de la ville étrusque de Véies[c],[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Lars Tolumnius (ou « Larti Tolumnii », selon la construction phono-linguistique[1]), mourut lors d'une bataille contre les Romains, dans la guerre (Seconde Guerre de Véies) qu'il avait lancée contre Rome, « zilath » ayant régné sur la cité étrusque véienne au cours du Ve siècle av. J.-C.[3],[4],[5],[6].

Comme il avait mis à mort quatre députés romains, le dictateur romain Mamercus Æmilius, qui avait disposé ses troupes au confluent du Tibre et de l’Anio, lança contre lui le tribun Cornelius Cossus, qui désarçonna Tolumnius en combat singulier et l'abattit, puis le dépouilla et planta sa tête sur une pique[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ou en langue étrusque : « Larth Tolumnies » ou Larti Tolumnii, selon la construction phono-linguistique et la transcription épigraphique[1].
  2. L'équivalent d'un roi au sein de la culture étrusque.
  3. Appartenant à la dynastie des « Tolumnii ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Vladimir Georgiev, « État actuel du déchiffrement de la langue étrusque », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 115e année, no 4,‎ (lire en ligne)
  2. La date de sa mort prête à discussion ; déjà Tite-Live faisait part de ses doutes.
  3. a et b (en) Bernard Mineo et Gary Forsythe, A companion to Livy, John Willey & sons, , 504 p. (lire en ligne), page 322
  4. (it) Alessandro Morandi, « Note di epigrafia etrusca veiente. », Mélanges de l'Ecole française de Rome. Antiquité, vol. tome 101, no 2,‎ , pages 581-596 (DOI 10.3406/mefr.1989.1640, lire en ligne)
  5. (en) Myrto Garani, « Propertius' temple of Jupiter Feretrius and the spolia opima (4.10) : a poem not to be read? », L'antiquité classique, vol. Tome 76,‎ , pages 109 à 114 (DOI 10.3406/antiq.2007.2620, lire en ligne)
  6. Dominique Briquel, « Langue etrusco-italique », École pratique des hautes études. 4e section, sciences historiques et philologiques, vol. Livret 6. Rapports sur les conférences de l'année 1989-1990,‎ , page 51 (lire en ligne)
  7. Tite-Live, IV, 18-20.

Articles connexes[modifier | modifier le code]