Pollution de l'eau par les granulés plastiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Larme de sirène)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Larmes de sirène sur une plage du littoral français

La pollution de l'eau par les granulés plastiques est une forme de pollution de l'eau causée par la présence parfois en quantité importante dans les milieux aquatiques (fluvial, marin et côtier) de granulés plastiques d'origine industrielle, que l'on appelle alors larmes de sirène (en anglais : mermaid’s tears ou nurdles). Les granulés plastiques moins denses que l'eau de mer flottent sur tous les océans et s'échouent sur les rivages, mélangés aux sédiments, aux végétaux, aux micro et macro-déchets dérivants. Ce sont des microplastiques primaires.

Description[modifier | modifier le code]

Avant la naissance du plastique, ce terme désignait uniquement les petits objets arrondis, de pierre ou de verre (Verre de mer), roulés dans les vagues. Dans certaines mythologies, les sirènes pleurent des perles. Aujourd'hui, les larmes de sirènes sont également des petites billes, cylindres, comprimés ou pastilles. Elles ne sont pas issues de la fragmentation ultime des déchets plastiques.

Ce sont des produits manufacturés à base de matière plastique, ils sont destinés à la fabrication industrielle de nos biens de consommation, de nos objets et ustensiles. Ces granulés industriels ont une taille originelle de quelques millimètres (2 à 10 mm). Ils peuvent être de toutes les couleurs. Les plus fréquentes sont les nuances de blanc translucide, blanc grisâtre, blanc jaunâtre, l’ambré et le noir. Dans le milieu aquatique, sous l'action de l'érosion de l'eau et des sédiments, ils peuvent « fondre » comme un galet pour atteindre quelques micromètres.

La densité moyenne a été estimée à 300 000 granulés/km² à la surface des océans et 100 000 granulés/km² pour le fond des océans[1].

Menace pour l'environnement[modifier | modifier le code]

Le nom poétique de « larme de sirène » masque une pollution :

  • les granulés de plastiques sont absorbés par les organismes vivants et s'accumulent tout au long de la chaîne alimentaire. Ainsi, l'ingestion de ces larmes de sirènes par les fulmars en Écosse est responsable d'une baisse de 30 % des populations de la zone[2],[3].
  • les granulés de plastique concentrent les PCB ou des hydrocarbures qui ont tendance à s’y agglutiner. Elles empoisonnent donc les organismes qui les avalent, contribuant à l’accumulation de substances toxiques dans les réseaux trophiques marins (dont certains représentants sont consommés par l'Homme)[4] ;
  • les plastiques dans l'environnement libèrent les charges, les additifs et les composés plastifiants toxiques normalement liés aux molécules de polymères.

Origine de la pollution[modifier | modifier le code]

L'origine de ces larmes de sirènes dans l'environnement est connue : les déversements accidentels, le transport, les rejets chroniques ou les utilisations inappropriées sont en cause[5]. Une évaluation initiale de la présence de ces granulés [6] a été réalisée en France en 2011 pour le processus européen de la Directive Cadre Stratégie pour le Milieu Marin (DCSMM) et le Bon État Ecologique [7].

Article connexe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Maggie Ayre, « Plastics 'poisoning world's seas' », BBC News, .
  2. Dr. Jan Andries van Franeker, IMARES - Pays-Bas, « plastic waste in the sea : the stomach contents of Northern Fulmars. »
  3. exemple développé par Bruno David dans l'émission Planète Terre de Sylvain Kahn sur France Culture le 16 avril 2014
  4. Laboratory of Organic Geochemistry, Dr. Hideshige Takada, Tokyo University of Agriculture and Technology, « International Pellet Watch: Call for pellets from world beaches! Global Monitoring of Persistent Organic Pollutants (POPs) using Beached Plastic Resin Pellets. »
  5. United States Environmental Protection Agency - 1993, « Plastic Pellets in the Aquatic Environment. »
  6. IFREMER, « Microparticules »
  7. Dr. François Galgani, IFREMER, « BON ETAT ECOLOGIQUE - DESCRIPTEUR 10 «Propriétés et quantités de déchets marins ne provoquant pas de dommages au milieu côtier et marin» »