Laptot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le Sénégal
Cet article est une ébauche concernant le Sénégal.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

« Laptot sarakhollais » (1890)
Savorgnan de Brazza et ses « braves laptots » (1887)
Les laptots de la mission, à Saint-Louis (1898)

Un laptot était un matelot indigène, parfois piroguier, porteur ou débardeur, à l'ère de la colonisation française, principalement sur le fleuve Sénégal ou le long de la côte sénégalaise, mais également sur le fleuve Niger[1] ou encore dans d'autres ports africains.

Les laptots ont parfois été employés comme auxiliaires militaires ou comme miliciens privés au service des commerçants[2].

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'origine du mot – attesté en 1754 – reste incertaine. Il pourrait s'agir d'un terme wolof, si l'on en croit un Dictionnaire wolof-français de 1825[3] qui propose cette définition : « Laptot : matelot, homme qui sert à la manœuvre d'un vaisseau ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Sénégal la plupart des laptots habitaient Gorée, Saint-Louis, ou des villages avoisinants, tels que Gandiol. Mais d'autres venaient de comptoirs européens plus éloignés, par exemple de Sierra Leone[4].

Il pouvait s'agir d'esclaves ou d'hommes libres. Les esclaves amélioraient un peu leur sort grâce au commerce qu'ils étaient autorisés à pratiquer à leur compte pendant le voyage. Les hommes libres le pouvaient aussi, mais ils espéraient surtout devenir traitants ou posséder leur propre embarcation[4].

Ils étaient le plus souvent Wolofs[5] ou Soninkés.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Hampâté Bâ Amadou, Oui mon commandant !, Paris, J'ai lu, , 508 p. (ISBN 2290315850)
  2. F. Manchuelle, « Les laptots : migrants royaux », in Les diasporas des travailleurs soninké (1848-1960) : migrants volontaires, Karthala, Paris, 2004, p. 93
  3. Jean Dard, Dictionnaire français-wolof et français-bambara, suivi du dictionnaire wolof-français, Imprimerie Royale, Paris, 1825, p. 212
  4. a et b A. F. Clark et L. Colvin Phillips, « Laptot », in Historical Dictionary of Senegal, The Scarecrow Press, 1994, p. 181-182
  5. Abbé Boilat, Esquisses sénégalaises, Paris, Karthala, 1984, p. 441 (ISBN 2865370976)

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : source utilisée pour la première version de l'article

  • (en) Andrew F. Clark et Lucie Colvin Phillips, « Laptot », in Historical Dictionary of Senegal, The Scarecrow Press, Metuchen (N. J.) et Londres, 1994 (2e éd.), p. 181-182 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Philip D. Curtin, Economic change in precolonial Africa : Senegambia in the era of the slave trade, University of Wisconsin Press, Madison, 1975, 363 p. (ISBN 0-299-06640-1)
  • (fr) Lucie Cousturier, Mes inconnus chez eux, vol. II : Mon ami Soumaré, laptot. Suivi d'un rapport sur le milieu familial en Afrique occidentale, L'Harmattan, 2003 (1re éd. 1925), 183 p. (ISBN 9782747549530)
  • (fr) François Manchuelle, « Les laptots : migrants royaux », in Les diasporas des travailleurs soninké (1848-1960) : migrants volontaires (traduction de Raphaëlle Masseaut), Karthala, Paris, 2004, p. 91 et suiv. (ISBN 2-84586-535-X)