Langues en Somalie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Langues en Somalie
image illustrative de l’article Langues en Somalie
Répartition spatiale des langues somalies

Langues officielles
  1. Somali
  2. Arabe
Langues principales Somali
Principales langues étrangères Arabe, Anglais, Italien
Langues des signes Langue des signes somalienne (en)
Disposition des touches de clavier QWERTY

La langue officielle de la Somalie est le somali (qui connaît diverses variations), et l'arabe est la seconde langue[1]. L'italien et l'anglais sont les anciennes langues coloniales et jouissent d'un statut particulier : elles sont exclusivement utilisées dans l'enseignement supérieur[2]. D'autres langues sont également pratiquées, locales (dialectes somalis ou bantous)[3] ou étrangères.

Situation des langues étrangères[modifier | modifier le code]

L'italien était la langue universitaire jusqu'en 1991 : en 1985, il y avait entre 15 000 et 35 000 locuteurs en seconde langue, et 5 000 Italiens résidant en Somalie. De nombreux Somaliens qui savaient parler italien ont oublié la langue, fautes de pouvoir parler avec des italophones, ou des Italiens, et aussi, vu que la guerre civile a fait disparaître l'État somalien en 1991, et au vu de l'isolement du pays depuis au moins fin 1990 (des régions entières n'étaient déjà plus aux mains du pouvoir somalien depuis 1987). Il ne restait que trois résidents italiens en 2013. la plus grande partie des résidents italiens avaient fui la Somalie avant 1992.

Depuis 2006, l'italien n'est plus mentionné dans la constitution (provisoire et non définitive), l'État somalien souhaitant favoriser la langue somalie, et l'anglais (en langue étrangère).

L'anglais est souvent utilisé dans l'administration au Somaliland, ex-colonie britannique. Dans le reste de la Somalie, il est enseigné dans quelques rares écoles privées, surtout à Mogadiscio, pour une partie de la classe aisée.

L'arabe est utilisé comme langue liturgique et commerciale, mais peu de Somaliens le parlent. De nombreux exilés somaliens travaillent dans des pays arabophones.

En 2018, il y avait 20 000 soldats de l' AMISOM, des soldats envoyés par l' Union Africaine, au nom de l' ONU, pour aider à faire renaître l'état Somalien. Ils sont généralement Anglophones.

Quelques statistiques[modifier | modifier le code]

  • Langues des sites en .so (%, 2017)[4] :
  42
  30
  11
  87
  7
  3

La présence du chinois, qui n'est pas une langue locale, s'explique par la présence de membres de l'ONU sur place ,qui sont des ressortissants Chinois, de Taïwan, ou République de Chine, et aussi Chine Populaire, tout comme les Coréens, qui sont surtout présents dans les actions humanitaires. L'accès à Internet est très rare en Somalie, et concerne surtout l'élite, ou les personnes fortunées, d'autant plus que une grande partie de la population est analphabète. Les statistiques font aussi apparaître que l'italien, ancienne langue coloniale, et donc, jadis parlée par l'élite, a disparu. L'anglais confirme son importance de plus en plus grande. Au Somaliland, les cybercafés sont accessibles dans les grandes villes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cassanelli (Lee V.), The shapping of Somali Society. Reconstructing the history of a pastoral people, 1600-1900, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1982, 312 p.
  • Cassanelli (Lee V.), «Social Construction of the Somali Frontier : Bantu Former Slave Communities in the Nineteeth Century», in Kopytoff (Igor), dir., The African Frontier : the Reproduction of Traditional African Society, 1987, p. 216-238
  • Mohamed Diriye Abdullahi, 2001, Le somali, dialectes et histoire, PhD de linguistique sous la direction de Kathleen Connors, université de Montréal, 293+XXVI p.
  • Mohamed Diriye Abdullahi, Parlons somali, Paris, L’Harmattan, 1996, 368 p.