Langues en Namibie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Langues en Namibie
Langues officielles Anglais
Langues principales Langue parlée à la maison (%, 2012)[1] :
  53
  14
  10
Langues nationales Afrikaans, allemand, héréro, oshiwambo, khoïkhoï, lozi, kwangali, tswana
Langues régionales ǃkung, diriku, mbukushu
Langues des signes Langue des signes namibienne

La langue officielle de la Namibie est l'anglais, bien qu'elle ne soit la langue maternelle que d'environ 1 % de la population. De nombreuses langues sont ainsi parlées dans le pays. Elles appartiennent à trois familles : les langues bantoues, les langues khoïsan et les langues germaniques.

Liste des langues[modifier | modifier le code]

Langues bantoues[modifier | modifier le code]

Jeune Namibien s'exprimant en anglais et en subiya.

Langues khoïsan[modifier | modifier le code]

Langues germaniques[modifier | modifier le code]

Autres langues[modifier | modifier le code]

Démographie linguistique[modifier | modifier le code]

Les langues oshiwanbo sont de loin les plus parlées à la maison, par 48 % de la population, devant les langues khoekhoe et l'afrikaans, à 11 % de la population, le kwangali et l'herero à 10%[2]. L'anglais, langue officielle du pays, est la langue maternelle, de 1 à 2 % de la population en 1997[3] et de moins de 1 % de la population en 2016[4]. Le portugais est parlé par 4 à 5 % de la population principalement par la communauté angolaise[5], et dans la région de Caprivi. 60 % des blancs parlent afrikaans, 32 % allemand, 7 % anglais et 1 % portugais.

Les langues locales, l'afrikaans, l'allemand et l'anglais sont utilisées pour l'enseignement primaire, et seules les trois dernières (afrikaans, allemand, anglais) pour l'enseignement secondaire[6]. L'afrikaans se rapproche d'une lingua franca en Namibie[7].

Politique linguistique[modifier | modifier le code]

L'anglais est la seule langue officielle de la Namibie, bien que langue maternelle d'une part infime de la population (moins de 1 % de la population selon Jacolynn van Wyk et Maria Louise Mostert)[4],[3]. La majorité de la population n'en a pas la moindre notion et la plupart des dirigeants du pays la maîtrisent relativement mal[3]. Elle a été inscrite comme langue officielle dans l'article 3 de la Constitution de la Namibie, peu avant l'indépendance du pays, en 1990[3]. Cette préférence s'explique par le fait que l'anglais n'était pas associé à l'apartheid[8] et parce que les autorités ne voulaient privilégier aucune particularité linguistique du pays[9]. L'anglais est ainsi devenu plus important dans un contexte formel ou par écrit[8]. L'afrikaans, l'allemand, le héréro, le nama (damara), l'oshiwambo, le lozi, le kwangali et le twana sont reconnus comme des langues nationales[6]. L’allemand est parlé dans les petites localités à majorité germanophone ainsi que dans les hauts lieux de l’économie et du tourisme ; il est proposé comme langue étrangère dans près de cinquante écoles[9].

Pourcentage de foyers par langue parlée[modifier | modifier le code]

Langue majortairement parlée 2001 2011
Oshiwambo 48.5 48.9
Nama/Damara 11.5 11.3
Afrikaans 11.4 10.4
Otjiherero 7.9 8.6
Kavango 9.7 8.5
Caprivi 5.0 4.8
Anglais 1.9 3.4
Allemand 1.1 0.9
San 1.2 0.8
Autre 1.8 2.4

Source: Recensement de 2001[10] et de 2011[11]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Afrobarometer Round 5 (2010-2012) - Langue parlée à la maison »
  2. (en) « Languages Spoken in Namibia »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), About Namibia (consulté le 8 juillet 2010)
  3. a b c et d Christian Bader, La Namibie, Karthala, , 239 p. (lire en ligne), p. 168.
  4. a et b (en) Jacolynn van Wyk et Maria Louise Mostert, « The influence of mother tongue and gender on the acquisition of English (L2) : The case of Afrikaans in Windhoek schools, Namibia », Cogent Education, vol. 3, no 1,‎ (DOI 10.1080/2331186X.2016.1210997).
  5. (en) « Portuguese to be introduced in schools », The Namibian (consulté le 19 février 2014)
  6. a et b « Namibie », sur www.axl.cefan.ulaval.ca (consulté le 28 février 2020)/
  7. (en) Martin Pütz, Discrimination through language in Africa? : perspectives on the Namibian experience, Walter de Gruyter, , 338 p. (ISBN 3-11-014817-X, lire en ligne), p. 315/
  8. a et b Holmarsdottir 2000, p. 69
  9. a et b Steffen Bruendel (trad. Bérénice Zunino), « La Namibie et l’Allemagne, une relation postcoloniale », Allemagne d'aujourd'hui, vol. 3, no 217,‎ (DOI 10.3917/all.217.0166). Via Cairn.info.
  10. 2001 Census
  11. 2011 Census « https://web.archive.org/web/20131002064316/http://www.nsa.org.na/files/downloads/Namibia%202011%20Population%20and%20Housing%20Census%20Main%20Report.pdf »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Jouni Filip Maho, Few people, many tongues : the languages of Namibia, Windhoek, Gamsberg Macmillan, , 222 p. (ISBN 99916-0-086-8)
  • (en) Halla B. Holmarsdottir, From Policy to Practice : A study of the implementation of the language policy in Namibian primary schools, Oslo universitet,

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :