Langues au Cameroun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Langues du Cameroun)
Aller à : navigation, rechercher
Langues au Cameroun
Langues officielles Français, Anglais[1]
Langues principales Population des régions à majorité francophone / anglophone (%, 2005)[2] :
  83
  17

Langues parlées (%, 2005)[3] :

  58
  24

Alphabétisation (%, 2005)[4] :

  58
  25

Radio (%)[5] :

  69
  31

Principales langues des sites en .cm (%, 07/2015)[6] :

  41
  31

Principales langues de consultation de Wikipédia (%, 03/2015)[7] :

  70
  28

Langues d'interface de Google Cameroun[8],[N 1] : 1. Français, 2. Anglais

Langues nationales 60 Langues Afro-asiatiques, 02 langues nilo-sahariennes, 215 langues nigéro-congolaises[9]
Langues des signes LSF
Disposition des touches de clavier AZERTY
Carte linguistique du Cameroun. Bleu: régions et pays francophones; Rouge: régions et pays anglophones; Jaune: pays bilingue hispanophone/francophone.

309 langues sont recensées au Cameroun[10].

Les deux langues officielles sont le français et l'anglais. Le pays se veut bilingue et appartient à la fois à la Francophonie et au Commonwealth. Il s'agit d'un héritage du passé colonial, le Cameroun ayant été un protectorat à la fois du Royaume-Uni (Cameroun occidental - 1922-1961) et de la France (Cameroun oriental - 1916/1919-1960) jusqu'à son indépendance en 1960. L'allemand, langue du premier invaseur de 1884 jusqu'en 1916, a gravement perdu de son influence face aux deux successeurs, mais est enseigné comme langue étrangère dans le système éducatif.

Huit des dix régions du Cameroun sont à majorité francophone représentant 83 % de la population du pays et 2 à majorité anglophone représentant 17 % de la population du pays. La proportion anglophone est en régression constante, celle-ci étant passée de 21 % de la population du pays en 1976, à 20 % en 1987, à 17 % en 2005 et est projetée/estimée à 16 % en 2015 (dont le 4e recensement du pays devrait avoir lieu en 2015[11])[12].

Aucune donnée sur les autres langues étrangères (allemand, espagnol, chinois, etc.) n’a été collectée lors du recensement de 2005[13].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Locution[modifier | modifier le code]

Le nombre de personnes déclarant pouvoir s’exprimer en français était évalué au recensement de 2005 à 6 408 241, soit 57,7 % des personnes âgées de 12 ans et plus et celui en anglais à 2 683 741 personnes, soit 24,1 % de la population de 12 ans et plus[14].

« Mendo Ze (1999) indique que la langue française a connu une expansion beaucoup plus rapide que l’anglais. Ce dernier reconnaît un caractère dominant au français parmi toutes les langues parlées au Cameroun, en estimant à 80 % la proportion des locuteurs du français sur toute l’étendue du territoire. »[15].

De même que : « La progression du français dans les deux régions anglophones est indéniable au regard de sa vitalité ethnolinguistique, du fait notamment d’une majorité de locuteurs de cette langue sur l’ensemble du territoire national et de l’appui formel (prépondérance dans l’administration, dans les médias, etc.) dont il jouit (Aroga, 1997). »[16].

Alphabétisation[modifier | modifier le code]

Au niveau de l’alphabétisation de la population, le troisième recensement général de la population et de l'habitat de 2005 a permis de disposer des informations sur l’alphabétisation en langues officielles et sur l’alphabétisation en langues nationales[17]. Ainsi, le taux d’alphabétisation en langues officielles des 15 ans et plus est de 70,0 %, soit 76,3 % dans la population masculine et 64,2 % dans la population féminine. Par milieu de résidence, ce taux est de 86,6 % en milieu urbain contre 51,7 % en milieu rural. Par région, l’Extrême-Nord (30,7 %), le Nord (35,2 %) et l’Adamaoua (42,2 %) sont les régions qui enregistrent les plus faibles niveaux d’alphabétisation en langue officielles.

Par groupe d’âges, l’on constate que le niveau du taux d’alphabétisation en langues officielles décline avec l’âge. En effet, pour le groupe d’âges 15-24 ans, il est de 79,3 % contre 35,8 % pour le groupe d’âges 60 ans et plus.

En répartissant la population de 15 ans et plus selon le statut d’alphabétisation, on note que sur 100 personnes de cette tranche d’âges :

  • 30 personnes sont analphabètes en langues officielles ;
  • 13 savent lire et écrire uniquement l’anglais ;
  • 45 savent lire et écrire uniquement le français ;
  • 12 savent lire et écrire à la fois l’anglais et le français.

Le taux de bilinguisme (proportion de la population sachant parler à la fois l’anglais et le français) au sein de la population de 15 ans et plus est de 11,5 %, soit 14,3 % dans la population masculine et 8,9 % dans la population féminine.

Malgré l’intérêt de plus en plus croissant pour la préservation des langues locales, au Cameroun, l’alphabétisation en langues nationales (aptitude à lire et à écrire une langue locale du Cameroun) reste encore faible, soit 6,4 %, dont 7,1 % en milieu urbain et 5,6 % en milieu rural. Par ailleurs, le taux global d’alphabétisation (proportion des personnes sachant lire et écrire une langue officielle ou une langue nationale) des 15 ans et plus est de 70,4 %, soit 76,5 % chez les hommes et 64,7 % chez les femmes.

Entre 1976 et 2005, les taux d’alphabétisation se sont améliorés : la proportion des personnes alphabétisées en langues officielles est passée de 37,3 % en 1976 à 49,5 % en 1987 puis enfin à 70,0 % en 2005. Cette situation traduirait les efforts croissants et conjugués de l’État, de ses partenaires et des ménages pour la scolarisation des enfants, qui sont les "adultes de demain".

En termes de recommandations, il pourrait être envisagé :

  • le renforcement des stratégies en faveur de la scolarisation des enfants et des jeunes notamment en milieu rural ;
  • le renforcement des stratégies incitatives à la scolarisation de la jeune fille ;
  • le développement de programmes éducatifs adaptés au mode de vie des populations des régions de l’Extrême-Nord, du Nord et de l’Adamaoua et celles des minorités telles que les Nomades et les Sans Domicile Fixe Apparent ceci en s’appuyant sur les autorités religieuses et traditionnelles ;
  • la réduction des charges d’éducation (coût des fournitures scolaires notamment) ;
  • le renforcement de l’alphabétisation des adultes.


Langues officielles[modifier | modifier le code]

R.
1
2
-
-
-
-

Alphabétisation en langues officielles
selon le recensement de 2005[4]
(population de 12 ans et plus)
Langue % #
Français (total) 57,6 6 405 981
Anglais (total) 25,2 2 802 794
   Français uniquement 46,0 5 112 479
   Anglais uniquement 13,6 1 509 292
   Français et Anglais 11,6 1 293 502
   Ni Français ni Anglais 28,8 3 199 221
Total 100,00 11 114 495[18]
R.
1
2
-
-
-
-
-

Alphabétisation en langues officielles
selon le recensement de 2005[4]
(population de 15 ans et plus)
Langue % #
Français (total) 57 5 566 339
Anglais (total) 25 2 448 914
   Français uniquement 45 4 401 333
   Anglais uniquement 13 1 283 908
   Français et Anglais 12 1 165 006
   Ni Français ni Anglais 30 2 909 664
   Non déterminé 1 85 568
Total 100,00 9 845 479[19]

L'alphabétisme en français chez les personnes de 12 ans et plus est passé de 41,3 % à 57,6 %[20] entre 1987 et 2005 tandis que celui en anglais est passé de 13,4 % à 25,3 %[21]. La proportion globale des personnes alphabétisées en langues officielles a ainsi connu une nette augmentation entre 1987 et 2005, passant de 53,3 % à 71,2 %[22].

En 2005, la probabilité d’être alphabétisé en français sachant qu’on est anglophone est de 0,46 alors que celle d’être alphabétisé en anglais sachant qu’on est francophone est de 0,20, ce qui découle du caractère majoritaire du français dans l’ensemble du Cameroun.

Langues nationales[modifier | modifier le code]

Le traitement des données du RGPH de 2005 relatives aux langues nationales a permis de dénombrer 85 langues nationales dans lesquelles les personnes recensées déclaraient savoir lire et écrire, représentant 5,6 % de la population de 12 ans et plus[23] (soit 624 254 personnes), dont aucune de dépasse 1 % de la population du pays[24]). L’analyse de l’évolution de l’alphabétisation en langues nationales depuis 1987 révèle que le phénomène n’a pas beaucoup évolué. En effet, le taux d’alphabétisation en langues nationales en 1987 était de 2,1 % contre 5,6 % en 2005[25].

L’essentiel des alphabètes en langues nationales se retrouve au sein des plus anciennes générations ; les jeunes générations ne sont quasiment pas alphabétisées en langues nationales[26].

Français[modifier | modifier le code]

Connaissance de français au Cameroun en 2005 selon l'OIF[27].

En 2005 18 % de la population étaient des francophones « réels », alors que 26,8 % étaient des francophones « partiels ». Le français est en progression constante au Cameroun en 2010 plus de 60 % des Camerounais écrivent le français et plus de 80 % le parle, et la plus grande ville Douala parle français à 99 %[28]. Comme la plupart des autres pays d’Afrique, le Cameroun, grâce aux progrès de l'éducation, voit son nombre de francophones (80+ % des Camerounais vivent dans les subdivisions francophones) s'envoler passant de 46 % en 2005 à plus de 60 % en 2010. Encore plus frappant, la capitale économique Douala est quant à elle passée de 98 % de francophones en 2008 à 99 % en 2010[29].

Douala[modifier | modifier le code]

En 2014, 63,7 % des habitants de Douala de 15 ans et plus savent lire et écrire le français tandis que 76,4 % savent le parler et le comprendre[30].

Estimation des effectifs de francophones analphabètes en 2015 à Douala[31]
Population totale estimée en 2015 2 864 000
Population de 15 ans et plus estimée en 2015 1 790 000
Pourcentage sachant lire et écrire le français 63,7 %
Pourcentage sachant parler et comprendre le français 76,4 %
Nombre de francophones analphabètes estimé en 2015 227 330

Yaoundé[modifier | modifier le code]

En 2014, 60,5 % des habitants de Yaoundé de 15 ans et plus savent lire et écrire le français tandis que 75,6 % savent le parler et le comprendre[30].

Estimation des effectifs de francophones analphabètes en 2015 à Yaoundé[31]
Population totale estimée en 2015 2 870 000
Population de 15 ans et plus estimée en 2015 1 876 980
Pourcentage sachant lire et écrire le français 60,5 %
Pourcentage sachant parler et comprendre le français 75,6 %
Nombre de francophones analphabètes estimé en 2015 283 424

Anglais[modifier | modifier le code]

L'anglais (17 % de la population vit dans les subdivisions anglophones) est la deuxième langue officielle. Il est en général moins usité que le français et beaucoup influencé par ce dernier. Le français et l’anglais sont en compétition au Cameroun, non seulement entre eux, mais également avec les langues identitaires locales et le pidgin english ; le français domine l’anglais dans la mesure où les locuteurs francophones sont majoritaires ; la francisation de l’anglais est plus avancée que l’anglicisation du français ; cependant, à cause de l’influence anglo-américaine au plan mondial, l’anglais devient, de plus en plus, la langue de l’éducation dans les couches élitaires/élitistes de la population camerounaise ; l'anglais est de plus en plus mis à côté du français en tant que langue de l'éducation, mais aussi en tant que langue d'expression comme on le voit aisément en matière de diffusion d'information et dans les journaux d'annonce officielles[32].

Langues locales[modifier | modifier le code]

Voir aussi la Catégorie:langue du Cameroun.
Langues locales du Cameroun.
Distribution des grands ensembles linguistiques autour du Golfe de Guinée.

Il existe plus de 200 langues locales au Cameroun, dont 60 appartenant au groupe afro-asiatique, deux au groupe nilo-saharien et 213 au groupe nigéro-congolais. Cette multiplicité profite au français ou à l'anglais, et dans une moindre mesure au Pidgin, qui sont plus usités comparativement aux autres pays francophones comme le Sénégal ou le Congo-Kinshasa où les langues officielles héritées de la colonisation sont en concurrence avec des langues locales importantes (respectivement Wolof ou Lingala).

Une littérature abondante décrit les très nombreux dialectes et langues du Cameroun[33].

On trouve ainsi le bakoko(mpoo-Edéa), le bamoun, l'ewondo, le tikar, le douala, le bassa, le yabassi, le dimbambang, bakweri, le bulu, le peul ou foufouldé, le Haoussa, les langues bamiléké composées de plusieurs sous ensembles comme le fe'efe' ou nufi (Bafang), le ghomala’ (Baham, Bandjoun, Batié, Bansoa, Bandenkop), le medumba (Bangangté (Nya)), le yemba (Dschang), le ngomba'a (Bamesso)...

Dans le grand nord du pays le peul, dit aussi foulbé ou foulfoulde, est communément employé par la majorité de la population. La jeunesse urbaine a créé une forme d'argot complexe dit camfranglais (mélange de français, d'anglais, de locutions vernaculaires camerounaises et de verlan) qui varie selon les villes. Le « camfranglais » est apparu au milieu des années 1970 après la réunification des Cameroun francophone et anglophone. Ce créole est devenu à la mode dans le pays à la fin des années 1990 en partie grâce à certains musiciens populaires.

Par ailleurs, il existe un pidgin english (forme de créole anglais) qui sert parfois de lingua franca aux commerçants. Il existe un site internet[34] consacré à l'apprentissage des langues minoritaires en général, et camerounaises en particulier.

Francophonie[modifier | modifier le code]

Le Cameroun est membre de l'OIF. La région camerounaise du Nord-Ouest est membre de l'Association internationale des régions francophones[35].

De plus les villes de Bangangté, Bertoua, Douala, Ebolowa, Foumban, Limbé, Yaoundé, Dschang, Edéa, Garoua, Ngaoundéré de même que le regroupement des Communes et Villes Unies du Cameroun-CVUC sont membre de l'Association internationale des maires francophones[36].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les langues proposées sont en ordre d'importance dans le pays.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.statistiques-mondiales.com/langues_officielles.htm
  2. « Troisième RGPH (2005) - Principaux indicateurs - État et Structure »
  3. « CHAPITRE 4 : DYNAMIQUE DES LANGUES OFFICIELLES AU CAMEROUN > 4.1. Locuteurs des langues officielles. »
  4. a, b et c « Troisième RGPH (2005) - Alphabétisation », p. 220.
  5. « L'aménagement linguistique dans le monde : Cameroun - Les médias. ».
  6. « Distribution of content languages among websites that use .cm. ».
  7. « Wikimedia Traffic Analysis Report - Wikipedia Page Views Per Country - Breakdown. ».
  8. « Google Cameroun », sur https://www.google.cm (consulté le 18 juillet 2015).
  9. « "Multilingual Cameroon: Policy, Practice, Problems and Solutions." », sur www.spak.gu.se (consulté le 1 juillet 2015)
  10. http://glottolog.org/glottolog/language.map.html?country=CM
  11. http://newsducamer.com/index.php/economie/item/4683-confidences-sur-la-pr%C3%A9paration-du-4e-recensement-g%C3%A9n%C3%A9ral-de-la-population-du-cameroun
  12. http://cameroon.africadata.org/fr/DataAnalysis
  13. http://www.odsef.fss.ulaval.ca/sites/odsef.fss.ulaval.ca/files/rr_cameroun_19602005_final2_web.pdf p. 30
  14. http://www.odsef.fss.ulaval.ca/sites/odsef.fss.ulaval.ca/files/rr_cameroun_19602005_final2_web.pdf pp. 45 et 50.
  15. https://www.erudit.org/livre/aidelf/2012/004097co.pdf p. 2.
  16. http://www.odsef.fss.ulaval.ca/sites/odsef.fss.ulaval.ca/files/rr_cameroun_19602005_final2_web.pdf p. 52.
  17. « Troisième RGPH (2005) - Alphabétisation », p. 10-12.
  18. http://www.odsef.fss.ulaval.ca/sites/odsef.fss.ulaval.ca/files/rr_cameroun_19602005_final2_web.pdf p. 77
  19. http://www.bucrep.cm/index.php/en/recensements/3eme-rgph/resultats/47-3eme-rgph/volume-ii--analyses-thematiques
  20. https://www.erudit.org/livre/aidelf/2012/004097co.pdf p. 13
  21. https://www.erudit.org/livre/aidelf/2012/004097co.pdf p. 12
  22. http://www.odsef.fss.ulaval.ca/sites/odsef.fss.ulaval.ca/files/rr_cameroun_19602005_final2_web.pdf p. 56
  23. « Inventaire des langues nationales d’alphabétisation », p. 35.
  24. « Troisième RGPH (2005) - Alphabétisation », p. 226.
  25. « Troisième RGPH (2005) - Alphabétisation », p. 166.
  26. http://www.odsef.fss.ulaval.ca/sites/odsef.fss.ulaval.ca/files/rr_cameroun_19602005_final2_web.pdf p. 38
  27. http://20mars.francophonie.org/IMG/pdf/FICHE_03_Nombre_de_francophones.pdf
  28. La langue française dans le monde en 2010 [Broché] Nathan
  29. La langue française dans le monde en 2010, Éditions Nathan, p. 11 et 66
  30. a et b La langue française dans le monde, 2014, Éditions Nathan, p. 30
  31. a et b La langue française dans le monde, 2014, Éditions Nathan, p. 31
  32. http://lincom-shop.eu/shop/article_ISBN%2B9783895864896/LSFL-04%3A-Le-fran%C3%A7ais-en-contact-avec-l%E2%80%99anglais-au-Cameroun.html?pse=apq
  33. Bibliographie des langues camerounaises par D. Barreteau, É. Ngantchui, T. Scruggs, Éditions de l'ORSTOM Accr Paris 1993 [1]
  34. http://www.resulam.com
  35. http://www.regions-francophones.com/
  36. http://aimf.asso.fr/

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Barreteau, Evelyne Ngantchui et Terry Scruggs, Bibliographie des langues camerounaises, ORSTOM, Paris, 1993, 269 p. (ISBN 2709911450)
  • Georges Echu, Bilinguisme officiel au Cameroun : étude linguistique et sociolinguistique, L'Harmattan, Paris, 2013 (réimpr.), 265 p. (ISBN 978-2-336-00121-0)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]