Langues en Érythrée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Langues d'Érythrée)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’Érythrée
Cet article est une ébauche concernant l’Érythrée.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Langues en Érythrée
Langues officielles tigrigna, arabe, anglais
Langues principales %, 1996 :
  50
  31
Les langues sémitiques, origine géographique et nombre de locuteurs
Langues couchitiques en violet

L'Érythrée connaît trois langues officielles : le tigrigna, l'arabe et l'anglais, seules les deux premières sont véhiculaires[1]. Le pays compte neuf «ethnies nationales» utilisant des langues différentes : l'afar, l'arabe (parlé par les Rashaidas (en)), le beja, le blin, le kunama, le nara, le saho, le tigré et le tigrigna.

Répartition[modifier | modifier le code]

La principale langue du pays est le tigrigna, langue du gouvernement. Dans les zones urbaines, on parle également l'amharique, l'italien et l'anglais. Le bilinguisme ou multilinguisme est pratiqué par la plus grande partie des habitants[2].

Proportion de locuteurs par langue en 1996[3] :

  • tigrigna : 1 600 000 personnes, soit 50% de la population;
  • tigré : 992 000, soit 31%;
  • afar et saho : 160 000 personnes soit 5% chacune;
  • bedja : 80 000 personnes, soit 2,5%;
  • bilen et kunama : 64 000 personnes chacune, soit 2%;
  • nara : 48 000 personnes, soit 1,5%;
  • arabe : 32 000 personnes, soit 1%;
  • dahlik : moins de 2000 personnes.
  • Italien : 102 personnes. (2007) (dont 15 en langue maternelle).
  • L'Anglais est parlé en seconde langue par 150 000 à 200 000 personnes, sans compter les locuteurs dits "partiels", et son importance ne cesse de croître car il est devenu l'une des principales langues de l'enseignement, et la première langue étrangère et diplomatique (langue utilisée lors des sommets de l'OUA (Organisation de l'Unité Africaine).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Simeone-Senelle [2000], paragraphe 1.
  2. Simeone-Senelle [2000], paragraphe 2.
  3. Simeone-Senelle [2000], paragraphes 10 à 21.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :