Langues au Luxembourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Langues au Luxembourg
Langues officielles Luxembourgeois, français, allemand
Langues principales Langues maternelles:
  77
  6
  4

Langues secondes:

  90
  88
  13
Langues nationales Luxembourgeois
Principales langues étrangères
  56

La situation linguistique du Luxembourg se caractérise par la pratique et la reconnaissance de trois langues officielles : le français, l’allemand et la langue nationale, qui est le luxembourgeois et qui a été établie dans la législation en 1984. Ces trois langues sont également utilisées comme langues administratives.

À l’époque de la fondation du pays, le français a été choisi comme langue officielle et administrative du fait du caractère prestigieux dont il jouissait. L’allemand était utilisé sur le plan politique pour commenter les lois et les ordonnances dans le but de rendre leur contenu compréhensible par tous. À l’école primaire, les cours étaient uniquement donnés en allemand, alors qu’ils étaient donnés en français dans l’enseignement secondaire. La loi du 26 juillet 1843 a permis de favoriser le bilinguisme en imposant l’introduction du français à l’école primaire.

Luxembourgeois[modifier | modifier le code]

Mémorial de l’Accord de Schengen en luxembourgeois.

Le luxembourgeois (Lëtzebuergesch) est une langue francique de la région mosellane semblable à l’allemand et au néerlandais. Elle a été introduite à l’école primaire luxembourgeoise en 1912. Tout comme les dialectes parlés dans la zone limitrophe entre l’Allemagne et le Luxembourg, il s’agit d’un dialecte francique mosellan. Contrairement à ses homologues germains, le luxembourgeois est composé de nombreux mots issus du français et est officiellement considéré comme une langue nationale. La formalisation des dialectes allemands régionaux dans les langues nationales est née de la volonté de vouloir impressionner une identité nationale distincte et ce, indépendamment de l’État allemand. En Suisse, l’allemand écrit a été conservé malgré une différence de vocabulaire. Il est cependant très différent du suisse allemand parlé à l’oral, langue que les allemands ne comprennent pas. Au Luxembourg, le dialecte a été transcrit phonétiquement dans une nouvelle langue. Alors que l’on parle luxembourgeois ainsi qu’un mélange de différentes langues dans la rue, le français est souvent la principale langue parlée après l’allemand. Le luxembourgeois est, à quelques occasions, parlé dans les magasins et autres centres commerciaux. Cela s’expliquerait par le fait que la force d’un dialecte peut être indicatrice d’un statut social inférieur.

Les premières phrases imprimées en luxembourgeois sont apparues en 1821 dans un journal hebdomadaire appelé le Luxemburger Wochenblatt. Le premier livre écrit en luxembourgeois a été publié en 1829 par Antoine Meyer. Il était intitulé E' Schrek ob de' Lezeburger Parnassus. Jusqu’aux années 1980, cette langue était généralement utilisée pour la poésie et le théâtre. Depuis, elle est devenue de plus en plus populaire grâce aux œuvres de fiction, qui contribuent aujourd’hui largement à la littérature luxembourgeoise. Entre 2000 et 2002, le linguiste luxembourgeois Jérôme Lulling a développé une base de données lexicales de 185 000 types de mots pour créer le tout premier correcteur luxembourgeois. Il est ainsi à l’origine de l’informatisation de la langue luxembourgeoise.

Révision constitutionnelle[modifier | modifier le code]

Jusqu’en 1984, les langues étaient officiellement utilisées selon les arrêtés grand-ducaux de 1830, 1832 et 1834, qui ont permis aux citoyens de choisir librement entre l’allemand et le français. Le français était prédominant dans l’administration. Le luxembourgeois n’avait aucun statut officiel.

La révision constitutionnelle de 1984 a permis au pouvoir législatif de réguler la langue par une loi. Le 24 février 1984, la chambre constitutionnelle a adopté une loi offrant au luxembourgeois le statut de langue nationale. De plus, cette loi a reconnu les trois langues du Luxembourg (le luxembourgeois, le français et l’allemand) comme étant toutes des langues administratives. En raison de la mise en application du Code civil de Napoléon au Luxembourg, le français demeure la langue de la législation.

Conseils des langues en allemand et en français[modifier | modifier le code]

Bien que l’allemand soit l’une des langues officielles, le Luxembourg, n’ayant pas participé à l’élaboration de la Réforme de l'orthographe allemande de 1996, ne fait pas partie du Rat für deutsche Rechtschreibung (Conseil de l’orthographe allemande). Le gouvernement du Luxembourg a adopté de manière arbitraire la réforme, qui a été bien reçue par les enseignants du pays du fait de son efficacité. Selon le Luxemburger Wort, le journal le plus important du duché, le Luxembourg ne se considère pas comme étant un pays germanophone (le luxembourgeois est la seule langue nationale) et ne dispose donc pas du droit de participer au conseil[1]. Il est néanmoins à signaler que, même si le français n’est pas non plus une langue nationale, le Luxembourg participe à la Francophonie et qu’il compte également des membres au sein de l’Académie française[2]. Cela peut s’expliquer par le fait que la Francophonie est une organisation qui cherche à promouvoir l’usage du français à travers le monde au lieu de le réguler.[citation nécessaire] De nombreux membres de la Francophonie comme la Roumanie et la Grèce ne sont donc pas des pays francophones[3].

Éducation[modifier | modifier le code]

Le luxembourgeois est enseigné dès l’enseignement pré-primaire à l’école, après le français et l’allemand. Cependant, il est enseigné seulement une heure par semaine dans l’enseignement secondaire et uniquement les premières années. Au collège, on enseigne, en plus de l’allemand, du français et du luxembourgeois, l’anglais, le latin, l’espagnol et l’italien. À l’université, le multilinguisme permet aux étudiants luxembourgeois de poursuivre leur enseignement supérieur dans des pays francophones, germanophones et anglophones.

Presse, police et services publics[modifier | modifier le code]

L’allemand et le français sont les principales langues utilisées dans la presse, pour enregistrer les dossiers de police et pour les informations de service public.

Autres langues[modifier | modifier le code]

Les personnes nées à l’étranger et les travailleurs étrangers représente plus du tiers (40 %) de la population du Luxembourg. Outre l’allemand et le français, ils parlent généralement portugais, italien et anglais[4].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant représente les pourcentages d’habitants parlant une langue maternelle (luxembourgeois, français, allemand, anglais ou autre) ou qui l’utilise comme seconde langue.

Luxembourgeois Français Allemand Anglais Autre
Langue maternelle 77 % 6 % 4 % 1 % 12 %
Deuxième langue 13 % 90 % 88 % 60 % NC
Total 90 % 96 % 92 % 61 % NC

Voir également[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]