Yonaguni (langue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Langue yonaguni)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Yonaguni.
Yonaguni
Pays Japon
Région île de Yonaguni
Nombre de locuteurs 400 (en 2017)
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 yoi
Étendue langue individuelle
Type langue vivante
IETF yoi
Linguasphère 45-CAC-bc

Le yonaguni (ou dunan) est une langue japonique appartenant à la branche sud des langues ryukyu[1]. Elle est parlée sur l'île de Yonaguni au Japon, dans le sud de la préfecture d'Okinawa.

Le yonaguni est une langue en danger: la totalité des locuteurs est bilingue en japonais, et les jeunes générations sont monolingues en japonais.

Phonologie[modifier | modifier le code]

Voyelles[modifier | modifier le code]

Le yonaguni est la langue japonique possédant le système vocalique le plus réduit, et il n'y a pas d'opposition de longueur vocalique. La voyelle [o] peut sans doute être considérée comme un phonème distinct /o/, bien qu'elle n'apparaisse que dans un seul morphème, la particule finale do.

Antérieure Postérieure
Fermée /i/ [i] /u/ [u]
Mi-fermée (/o/ [o])
Ouverte /a/ [a]

Consonnes[modifier | modifier le code]

Le yonaguni possède une opposition tripartie entre des occlusives et affriquées douces (légèrement aspirées), fortes et voisées. Cette opposition est neutralisée dans les positions autres que l'initiale de mot. Le tableau suivant donne la liste de consonnes dans la notation de Yamada, Pellard et Shimoji (2015) accompagnée de la transcription phonétique de leur réalisation par défaut.

Labiales Apicales Dorsales Glottales
Occlusives pp [pˀ] b [b] th [tʰ] tt [tˀ] d [d] kh [kʰ] kk [kˀ] g [g]
Fricatives s [s] h [h]
Affriquées cc [tsˀ]
Nasales m [m] n [n] ŋ [ŋ]
Battues r [ɾ]
Spirantes w [w] y [j]

Les consonnes s, cc et h se réalisent comme des alvéolo-palatales devant la voyelle i ou la spirante y ([ɕ], [tɕˀ], [ç]). La fricative h se réalise comme une labiale [ɸ] ou une labio-vélaire [ʍ] devant u et w. L'opposition entre les nasales est neutralisée en position de coda.

Tons[modifier | modifier le code]

Le yonaguni a un système à trois tons lexicaux, dont le domaine est le mot. Chaque lexème est affecté d'une mélodie tonale qui se répartit sur le mot phonologique quelle que soit sa longueur. Ces trois tons sont haut, bas, et tombant sur la finale.

Le ton haut est caractérisé par une mélodie haute sur tout le mot sauf la première pour les polysyllabes, le ton bas par une mélodie basse sur tout le mot, et le ton tombant par une mélodie identique au ton haut, sauf que la mélodie est tombante dans la dernière syllabe si celle-ci est lourde. Si la dernière syllabe d'un mot au ton tombant est une syllabe légère, elle est prononcée sur un ton haut, et le mot suivant subit un abaissement tonal.

Grammaire[modifier | modifier le code]

La morphologie verbale du yonaguni est la plus complexe de la famille des langues japoniques. Cela est dû à l'interaction des alternances de formes des thèmes verbaux et des suffixes, ainsi que des alternances tonales. Ces alternances ne sont pas les même pour tous les verbes, qui s'organisent en de nombreuses classes de conjugaison. Il n'est pas possible de prévoir l'ensemble des formes paradigmatiques d'un verbe à partir d'une seule forme.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Thomas Pellard, « The linguistic archeology of the Ryukyu Islands », dans Patrick Heinrich, Shinsho Miyara et Michinori Shimoji, Handbook of the Ryukyuan languages: History, structure, and use, Berlin, De Mouton Gruyter, (ISBN 9781614511618, DOI 10.1515/9781614511151.13, lire en ligne), p. 13-37

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Thomas Pellard et Masahiro Yamada, « Verb morphology and conjugation classes in Dunan (Yonaguni) », dans Ferenc Kiefer and James P. Blevins et Huba Bartos, Perspectives on morphological organization, Leiden, Brill, (ISBN 9789004342910, DOI 10.1163/9789004342934_004, lire en ligne), p. 31-49
  • (en) Masahiro Yamada, Thomas Pellard et Michinori Shimoji, « Dunan grammar (Yonaguni Ryukyuan) », dans Patrick Heinrich, Shinsho Miyara et Michinori Shimoji, Handbook of the Ryukyuan languages: History, structure, and use, Berlin, De Mouton Gruyter, (ISBN 9781614511618, DOI 10.1515/9781614511151.449, lire en ligne), p. 449-478