Landri de Durnes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Landri.
Landri ou Landry de Durnes ou encore Landric de Dornac
Biographie
Naissance Franche-Comté
Décès XIIIe siècle
Évêque de l’Église catholique
Évêque de Lausanne

Ornements extérieurs Evêques.svg
Blason à dessiner.svg

Landri ou Landry de Durnes ou encore Landric de Dornac est l'évêque de Lausanne entre 1160 et 1174, succédant à Amédée de Clermont dit de Lausanne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est issu d'une famille noble de Franche-Comté. Le château de Durnes, berceau de la famille, s'élevait dans le bailliage d'Ornans, près de Besançon.

Avant son épiscopat on le retrouve dès 1145 comme doyen de Saint-Jean de Besançon. Il fut sacré évêque en 1160 par Humbert de Scey son archevêque. C'est durant son épiscopat que fut décidé l'érection de la cathédrale Notre-Dame de Lausanne.

Il fut accusé auprès du Pape d'être impudique et incapable de gouverner une Église. Il prévint la flétrissure d'une déposition, en résignant volontairement l'épiscopat entre les mains du Pontife, après avoir tenu le siège quatorze ans (1174). Le pape, ayant reçu la résignation de Landric, choisit lui-même un évêque à l'Église de Lausanne, et lui envoya un Italien, nommé Roger, natif d'un bourg de la Toscane, appelé VIcus Pisanus[1].

Landri a renforcé la défense des terres épiscopale, notamment en construisant le donjon du château d'Ouchy[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. A. Ruchat, Abrégé de l'histoire ecclésiastique du Pays de Vaud (…), Chez Nicolas Emmanuel Haller & Compagnie, Berne, 1707, p. 42.
  2. Morerod 2000, p. 164

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maxime Reymond, "Un conflit ecclésiastique à Lausanne à la fin du XIIe siècle", in Zeitschrift für Schweizer Kirchengeschichte, 1, 1907, p. 98-111.
  • Jean-Daniel Morerod, Genèse d'une principauté épiscopale,

Liens externes[modifier | modifier le code]