Landes-Vieilles-et-Neuves

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Landes-Vieilles-et-Neuves
Landes-Vieilles-et-Neuves
Mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Intercommunalité CC interrégionale Aumale - Blangy-sur-Bresle
Maire
Mandat
Christine Moreau
2020-2026
Code postal 76390
Code commune 76381
Démographie
Gentilé Landais
Population
municipale
137 hab. (2017 en augmentation de 0,74 % par rapport à 2012)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 47′ 16″ nord, 1° 37′ 49″ est
Altitude Min. 169 m
Max. 230 m
Superficie 7,09 km2
Élections
Départementales Canton de Gournay-en-Bray
Législatives 6e circonscription de la Seine-Maritime
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Landes-Vieilles-et-Neuves
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Landes-Vieilles-et-Neuves
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Landes-Vieilles-et-Neuves
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Landes-Vieilles-et-Neuves
Liens
Site web http://www.landesvieillesetneuves.fr

Landes-Vieilles-et-Neuves est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie.

Localement, le nom de la commune est toujours précédé de « Les » mais le nom officiel n'a pas d'article.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est constituée d'un ensemble de hameaux agricoles normands. Le nord du territoire communal se trouve dans la Basse Forêt d'Eu.

Elle est située sur un plateau de 200 à 232 m. d'altitude, avec comprenant des ravines descendant vers la Méline, affluent du fleuve côtier la Bresle.

Landes-Vieilles-et-Neuves se trouve à 42 km au sud-est de Dieppe, cinquante kilomètres au sud-ouest d'Amiens et 55 km au nord-est de Rouen. Elle est située à dix kilomètres d'Aumale et quinze kilomètres de Neufchâtel-en-Bray.

Communes limitrophes de Landes-Vieilles-et-Neuves
Saint-Léger-aux-Bois Richemont
Landes-Vieilles-et-Neuves Marques
Le Caule-Sainte-Beuve Nullemont

Hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

La commune comprend plusieurs hameaux : Vert-Bois, Rougemare, Vieilles-Landes

Toponymie[modifier | modifier le code]

Commune instituée par la Révolution française issue de l'unification des Vieilles-Landes et des Neuves-Landes[1], et qui portait le nom de Lalande en 1793, Les Landes en 1801. Elle prit ultérieurement son nom actuel de Landes-Vieilles-et-Neuves[2].

Le français lande est issu du gaulois landa et désigne une terre infertile, ce que devait être la caractéristique du lieu.

Baril essart est l'ancien nom des Vieilles Landes[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une hachette en silex poli a été trouvée aux Vieilles-Landes en 1868 semblant indiquer une occupation préhistorique du site[4].

Selon l'abbé Cochet[4], « Les Landes formaient autrefois deux paroisses, dont l'une s'appelait les Vieilles-landes et l'autre les Landes-Jeunes ou Neuves »

L'ancienne gare des Landes-le-Caule, devenue une habitation.

La gare des Landes-le-Caule, situé aux Landes-Vieilles-et-Neuves en limite du Caule, était desservie de 1906 à 1947 par la ligne de chemin de fer secondaire à voie métrique Aumale-Envermeu des Chemins de fer départementaux de la Somme (bien que située en Seine-Maritime).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve depuis 1926 dans l'arrondissement de Dieppe du département de la Seine-Maritime. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la sixième circonscription de la Seine-Maritime.

Elle faisait partie de 1802 à 1952 du canton de Blangy-sur-Bresle, année où elle intègre le canton d'Aumale[2]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais intégrée au canton de Gournay-en-Bray.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la petite communauté de communes du canton d'Aumale, créée fin 2001.

Dans le cadre de l'approfondissement de la coopération intercommunale prévu par la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du , qui prescrit que les intercommunalités à fiscalité propre doivent, sauf exceptions, regrouper au moins 15 000 habitants, celle-ci a fusionné avec sa voisine pour former, le , la communauté de communes interrégionale Aumale - Blangy-sur-Bresle, dont la commune est désormais membre.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[5],[6]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1823 1837 Charles Antoine Boutillier    
1837 1840 Jean-Louis Foulon    
1840 1848 Joseph Noël Cossard    
1848 1852 Barthélémy Deniel    
1852 1882 Doctrové Boutillier    
1882 1884 Désiré Lefevre    
1884 1897 Charles Delaquaize    
1897 1908 Achille Lefevre    
1908 1911 Julien Aubruchet    
1911 1924 Albert Heurtevent    
1924 1929 Achille Leroy    
1929 1944 Evode Sageot    
1944 1945 Victor Petit    
1945 1956 Raymond Mamier    
1956 1976 André Villier    
1976 1995 Jean Dhermy    
1995 mars 2014[7] Alain Blondin[8]    
mars 2014[9],[10] En cours
(au 27 mai 2020)
Christine Moreau   Directrice d'école à Aumale
Réélue pour le mandat 2020-2026[11]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[13].

En 2017, la commune comptait 137 habitants[Note 1], en augmentation de 0,74 % par rapport à 2012 (Seine-Maritime : +0,04 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
279249210265362352325315319
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
298260263260242225217208178
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
185182180162179190171202180
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
162149147105148132123134138
2017 - - - - - - - -
137--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Lambert, aux Jeunes-Landes, constituée de trois volumes emboîtés décroissants, et terminé par un chevet plat.
    La nef est construite en brique rouge et le chœur en galandage (mur constitué de briques posées sur champ). Le côté nord de la nef date du XVIIe siècle et le côté sud du XVIe siècle. La charpente est datée de 1531 et une des corniches est ornée d'une vigne chargée de feuilles et de raisins[4].
    La cloche est datée de 1526[15].
  • Château des Landes
  • Vestiges de l'ancien site de lancement de V1, en Basse Forêt d'Eu[16],[17].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, , 80 p. (ISBN 2-7084-0040-1, OCLC 6403150)
  2. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Guy Chartier. Les toponymes des Xe et XIe siècles relatifs aux défrichements sur le territoire de l'actuelle Seine-Maritime. In: Annales de Normandie, 47e année, n°1, 1997. Etudes médiévales. Page 35.
  4. a b et c Abbé Cochet, Répertoire archéologique du département de la Seine-Inférieure : rédigé sous les auspices de l'Académique des sciences, belles-lettres et art de Rouen, Paris, Imprimerie nationale, coll. « Répertoire archéologique de la France », , 652 p. (lire en ligne), p. 184, disponible sur Gallica.
  5. « Histoire et patrimoine aux Landes-Vieilles-et-Neuves », sur https://www.landesvieillesetneuves.com (consulté le 3 novembre 2019).
  6. M. Coffin, G. et L. Gaudefroy, Promenade géographique historique touristique en Pays de Bray et en Vallée d'Yères, Tome VI. Editions Bertout (ISBN 2-86 743 196-4) page 179 : Maires des Landes
  7. Vincent Beny, « Municipales 2014 : Divorce aux Landes-Vieilles-et-Neuves : A 30 jours du 1er tour des élections municipales 2014, petit tour d’horizon des différentes forces en présence. L’ambiance sera tendue dans quelques communes du canton d’Aumale », Le Réveil,‎ (lire en ligne, consulté le 3 novembre 2019).
  8. Le maire sortant a été réélu au terme des élections municipales de 2008. Source : Hebdomadaire Le Réveil du 27 mars 2008.
  9. « Le renouveau… pour bientôt : Les Landes-Vieilles-et-Neuves. Christine Moreau, directrice d'école à Aumale, a présenté officiellement ses colistiers », Paris Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le 3 novembre 2019).
  10. « Canton d’Aumale : les premiers résultats et commentaires : Le premier tour des élections municipales livre ses premiers résultats. Surprise aux Landes Vieilles et Neuves où la liste d'Alain Blondin ne glane aucun siège », Le Réveil,‎ (lire en ligne, consulté le 3 novembre 2019) « Petite surprise aux Landes-Vieilles-et-Neuves avec l’élection dès le 1er tour de la liste complète conduite par Christine Moreau ».
  11. « Christine Moreau réélue à l’unanimité aux Landes-Vieilles et Neuves : Elue pour la première fois maire en 2014, Christine Moreau a retrouvé son siège. Elle sera secondée par Nathalie Blondin et Jacky Parisy », Le Réveil,‎ (lire en ligne).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  15. « Cloche », notice no PM76000965, base Palissy, ministère français de la Culture.
  16. « Les 21 sites de l'itinéraire de randonnée historique et de mémoire Read more at http://www.v1histoireetpatrimoine.fr/pages/les-sites-de-l-itineraire.html#D5d2rqmiasTSOsvT.99 », Histoire et patrimoine V1 en vallées de la Bresle et de l'Yères (consulté le 3 novembre 2019).
  17. Norbert Dufour et Christian Doré (préf. Daniel Pégisse), L'enfer des V1 en Seine-Maritime durant la Seconde guerre mondiale, Luneray, Éditions Bertout, , 295 p. (ISBN 2-86743-179-4, lire en ligne), disponible sur Gallica.