Landécourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Landécourt
Landécourt
L'église Saint-Sigismond
Blason de Landécourt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Lunéville
Intercommunalité Communauté de communes Meurthe, Mortagne, Moselle
Maire
Mandat
Jean-Marie Babel
2020-2026
Code postal 54360
Code commune 54293
Démographie
Population
municipale
87 hab. (2018 en diminution de 14,71 % par rapport à 2013)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 30′ 01″ nord, 6° 25′ 02″ est
Altitude Min. 235 m
Max. 344 m
Superficie 5,82 km2
Élections
Départementales Canton de Lunéville-2
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Landécourt
Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle
Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Landécourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Landécourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Landécourt

Landécourt est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Landécourt
Lamath
Einvaux Landécourt Franconville
Clayeures Moriviller

Histoire[modifier | modifier le code]

Il a existé sur le territoire actuel de la commune un village appelé Doncourt.

Un prieuré de bénédictins est fondé au début du XIIe siècle à Landécourt[1],[2]. L'église prieurale est créée en 1100 par un certain Bancelin, à son retour de la première croisade[3]. Pibon évêque de Toul consacra cette église[4].

En 1157, le seigneur Theobertus de Landecort, signe en qualité de témoin, la charte confirmative de la fondation de l'abbaye de Beaupré[4].

Le 11 septembre 1557, le pape Paul IV confirme une bulle de Paul III qui conférait à Nicolas Bernais le prieuré de Landécourt[5].

En 1572, l'abbaye de Beaupré donne à bail pour 61 ans une forêt sur le territoire de la commune et au profit des habitants de Landécourt[6].

En 1587 en pleine guerre de religions, l'armée de reîtres brûle Moyen et Gerbéviller et commet de nombreux pillages et saccages dans la régions. Le passage de ces soldats allemands est également signalé à Landécourt[7]. Ces guerres eurent également pour effets la propagations de maladies infectieuses qui durèrent jusqu'à l'année suivante[8].

En 1710, la seigneurie appartient en indivision et pour moitié chacun au comte de Haussonville et à Monsieur de Rennel. Ils possèdent les droits de Haute, moyenne et basse justice. Leurs officiers «connaissent» les affaires en première instance. Les appels sont portés devant le bailliage de Nancy. Il y a 26 habitants au village[9].

Le 3 septembre 1756, il est permis aux religieux de Beaupré d'établir à Landécourt une ferme dans les essarts (terrains défrichés), et ayant son ban séparé de celui de Landécourt[4].

Entre 1767 et 1778, les impôts annuels de Landécourt dus au marquis de Gerbéviller étaient affermés pour 124 livres[10].

Le 3 mai 1792, Hubert Raimbault maître d'école, prête serment devant le conseil général de la commune de Landécourt[11].

Le 12 mars 1866, les bois du grand Bouxa et du petit Bouxa appartenant au marquis de Lambertye sont mis en vente par adjudication[12]. Les mêmes bois sont à nouveau mis en adjudication le 9 septembre 1922[13].

Le 28 avril 1866, il est mis en adjudication un cens sur des affouages dans plusieurs communes, dont Landécourt. Ce droit moyenâgeux est issu de l'ancienne seigneurie de Gerbéviller[14].

L'affaire suivante est anodine. Il est donc étonnant qu'elle ait été portée devant le Conseil d'État dans sa session du 31 mai 1911. Mme Gigout de Landécourt s'étant vue refuser le droit à l'affouage communal a d'abord porté l'affaire devant le conseil de préfecture. Elle a ensuite fait appel du refus de première instance, refus confirmé par le conseil d'État[15].

Le 26 juillet 1922 est publié la mise en concurrence des entreprises pour l'électrification du village chez les particuliers[16].

Toponymie[modifier | modifier le code]

On trouve Landecort en 1157 comme forme la plus ancienne. Viennent ensuite Landecuria, Landecurt, Landeicort, Landeicourt et Landrecourt[17]. Ernest Nègre indique que le toponyme se serait formé sur le nom de personne germanique Lando[18].

En lorrain roman, le nom du village se prononce Landéco[19].

Dans les anciens documents, on trouve les graphies suivantes pour l'ancien village de Doncourt : Dodoniscurtem en 1152, Doncurt en 1163 et 1182, Doncort en 1195 et la Grande Doncourt au XVIIe siècle[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1852   Philippe Noël   nommé par le préfet[20]
avant 1910 1924 Jules Domptail   chevalier du mérite agricole
Démissionne en 1924 avec 8 conseillers municipaux[21]
         
mars 2001 mars 2008 Marguerite Babel    
mars 2008 2014 Michel Matte    
avril 2014 juillet 2020 Jean-Marie Gassmann[22]   Cadre supérieur (entreprise publique)
juillet 2020 En cours Jean-Marie Babel[22],[23]   Ancien cadre


Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[25].

En 2018, la commune comptait 87 habitants[Note 1], en diminution de 14,71 % par rapport à 2013 (Meurthe-et-Moselle : +0,34 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
210229218235250241254252250
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
235229210185177179172168161
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
14412811111112912212110698
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017
8375787681868710288
2018 - - - - - - - -
87--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'ancien lavoir.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Ancien prieuré XVIIIe.
  • Église : tour romane, nef et chœur XVe/XVIe.
  • Ancien lavoir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Landécourt Blason
Écartelé: aux 1er et 4e d'azur à la croix ancrée d'or chargée en coeur d'un tourteau de gueules, aux 2 et 3e d'or à la croix de gueules frettée d'argent; à la crosse abbatiale contournée de gueules brochant sur le tout.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Blason populaire[modifier | modifier le code]

Dans la langue locale, les habitants étaient surnommés les couchons (les cochons)[28]. Il existait aussi un quolibet :

Landécot, grôs sabots, lo diêbe y cot trôs fwès pa jos : Landécourt, gros sabots, le diable y court trois fois par jour[29].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Henri (1814-1887) Auteur du texte Lepage, Dictionnaire géographique de la Meurthe, rédigé d'après les instructions du comité des travaux historiques et des sociétés savantes... Par Henri Lepage,... Avec une carte du département au Xe siècle, (lire en ligne)
  2. (la) Dom Calmet, Fondatio prioratus de Landécourt (lire en ligne)
  3. Société d'histoire de la Lorraine et du Musée lorrain Auteur du texte et Musée lorrain (Nancy) Auteur du texte, « Mémoires de la Société d'archéologie lorraine », sur Gallica, (consulté le 23 décembre 2020)
  4. a b et c Le département de la Meurthe. Deuxième partie : statistique historique et administrative / publ... par Henri Lepage, (lire en ligne)
  5. École pratique des hautes études (Paris) Auteur du texte, « Annuaire / École pratique des hautes études, Section des sciences historiques et philologiques », sur Gallica, (consulté le 23 décembre 2020)
  6. Charles (1845-1930) Auteur du texte Guyot, Les forêts lorraines jusqu'en 1789 / par Charles Guyot,..., (lire en ligne)
  7. L. (18-19 ; directeur d'école) Auteur du texte Jacquot, Simples leçons sur l'histoire de la Lorraine et la géographie du département de Meurthe-et-Moselle (Nouvelle édition, revue et augmentée) / par L. Jacquot. Nouvelle édition, revue et augmentée, (lire en ligne)
  8. Société d'histoire de la Lorraine et du Musée lorrain Auteur du texte et Musée lorrain (Nancy) Auteur du texte, « Le Pays lorrain : revue régionale bi-mensuelle illustrée / dir. Charles Sadoul », sur Gallica, (consulté le 23 décembre 2020)
  9. Henri (1814-1887) Auteur du texte Lepage, Les communes de la Meurthe : journal historique des villes, bourgs, villages, hameaux et censes de ce département.... Volume 1 / par Henri Lepage,..., (lire en ligne)
  10. « L'Est Républicain », sur kiosque.limedia.fr, (consulté le 14 février 2021), p. 2
  11. Société lorraine des études locales dans l'enseignement public Auteur du texte, « Bulletin de la Société lorraine des études locales dans l'enseignement public », sur Gallica, (consulté le 23 décembre 2020)
  12. « L'Espérance : courrier de Nancy », sur kiosque.limedia.fr, (consulté le 14 février 2021), p. 4
  13. « L'Est Républicain », sur kiosque.limedia.fr, (consulté le 14 février 2021), p. 6
  14. « L'Espérance : courrier de Nancy », sur kiosque.limedia.fr, (consulté le 23 février 2021), p. 4
  15. France Conseil d'État (1799- ) Auteur du texte, « Recueil des arrêts du Conseil d'État », sur Gallica, (consulté le 23 décembre 2020)
  16. « L'Est Républicain », sur kiosque.limedia.fr, (consulté le 23 février 2021), p. 6
  17. Henri (1814-1887) Auteur du texte Lepage, Dictionnaire topographique de la France. Dictionnaire topographique du département de la Meurthe / réd. sous les auspices de la Société d'archéologie lorraine par M.Henri Lepage,..., (lire en ligne)
  18. Nègre, Ernest., Toponymie générale de la France / 2. Formations non-romanes, formations dialectales., Droz, (ISBN 2-600-00133-6 et 978-2-600-00133-5, OCLC 174640771, lire en ligne)
  19. « blason populaire, Cartographie des blasons populaires (sobriquet par village, sobriquets) en Langue lorraine-romande », sur cherbe.free.fr (consulté le 24 décembre 2020)
  20. https://kiosque.limedia.fr/ark:/31124/dz8v8x88kg7rkwtk/p3.item.r=seranville
  21. https://kiosque.limedia.fr/ark:/31124/ds56l6p8537crjmt/p3.item.r=land%C3%A9court
  22. a et b « Résultats des élections municipales 2020 », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le 11 août 2020)
  23. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 11 août 2020)
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  28. Vartier, Jean., Sobriquets, quolibets, de Lorraine et du Bassigny, Editions de l'Est, [1989] (ISBN 2-86955-065-0 et 978-2-86955-065-0, OCLC 24503042, lire en ligne)
  29. « blason populaire, Cartographie des blasons populaires (sobriquet par village, sobriquets) en Langue lorraine-romande », sur cherbe.free.fr (consulté le 23 décembre 2020)


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :