Lance Henriksen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un acteur image illustrant américain
Cet article est une ébauche concernant un acteur américain.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Henriksen.
Lance Henriksen
Description de cette image, également commentée ci-après

Lance Henriksen en 2010

Nom de naissance Lance James Henriksen
Naissance (76 ans)
New York, NY, États-Unis
Nationalité Drapeau : États-Unis Américaine
Profession Acteur
Films notables L'Étoffe des héros
Terminator
Aliens, le retour
Chasse à l'homme
Mort ou vif
Alien vs. Predator
Séries notables MillenniuM

Lance Henriksen est un acteur américain né le à New York.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de marin, Lance Henriksen passe son enfance à Bornéo, aux îles Fidji et en Malaisie. Cette jeunesse aventureuse lui rend vite intolérables les contraintes d'une scolarité traditionnelle. Renvoyé de plusieurs lycées, il part sur les routes à l'âge de douze ans et, après une adolescence mouvementée, intègre l'Actors Studio. Il obtient son premier rôle dans la reprise Off-Broadway de Three Plays of the Sea d'Eugene O'Neill et enchaîne au milieu des années 1970 deux apparitions sous la direction de Sidney Lumet dans Un après-midi de chien (1975) et Network (1976). Une troisième suivra en 1981 avec Le Prince de New York.

Agent de la CIA dans Rencontres du troisième type (1977), officier dans Damien : La Malédiction 2 (1978), astronaute dans L'Étoffe des héros (1983), inspecteur de police dans Terminator (1984), son visage buriné ne passe plus inaperçu.

En 1986, pour Aliens, le retour, James Cameron lui confie le rôle de l'androïde Bishop, un personnage qui reviendra dans Alien 3 (1992) et Alien vs. Predator (2004) sous une forme dérivée. Habitué au registre fantastique et horrifique, il participe à de nombreux films de ce genre, parmi lesquels : Aux frontières de l'aube (1987), Absolom 2022 (1994), Powder (1995), Scream 3 (2000)...

Également à l'aise et très convaincant dans les prestations de bad guy, il s'en prend à Mickey Rourke dans Johnny belle gueule (1989), à Jean-Claude Van Damme dans Chasse à l'homme (1993) de John Woo et à Johnny Depp dans Dead Man (1995).

Également peintre et potier au talent reconnu, Lance Henriksen tente d'élargir son répertoire en incarnant le fidèle ami d'Andy Garcia dans le polar Jennifer 8 (1992), l'un des patients du psychiatre Bruce Willis dans le thriller Color of Night (1994), un as de la gâchette dans le western Mort ou vif (1995) et en prêtant sa voix au personnage de Kerchak dans le dessin animé Tarzan (1999). De 1996 à 1999, il est également la vedette de la série MillenniuM, qui lui vaut trois citations consécutives aux Golden Globes, en 1997, 1998 et 1999.

Le milieu des années 2000 est un tournant dans la carrière du comédien qui enchaîne les seconds rôles dans des productions mineures destinées au marché de la vidéo/DVD/Blu-ray. Plus que jamais associé au cinéma de genre, il campe des rôles dans des franchises célèbres telles que Hellraiser : Hellworld (2005), Pumpkinhead : Les condamnés (2006), Pumpkinhead : Les sacrifiés (2007), ou bien encore Alone in the dark 2 (2009).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

En France, plusieurs comédiens ont doublé Lance Henriksen. Parmi les plus fréquents, il y a Philippe Dumond[1] à cinq reprises et Jean Barney[1] à quatre. Il y a également eu Jacques Richard et Joël Martineau qui l'ont doublé à trois reprises chacun.

En France
et aussi
Au Québec

Anecdote[modifier | modifier le code]

Il est le second acteur à avoir été tué par un Terminator (Terminator, 1984), par un Alien (Aliens, le retour, 1986) et par un Predator (Aliens vs. Predator, 2004), le premier étant Bill Paxton.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]