Lan Xang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lan Xang
ລ້ານຊ້າງ (lo)

13541707

Description de cette image, également commentée ci-après

L'Asie du Sud-Est en 1400
Rose pâle : Royaume d'Ava
Saumon : Royaume d'Hanthawaddy
Rose vif : Lanna
Orange : Royaume de Sukhothaï
Violet : Royaume d'Ayutthaya
Vert foncé : Lan Xang
Rouge : Empire khmer
Bleu : Dai Viet
Jaune : Champa


Informations générales
Capitale Luang Prabang, puis Vientiane
Religion Bouddhisme theravada
Histoire et événements
1354 Unification du Laos
1707 Morcellement du royaume

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le Lan Xang, ou Million d'éléphants (lao : ລ້ານຊ້າງ), est un état associé à l'Empire khmer et situé à l'emplacement de l'actuel Laos et du Nord-Est de l'actuelle Thaïlande, l'Isan.

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est au XIVe siècle que le prince Fa Ngum, originaire de Xieng Dong-Xieng Thong, entreprend d'unifier le Laos. Chassé très jeune par son père, éduqué par les Khmers à Angkor, il revient en conquérant dans sa ville natale en ayant au passage annexé deux autres provinces, constituant pour la première fois dans l'histoire de la région un territoire laotien uni.

Le nouveau royaume est baptisé Lan Xang Hom Khao, ou littéralement « Le Royaume du Million d'Éléphants et du Parasol Blanc ». La capitale est presque tout naturellement installée à Muang Seua, et une nouvelle religion est proclamée pour tout le royaume, le bouddhisme Theravada que Fa Ngum rapportait de son passage chez les Khmers. Le roi d'Angkor n'a pas oublié son fils adoptif, entend parler de ses exploits et de sa ferveur envers Bouddha, et lui offre un Bouddha en or (le Pha Bang) qui deviendra le symbole du royaume et son palladium (la chose la plus sacrée, liée à la protection de la ville et du royaume).

Dès lors, Luang Prabang devient la première cité spirituelle, politique et administrative du royaume laotien. Par la suite, on verra fleurir les temples d'or dans toute la ville qui, à ce jour, en garde un nombre très important. La plupart seront détruits durant les attaques de pillards et reconstruits ou rénovés aux XIXe siècle ou XXe siècle. Le nouveau royaume connait soixante ans de prospérité avant de décliner durant près d'un siècle, vacillant aux mains de souverains trop rapidement remplacés (on ne compte pas moins de sept monarques entre 1416 et 1438, et six encore entre 1479 et 1520).

Après la mort de Surinyavongsa en 1694, le royaume est démembré. P'aya Muong-Tian (1694-1696), un gendre du roi s'empare du pouvoir au détriment des deux petit-fils du monarque défunt qui se réfugient à Luang Prabang. L'usurpateur doit se suicider dès 1696 lorsqu'il est attaqué par Nan Tharat le gouverneur révolté de Nakhone. En 1700 un neveu du roi Say-ong-Hué († 1735) avec l'appui de forces du Viêt Nam dont il avait reconnu la suzeraineté, reprend Vientiane et Luang Prabang. Ces deux cousins s'enfuient à Sip-Song Phan-Na d'où avec l'appui de leur grand-père maternel, ils reprennent Luang Prabang où l'aîné se fait proclamer roi en 1707 sous le nom de King Kitsarath (1707-1722/1735). Peu après en 1713 le prince royal Soi Si Samout Phoutong Koun, met à profit l'anarchie et se proclamme à son tour roi de Champassak sous le nom de Nokassat († 1737) finalisant ainsi l'éclatement du Lan Xang en trois royaumes distincts, gouvernés par trois princes de la même famille.

Divers[modifier | modifier le code]

L'avenue Lan Xang est la plus large artère de Vientiane.

Voir aussi[modifier | modifier le code]