Lamu : Un rêve sans fin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Lamu : Un rêve sans fin

うる星やつら2 ビューティフルドリーマー
(Urusei Yatsura 2 Byūtifuru Dorīmā)
Genre Comédie, fantastique, philosophie
Film d'animation japonais
Réalisateur
Scénariste
Mamoru Oshii
Studio d’animation Studio Pierrot
Compositeur
Katsu Hoshi
Licence (ja) Tōhō
(fr) Tonkam, Kazé
Durée 98 minutes
Sortie

Autre

Lamu : Un rêve sans fin (うる星やつら2 ビューティフルドリーマー, Urusei Yatsura 2 Byūtifuru Dorīmā?, litt. Lamu: Beautiful Dreamer) est un film d’animation japonais réalisé par Mamoru Oshii et sorti en 1984. Il s’agit de la seconde adaptation au cinéma du manga Urusei yatsura. En France, le film est distribué en DVD par Kazé.

Histoire[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

Nous retrouvons dans le film tous les personnages du manga : Lamu, la princesse extraterrestre, son fiancé humain Ataru, etc. L’histoire se passe la veille d’un grand festival scolaire dans leur lycée, mais étrangement, ce jour se répète sans fin, irréellement, comme dans un rêve.

Personnages[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Personnages de Urusei yatsura.

Présentation des personnages principaux :

  • Lamu : C’est une extraterrestre dotée de nombreux pouvoirs fantastiques qui est folle amoureuse d’Ataru.
  • Ataru Moroboshi : Désinvolte, immature et coureur de jupon, Ataru n’en est pas moins devenu le fiancé de Lamu à la suite d'un quiproquo.

Analyse de l’œuvre[modifier | modifier le code]

Sortie et réception[modifier | modifier le code]

Le film est sorti au cinéma au Japon le , mais le public ne fut guère au rendez-vous. En France, c’est Kazé qui publie une édition DVD le [1], bien qu’une version VHS avait été réalisée par Tonkam Vidéo dès 1995[2].

Les fans de la série originale furent majoritairement indignés par l’orientation que Mamoru Oshii a pris pour ce film, en s’éloignant radicalement de la comédie sentimentale[3]. La mangaka elle-même failli rejeter le scénario. Pourtant, un tout autre public salua l’œuvre comme l’avènement du film d’auteur dans l’animation japonaise, avec Nausicaä de la vallée du vent de Hayao Miyazaki sorti la même année[4].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Sources : imdb, animenetwork[5],[6],[7].

  • Type : anime
  • Origine : Drapeau du Japon Japon
  • Date de sortie :
  • Durée : 98 minutes
  • D’après une œuvre de : Rumiko Takahashi
  • Réalisateur et scénariste : Mamoru Oshii
  • Compositeur : Katsu Hoshi, Yuuko Matsutani
  • Directeur artistique : Shichiro Kobayashi
  • Directeur de l’animation : Kazuo Yamazaki et Yuji Moriyama
  • Directeur du son : Shigeharu Shiba et Hiroshi Hayakawa
  • Directeur de la photographie : Shigeharu Shiba
  • Producteur exécutif : Hidenori Taga
  • Studio : Studio Pierrot, Kitty[8]

Musique[modifier | modifier le code]

  • Générique de fin : Ai wa Boomerang by Yuko Matsutani de Yuuko Matsutani[7].

Différences avec le manga[modifier | modifier le code]

L’atmosphère du film est radicalement différente du shōnen manga original (plus proche de la comédie), en raison de la volonté de Mamoru Oshii de s’affranchir des attentes du box office. En effet, le film se tourne vers des questions comme les limites du réel et du temps et donc, de la réalité du vécu et de l’existence[9],[10]. L’histoire s’inspire aussi d’une autre œuvre que le manga : un conte de fées pour enfant nommé Urashima Tarō[11].

Pour beaucoup, ce fut le premier film personnel d’Oshii, dans lequel il développe ses thèmes et son style qui éclateront dans ses œuvres ultérieures, comme Ghost in the Shell[12].

  • Note : on peut comparer ce film (une partie seulement) avec Alexandre le bienheureux (film sorti peu avant les évènements de Mai 68) où les protagonistes passent leur temps et s'amusent sans se soucier de ce qui se passe (sauf qu'à la fin de Beautiful Dremamer et là est la morale de l'histoire, tout redevient normal), film que l'on peut donc considérer comme étant un brin soixante-huitard.

Doublage[modifier | modifier le code]

Japonais[6],[7] Français[6],[7]
Lamu Fumi Hirano Dominique Vallee
Ataru Moroboshi Toshio Furukawa Benjamin Pascal
Shûtarô Mendô Akira Kamiya Cyrille Artaux
Shinobu Miyake Saeko Shimazu Nathalie Bleynie
Megane Shigeru Chiba Olivier Korol
Sakura Machiko Washio Chantal Baroin
Le professeur Tomomichi Nishimura Gilbert Levy
Chibi Issei Futamata
Ten Kazuko Sugiyama
Ryûnosuke Fujinami Mayumi Tanaka
Kakugari Shinji Nomura
Mujaki Takuya Fujioka
Perm Akira Murayama
Cherry Ichirô Nagai

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Urusei Yatsura Un reve sans fin, Animeland
  2. Les 15 ans de Tonkam, l’esprit pionnier du manga en France, Didier Pasamonik, 2008
  3. (en) Susan Jolliffe Napier, Anime from Akira to Princess Mononoke: experiencing contemporary Japanese animation, Palgrave Macmillan, , 311 p. (ISBN 0312238630, lire en ligne), p. 20
  4. (en) Jenny Kwok Wah Lau, Multiple modernities: cinemas and popular media in transcultural East Asia, Temple University Press, , 250 p. (ISBN 1566399866, lire en ligne), p. 78
  5. (en) Urusei Yatsura 2: Byûtifuru dorîmâ sur l’Internet Movie Database
  6. a, b et c (en) Urusei Yatsura 2: Byûtifuru dorîmâ sur l’Internet Movie Database
  7. a, b, c et d Urusei Yatsura: Beautiful Dreamer (movie) sur Anime News Network
  8. (en) Urusei Yatsura 2: Byûtifuru dorîmâ sur l’Internet Movie Database
  9. Urusei Yatsura 2 Beautiful Dreamer, Mason Proulx, furinkan.com
  10. Lamu : Beautiful Dreamer, Arachnée, planete-jeunesse.com
  11. Hypercrazy triptastic mindfcuk: Oshii’s Beautiful Dreamer, 2010, timmaughanbooks.com
  12. (en) Brian Ruh, Stray Dog of Anime: The Films of Mamoru Oshii, Palgrave Macmillan, (ISBN 1403963347), p. 34

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]