Azuré porte-queue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Lampides boeticus)

Lampides boeticus

L’Azuré porte-queue (Lampides boeticus) est une espèce de lépidoptères de la famille des Lycaenidae. Ce petit papillon migrateur a une aire de répartition particulièrement étendue, couvrant l'Afrique, le Sud de l'Europe et de l'Asie, et l'Océanie.

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

  • En français : actuellement l’Azuré porte-queue. Il existe plusieurs noms plus anciens : l'Argus porte-queue, le Porte-queue bleu strié, le Strié, le Polyommate boéticus, le Polyommate strié[1],[2].
  • En anglais : Long-tailed Blue, Pea-pod Argus ou Pea Blue[3].
  • En allemand : Großer Wanderbläuling[4].
  • En espagnol : Canela Estriada[3].

Description[modifier | modifier le code]

L'imago de Lampides boeticus est un petit papillon qui présente un dimorphisme sexuel de couleur : le dessus du mâle est bleu violet, tandis que celui de la femelle est marron suffusé de bleu. Les deux sexes ont aux ailes postérieures les mêmes queues en n2 et deux points noirs à l'angle anal. Le revers est ocre et orné de marques blanches et à l'aile postérieure de taches marginales orange à l'angle anal.

Espèces ressemblantes[modifier | modifier le code]

En Europe, le revers des ailes de Lampides boeticus peut être confondu avec ceux de Leptotes pirithous et Cacyreus marshalli.

Biologie[modifier | modifier le code]

Phénologie[modifier | modifier le code]

Il vole en plusieurs générations, de février à novembre en Europe, et toute l'année aux îles Canaries[5].

Plantes hôtes et myrmécophilie[modifier | modifier le code]

Ses plantes hôtes sont de très nombreuses Fabacées, par exemple Colutea arborescens (le Baguenaudier), Pisum sativum (le Pois cultivé) et Phaseolus vulgaris (le Haricot)[6],[5].

La chenille est soignée par des fourmis, Lasius niger, Camponotus cruentatus, Camponotus sylvaticus, Camponotus foreli, Prenoleis clandestina et Tapinoma melanocephalum[5].

Écologie et distribution[modifier | modifier le code]

Il est présent dans toute l'Afrique, dans la partie sud de l'Espagne, de la France, de l'Italie, les îles et les côtes méditerranéennes, la Turquie, tout le sud de l'Asie, l'Australie[5],[6], les États fédérés de Micronésie[7].

En Europe, il est migrateur sur le reste de l'Espagne, de la France, de l'Italie, en Belgique, Hollande, Suisse, Allemagne, jusqu'au 54°N, rarement en Angleterre[5],[8].

En France métropolitaine, il serait résident dans les départements qui bordent la Méditerranée et migrateur dans tous les autres[5].

Il est présent aux Mascareignes (donc à La Réunion).

En Asie, il est aussi migrateur ; c'est le seul Lycaenidae reconnu migrateur en Inde[9].

Biotope[modifier | modifier le code]

Son habitat est varié : friches, cultures, jardins d'agrément.

Systématique[modifier | modifier le code]

L'espèce aujourd'hui appelée Lampides boeticus a été décrite par le naturaliste suédois Carl von Linné en 1767 sous le nom initial de Papilio boeticus[10].

Au sein de l'ordre des lépidoptères, elle est classée dans la famille des Lycaenidae, la sous-famille des Polyommatinae et la tribu des Polyommatini[11]. Elle est l'espèce type du genre Lampides Hübner, [1819], et actuellement son unique espèce.

Synonymes[modifier | modifier le code]

Selon FUNET Tree of Life (19 avril 2019)[3] :

  • Papilio boeticus Linnaeus, 1767 — protonyme
  • Papilio damoetes Fabricius, 1775
  • Papilio coluteae Fuessly, 1775
  • Papilio archias Cramer, [1777]
  • Papilio pisorum Fourcroy, 1785
  • Papilio boetica Fabricius, 1793
  • Polyommatus bagus Distant, 1886
  • Polyommatus yanagawensis Hori, 1923
  • Lampides obsoleta Evans, [1925]
  • Lampides infuscata Querci, 1932
  • Lampides anamariae Gómez Bustillo, 1973

Protection[modifier | modifier le code]

Pas de statut de protection particulier.

Philatélie[modifier | modifier le code]

Le Vanuatu en 1990 et le Sultanat d'Oman en 2000 lui ont dédié un timbre[12],[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Zoonymie de l'Azuré porte-queue Lampides boeticus.
  2. INPN, consulté le 19 avril 2019
  3. a b et c FUNET Tree of Life, consulté le 19 avril 2019
  4. (de) Lepiforum.
  5. a b c d e et f (Tolman et Lewington 1997)
  6. a et b funet
  7. (en) Donald W. Buden et John Tennent, « New Records of Butterflies from Yap Outer Islands, Micronesia : Fais Island and Ngulu, Ulithi, and Woleai Atolls », Pacific science,‎ , p. 119 (lire en ligne).
  8. CSCF Suisse
  9. migrations
  10. Linnaeus, 1767, Syst. Nat. (Edn 12) 1 (2): 789.
  11. Tree of Life Web Project, consulté le 16 avril 2019
  12. timbres de papillons par l'INRA
  13. www.oman-stamps.com

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Tom Tolman et Richard Lewington, Guide des papillons d'Europe et d'Afrique du Nord, Paris, Delachaux et Niestlé, , 384 p. (ISBN 978-2-603-01649-7)