Lampe inactinique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lampe (homonymie).

Une lampe inactinique est une lampe spéciale (rouge ou jaune-vert) qui émet une « lumière inactinique », c'est à dire n'ayant pas ou peu d'effets photochimiques[1].

Cette notion est « relative ». Une lumière est inactinique pour un pigment ou une famille de pigments, mais peut avoir un effet photochimique sur d'autres types de pigments. Ainsi le rouge par exemple est inactinique pour les sels d'argent, mais non pour les pigments chlorphylliens ; pour les plantes, la lumière inactinique est verte (le vert est la couleur complémentaire du rouge).

Utilisations[modifier | modifier le code]

Photographie[modifier | modifier le code]

Le papier photo-sensible noir et blanc (orthochromatique) est insensible à la lumière d'une lampe inactinique à laquelle, ce qui permet de l'utiliser comme source d'éclairage dans un studio de développement de photo noi et blanc (le papier noir et blanc ne se voile pas et le tireur peut travailler en voyant correctement son laboratoire). Ceci vaut aussi pour le développement (non numérique) de films de dosimètres[2] ou de clichés radiographiques en chambre noire[3]
Les lampes inactiniques sont cependant inefficaces dans le cas de tirage couleur car le papier couleur (panchromatique) est, comme son nom l'indique, sensible à toute la gamme du spectre lumineux. Il se voilerait donc avec une lampe inactinique comme avec n'importe quelle autre source lumineuse.

procédés physicohimiques[modifier | modifier le code]

Certaines réactions chimiques ou opérations impliquant l'étude d'un rayonnement (dosimétrie) sont catalysées ou modifiées par la lumière rouge. Pour éviter cela, ou au contraire pour susciter une réaction de ce type certains traitements chimiques (par exemple dans le cas de la séparation et purification des quartz[4] ou de l'analyse de certains pigments organiques, photosynthétiques notamment[5]) se font sous lumière inactinique.

Conservation d'objets patrimoniaux fragiles[modifier | modifier le code]

Les ultraviolet solaires ou artificiels sont connus pour leurs effets délétères sur certains pigments et objets, mais d'autres longueurs d'onde du spectre visible (dans les courtes et moyennes longueurs d'onde notamment) ont des effets similaires (atténués, mais significatifs).

C'est pourquoi les musées et certains centres de conservation et/ou de restauration peuvent utiliser la lumière inactinique non pas pour écairer des objets à présenter au public, mais pour éclairer des objets vulnérables à la lumière à d'autres moments[6]

Observation de la nature[modifier | modifier le code]

Certaines espèces sont insensibles à la lumière inactinique ou y sont bien moins sensible qu'à la lumière blanche.

Ceci permet à des photographes ou naturalistes d'observer de nuit certaines espèces sans les déranger ou en les dérangeant moins qu'avec une lumière blanche, y compris sous-l'eau. Les zoos utilisent aussi ce type d'éclairage pour permettre au public d'observer des espèces nocturnes en activité.

Sources[modifier | modifier le code]

La lumière inactinique peut être produite par une lampe à incandescence classique rouge ou jaune-vert ou par une lampe à vapeur de sodium, ou par une lampe à leds rouges[7].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ezrati J.J (2013) Les effets de la composition spectrale des sources électriques sur la conservation des objets du patrimoine. La Lettre de l’OCIM. Musées, Patrimoine et Culture scientifiques et techniques, (146), 5-11.
  2. Biau A (2011) Le laboratoire de dosimétrie passive SCPRI-OPRI-IRSN. Radioprotection, 46(05), S71-S87 (lien).
  3. Lorfeuvre, G. (1971). Duplicata directs ou contretypes de clichés radiographiques. Revue d'Orthopédie Dento-Faciale, 5(1), 73-76.
  4. Mercier N & Hernandez M (2009) Cenac-et-Saint-Julien. Grotte Vaufrey. ADLFI. Archéologie de la France-Informations. une revue Gallia.
  5. Scribe P, Pepe C, Albéric P, Barreau C, Fillaux J, Saliot A & Bricquet J.P (1993) Biogéochimie de la matiere organique des suspensions du Congo et de ses affluents: approche par les marqueurs moléculaires. Grands Bassins Fluviaux Péri-Atlantiques, 83-95.
  6. Ezrati J.J (2013) Les effets de la composition spectrale des sources électriques sur la conservation des objets du patrimoine. La Lettre de l’OCIM. Musées, Patrimoine et Culture scientifiques et techniques, (146), 5-11
  7. Poullain L (2010) Mise en œuvre des diodes électroluminescentes de forte puissance. Le BUP physique chimie, 922, 313-322.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]