Lamivudine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lamivudine
Lamivudine
Identification
Nom UICPA (2R,5S)-(–)-4-amino-1-[2-(hydroxymethyl)-1,3 -oxathiolan-5-yl]-1H-pyrimidin-2-one
Synonymes

3TC

No CAS 134678-17-4 (2R,5S) (–)
Code ATC J05AF05
DrugBank APRD00681
PubChem 60825
Propriétés chimiques
Formule brute C8H11N3O3S  [Isomères]
Masse molaire[1] 229,256 ± 0,014 g/mol
C 41,91 %, H 4,84 %, N 18,33 %, O 20,94 %, S 13,99 %,
Données pharmacocinétiques
Biodisponibilité 86 %
Liaison protéique inférieure à 36 %
Métabolisme Rénal (environ 70 % recouvré inchangé. Le principal métabolite est la S-oxythiacytidine)
Demi-vie d’élim. 5 à 7 h
Excrétion
Considérations thérapeutiques
Voie d’administration Orale, IV
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

La lamivudine (2',3'-didéoxy-3'-thiacytidine, 3TC) est un puissant inhibiteur nucléosidique de la transcriptase inverse commercialisé sous le nom d'Epivir. Elle peut inhiber les deux types (1 et 2) de transcriptase inverse de VIH ainsi que celle du virus de l'hépatite B. Pour qu'elle devienne active, il faut qu'elle soit phosphorylée sous sa forme triphosphate. Le triphosphate de 3TC inhibe ainsi l'ADN polymérase cellulaire. Elle est actuellement le médicament antirétroviral le plus utilisé, prescrit pratiquement systématiquement, et ceci depuis son introduction dans la trithérapie en 1995-1996, années où la mortalité due au Sida a chuté considérablement.

La lamivudine est administrée par voie orale, et elle est rapidement absorbée avec une biodisponibilité supérieure à 80 %. Diverses recherches tendent à montrer que la lamivudine peut passer la barrière hémato-encéphalique. Elle est souvent utilisée en combinaison avec la zidovudine. Ces deux antirétroviraux agissent de manière synergétique. Il a été montré que le traitement par la lamivudine restaure la sensibilité à la zidovudine chez les personnes devenues résistantes au VIH.

Une mutation (M184V) du VIH lui permet d’acquérir une résistance à la lamivudine. Toutefois, de façon générale, il est conseillé de poursuivre le traitement au 3TC même si cela se produit, cette mutation semble produire un virus se répliquant moins efficacement et restant encore contrôlé par la lamivudine. Par exemple, des études ont montré qu'une monothérapie de 3TC permet une meilleure évolution clinique et immunologique qu'un arrêt thérapeutique chez les patients séropositifs précédemment sous trithérapie dont le virus était devenu résistant à la lamivudine[2]. Dans le cas d'une trithérapie, sans autre mutation constatée, le virus muté reste sensible à d'autres molécules. De nombreux tests de mutagénicité montrent que la lamivudine ne présente pas d'activité mutagène aux doses thérapeutiques.

La lamivudine a été utilisée pour le traitement de l'hépatite B chronique à une dose plus faible que l'utilisation pour le traitement de l'infection à VIH. Il améliore la séroconversion de l'antigène e positif de l'hépatite B, et aussi la mise en scène histologie du foie. Une utilisation à long terme de la lamivudine conduit au développement d'un virus résistant de l'hépatite B (YMDD) par mutation. Malgré cela, la lamivudine est encore largement utilisée tant elle est bien tolérée.

Elle fait partie de la liste des médicaments essentiels de l'Organisation mondiale de la santé (liste mise à jour en avril 2013)[3].

Le médicament est en cours de test contre le virus Ebola[4].

Historique[modifier | modifier le code]

La lamivudine a été découverte par screening (dépistage) en 1989 par Bernard Belleau et Nghe Nguyen-Ga.

Les travaux de l'équipe du médecin-chercheur Lorne Tyrrell de l'Université de l'Alberta, Canada, ont montré que la lamivudine était un traitement efficace contre l'hépatite B[5].

La synthèse de novo est réalisée en milieu totalement anhydre, à cause de la sensibilité de l'acétal soufré formé aux acides aqueux. Celle-ci peut être résumée par le schéma suivant[6] :

3TC synthese.png

Prospectives[modifier | modifier le code]

Le Dr Gobee Logan l'a utilisée contre Ebola, en désespoir de cause, avec succès (à confirmer en respectant le protocole), considérant les modes d'action similaires de ces deux virus[7],[8],[9].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]