Lamelles Qin de Liye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les lamelles Qin de Liye (chinois : 里耶秦簡 ; pinyin : lǐyē qínjiǎn) sont une grande collection de lamelles de bambou qui a été mise au jour en 2002 dans la ville antique de Liye (actuel district de Longshan, dans la province du Hunan) en Chine. Cette découverte archéologique est l'une des plus importantes au XXIe siècle en Chine[1].

Les archéologues ont trouvé en 2002 dans les ruines de la ville antique de Liye (chinois : 里耶古城遺址) plus de 37 000 lamelles de bambou écrites, sur lesquelles les secrets des gouvernants de la dynastie Qin sont enregistrés sous la forme de plus de 200 000 caractères chinois[2].

Cette découverte archéologique est considérée comme la plus importante sur la dynastie Qin après celle de l'armée de terre cuite mise au jour en 1973 dans les faubourgs orientaux de Xi'an.

Contenu[modifier | modifier le code]

Les documents et archives des lamelles de bambou de Liye incarnent un large éventail de types de documents et de termes, issus de styles constants de documents administratifs et judiciaires. On y trouve plus de 68 types d'archives et de contenus, qui ont une grande valeur car ils complètent des faits historiques ou en témoignent. Certains universitaires ont fait valoir que leur importance n'est pas inférieure à celle de l'écriture ossécaille ou des manuscrits de Dunhuang. On y a trouvé par exemple le plus ancien exemple de table de multiplication au monde[3],[4],[5].

Les lamelles, utilisées comme support d'écriture dans les temps anciens, ont une grande importance dans les recherches sur la politique, l'économie et la culture de la dynastie Qin. Tous les artefacts historiques de Liye sont exposés au musée des lamelles de bambou de la dynastie Qin de Liye (chinois : 里耶秦簡博物館)[6].

Intérêt scientifique[modifier | modifier le code]

Les lamelles Qin de Liye sont importantes pour la recherche sur l'unification et l'expansion culturelle de l'Empire Qin. Les lamelles appartiennent à un modèle des autorités locales de la dynastie Qin. Elles ont aussi permis de remplir les pages blanches des « mémoires du Grand Historien » et du « livre des Han » sur les dynasties Qin et Han, et ont fondamentalement changé le visage de l'histoire universitaire de milliers d'années sur les États en guerre, les dynasties Qin et Han. Les lamelles contiennent des milliers de morceaux de bambou sans mots, ce qui leur donne une valeur de recherche très élevée[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Bamboo Slips Unearthed to 'Revive' the Qin Dynasty », sur Xinhua News Agency, (consulté le 12 juin 2018).
  2. (en) « Official Documents of 2,200 Years ago Discovered », sur Xinhua News Agency, (consulté le 12 juin 2018).
  3. (en) Jane Qiu, « Ancient times table hidden in Chinese bamboo strips », sur Nature, (DOI 10.1038/nature.2014.14482, consulté le 12 juin 2018).
  4. (en) Jane Qiu,Nature magazine, « Ancient Times Table Hidden in Chinese Bamboo Strips », sur Scientific American (consulté le 12 juin 2018).
  5. (en) « WNS: CN070.12 (Qin Dynasty Bamboo slips of Liye - Multiplication table) », sur www.wnsstamps.post (consulté le 12 juin 2018).
  6. (zh) « 湖南里耶秦简博物馆开馆 打开秦代百科全书(图) », sur news.sohu.com,‎ (consulté le 12 juin 2018).
  7. (zh) « 《里耶秦简》特种邮票龙山里耶首发 », sur hn.rednet.cn,‎ (consulté le 12 juin 2018).