Lambert de Sayve

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Lambert de Sayve
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Autres informations
Maître

Lambert de Sayve, aussi appelé Saive né en 1548 ou à Saive en Principauté de Liège; mort en à Linz, est un compositeur et maître de chapelle de l'école franco-flamande.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lambert de Sayve a probablement reçu sa formation à la maitrise de l'ancienne collégiale Saint-Martin, comme aussi son frère ainé Mathias de Sayve. Déjà en 1562, donc à l'age de 13 ans il chante dans la chapelle impériale de Vienne. En 1569, il devient maître de chant à l'abbaye de Melk, et de l'école de l'abbaye de Melk, qu'il avait déja fréquenté comme élève. Dans les années 1570 à 1571, il accompagne l'archiduchesse Anne d'Autriche à son mariage avec le roi Philippe II d'Espagne. De 1577 à 1582, Sayve est au service de l'archiduc Charles II d'Autriche-Styrie à Graz. À partir de 1583, il devient maitre de chapelle à la cour de Matthias Ier de Habsbourg. Matthias est couronné en 1612 empéreur du Saint-Empire romain germanique à Francfort, occasion pour laquelle Sayve compose le motet „Regna triumphalem“. Après le couronnement, Lambert de Sayve devient maître de la chapelle impériale de Vienne. Il assisté à la diète d'Empire de 1613 à Ratisbone. Au retour le convoi impérial fait station à Linz pour passer l'hiver. Le 13 février 1614 Sayve rédige son testament et meurt quelques jours plus tard.

Son frère Mathias de Sayve (avant 1550-1619) était également actif à la chapelle de la cour viennoise, entre-temps il était employé comme maître des choeurs à Salzbourg (1606-1608) avant de travailler à la chapelle impériale jusqu'en 1617[1].

Œuvres (choix)[modifier | modifier le code]

  • 3 motets (déjà publiés dans les livres Giovanelli en 1568)
  • Primo libro delle canzoni napolitana (Vienne 1582)
  • Messe en 16 parties, Missa super Dominus regnavit (pour le couronnement de Matthias, 1612)
  • La foire en 14 parties, Missa super Omnes gentes
  • Messe en cinq parties, Missa super Lyram pulset
  • De nombreux autres motets, comme De confessoribus ou Adorans Daniel Deum
  • Petite chanson allemande (1602)
  • Le choeur en cinq parties, Maria pur avec votre fils gmein (1604)
  • Crucifixus (1605)
  • La collection Sacrae symphoniae (Klosterbruck (de), 1612) pour 4-16 voix, est considéré comme son œuvre majeure.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et Références[modifier | modifier le code]

  1. Thierry Levaux: Dictionnaire des compositeurs de Belgique du Moyen Âge à nos jours. Éditions Art in Belgium, Ohain-Lasne 2006, (ISBN 2-930338-37-7), p. 556.