Laissez-les-vivre-SOS futures mères

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Laissez-les-vivre)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Laissez-les-vivre – SOS futures mères est une association française du mouvement pro-vie.

Se définissant comme indépendante de toute confession religieuse et de tout parti politique[1], elle a pour objectif statutaire de « promouvoir la valeur spécifique de toute vie humaine qui doit être respectée dès la conception et jusqu'à la mort naturelle[2] ».

Historique[modifier | modifier le code]

Première association spécifiquement anti-avortement de France, elle a été fondée en 1971[3] par Geneviève Poullot, le professeur Paul Chauchard (Président), Maître François Delibes et Jean-Bernard Grenouilleau (secrétaires généraux), sous le nom de Laissez-les vivre. Le professeur Jérôme Lejeune en fut le conseiller scientifique jusqu’en 1985.

L'association connut sa période de plus forte activité dans les années 1970 et 1980, notamment dans l'opposition à une série de lois et projets de loi libéralisant l'avortement : projet de loi Messmer-Taittinger-Poniatowski de 1973, loi Veil de 1975, loi Pelletier de 1979 et loi Roudy de 1982.

L'association est alors la principale organisatrice :

  • le 17 novembre 1979, avec les Associations familiales catholiques, d'une manifestation de Montparnasse à l'Assemblée nationale qui aurait rassemblé entre 40 000 et 50 000 personnes ;
  • le 15 mai 1982, d'une manifestation de la Bastille à la Concorde qui aurait rassemblé entre 30 000 et 40 000 participants[4].

En 1982, en réponse à la loi Roudy instituant le remboursement de l'IVG par la Sécurité sociale, Laissez-les-vivre donne naissance à l'Association pour l'objection de conscience à toute participation à l'avortement (AOCPA), présidée par Michel Raoult.

Activité actuelle[modifier | modifier le code]

L'association est présidée par Luc Perrel, puis Béatrice Vouters. L'association anime depuis 1975 SOS futures mères, un réseau d'assistance aux femmes enceintes disposant d'une centaine d’antennes locales d’accueil téléphonique.

Membre du collectif En marche pour la vie, elle coorganise chaque année la Marche pour la vie à Paris.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Statuts, art.4 Qui sommes-nous ?, Art. 4
  2. Statuts, art.2 Qui sommes-nous ?, Art. 2
  3. Déclaration au Journal officiel, 21 janvier 1971.
  4. Courrier de Laissez-les-vivre N°158, décembre 2008.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]