Laila Lalami

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Laila Lalami
Laila Lalami.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (52 ans)
RabatVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
ليلى العلميVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Site web
Distinctions
Œuvres principales
The Moor's Account (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Laila Lalami (arabe ليلى العلمي ), née en 1968 à Rabat au Maroc, est une romancière maroco-américaine et enseignante à l'université de Californie à Riverside.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1991, après avoir obtenu une licence en littérature anglo-saxonne de l'université Mohammed V de Rabat, Lalami a reçu une bourse du British Council pour étudier en Grande-Bretagne. Après avoir obtenu une maîtrise en linguistique à l'University College de Londres, elle retourne au Maroc et travaille comme journaliste pour le journal de langue française Al Bayane, où elle couvre des événements politiques et culturels, et écrit une chronique hebdomadaire. Elle déménage ensuite à Los Angeles et, plus tard, obtient un Ph.D. en linguistique de l'université de Californie du Sud[1].

Lalami est passée à la rédaction en anglais en 1996[2]. Elle a publié des critiques littéraires et des essais politiques dans le Boston GlobeBoston ReviewThe Los Angeles TimesThe GuardianThe NationThe New York TimesThe Washington Post et ailleurs[3].

Son premier roman, Hope and Other Dangerous Pursuits, a été publié en 2005 et a depuis été traduit en cinq langues[4]. Son second roman, Secret Son, a été publié en 2009 et a été nommé pour le Orange Prize en Grande-Bretagne[5]. Son dernier roman, The Moor’s Account, se base sur l’histoire vraie de Mustafa Zemmouri, connu sous le nom d’Estevanico, un esclave marocain qui devint le premier explorateur noir d’Amérique du Nord[6]. Encensé par la critique littéraire américaine, The Moor’s Account a été finaliste pour le Prix Pulitzer en 2015[7].

Lalami a reçu de nombreuses bourses et subventions, notamment la bourse Fulbright[8] et la bourse Guggenheim[9]. Elle est actuellement professeur titulaire de création littéraire à l'université de Californie[10].

En France Laila Lalami est peu connue si ce n'est par son roman De l’espoir et d’autres quetes dangereuses, paru aux éditions Anne Carrière en 2007[11].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Prix et reconnaissances[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) Morocco World News, « Library of Congress: Interview with Moroccan Novelist Laila Lalami », Morocco World News,‎ (lire en ligne, consulté le 28 avril 2017)
  2. (en) « Laila Lalami » Blog Archive » Le Manifeste des 44 », sur lailalalami.com (consulté le 28 avril 2017)
  3. (en) « Laila Lalami » About Laila », sur lailalalami.com (consulté le 28 avril 2017)
  4. « The Seattle Times: Books: Stories carry readers to the edge », sur old.seattletimes.com (consulté le 28 avril 2017)
  5. Alison Flood, « Orange prize for fiction 2010: the longlist », sur the Guardian, (consulté le 28 avril 2017)
  6. (en-US) « Surviving the New World in Laila Lalami's 'The Moor's Account' », Los Angeles Times,‎ (ISSN 0458-3035, lire en ligne, consulté le 28 avril 2017)
  7. (en) « The Moor's Account, by Laila Lalami (Pantheon) », sur www.pulitzer.org (consulté le 28 avril 2017)
  8. (en) « UCR: Department of Creative Writing », sur creativewriting.ucr.edu (consulté le 28 avril 2017)
  9. (en-US) « John Simon Guggenheim Foundation | Laila Lalami », sur www.gf.org (consulté le 28 avril 2017)
  10. (en) « UCR: Department of Creative Writing », sur www.creativewriting.ucr.edu (consulté le 28 avril 2017)
  11. Laila Lalami et Catherine Pierre-Bon (trad. de l'anglais), De l'espoir et autres quêtes dangereuses, Paris, Anne Carrière, , 205 p. (ISBN 978-2-84337-376-3, lire en ligne)
  12. « La romancière marocaine Laila Lalami nominée à deux grands prix littéraires américains », sur Al HuffPost Maghreb, (consulté le 26 septembre 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]