Lai-Sang Young

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lai-Sang Young, née en 1952, est une mathématicienne Hongkongaise. Elle enseigne et dirige ses recherches au Courant Institute of Mathematical Sciences à l'Université de New York depuis 1999[1].

Formation et carrière[modifier | modifier le code]

Bien que née et élevée à Hong Kong, Young vient aux Etats-Unis pour son éducation, obtenant un B.Sc. de l'Université du Wisconsin à Madison en 1973. Elle part pour l'Université de Californie à Berkeley pour la suite de ses études, et elle obtient un mastère en 1976 puis obtient son doctorat en 1978, sous la supervision de Rufus Bowen (en), avec une thèse intitulée Entropy and Symbolic Dynamics of Certain Smooth Systems[2],[3],[4],[5]. Elle enseigne à l'Université Northwestern de 1979 à 1980, l'Université d'État du Michigan de 1980 à 1986, l'Université de l'Arizona de 1987 à 1990, et l'Université de Californie à Los Angeles de 1991 à 1999. Elle occupe la chaire Moses de professeur à l'Université de New York depuis 1999[2],[3],[4].

Elle a également été chercheuse invitée à l'Université de Warwick, au Mathematical Sciences Research Institute (MSRI) à Berkeley, à l'Université de Bielefeld, l'Institute for Advanced Study et au Collège de France à Paris.

Travaux[modifier | modifier le code]

Ses travaux portent sur les systèmes dynamiques, la théorie ergodique, la théorie du chaos, la théorie des probabilités et les neurosciences[6]. Elle est en particulier reconnue pour avoir introduit la méthode des  Markov returns  ⇔  retours de Markov en 1998, qu'elle utilise pour prouver un retard de corrélation exponentiel dans les billards de Sinai et dans d'autres systèmes dynamiques hyperboliques[7].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Young bénéficie d'une bourse Sloan en 1985[2],[4] puis d'une bourse Guggenheim en 1997[3],[8].

Elle a reçu le prix Ruth Lyttle Satter en 1993 pour son rôle de leader dans la recherche sur les propriétés statistiques ou ergodiques des systèmes dynamiques[9]. Elle est membre de l'Académie américaine des arts et des sciences[10] et elle a été lauréate de la Noether Lecture en 2005. En 2007 elle est lauréate des Sonya Kovalevsky Lectures de la Society for Industrial and Applied Mathematics (SIAM).

Elle est conférencière invitée au congrès international des mathématiciens (ICM) en 1994 à Zürich avec une conférence intitulée Ergodic theory of attractors.

Elle est membre de l'Académie américaine des arts et des sciences (2004) et de l' Académie hongroise des sciences (2007).

Sélection de publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Lai-Sang Young » (voir la liste des auteurs).

  1. (en)La page consacrée à ses recherches sur le site de du Courant Institute of Mathematical Sciences
  2. a, b et c « Lai-Sang Young: From Limit Cycles to Strange Attractors », Association for Women in Mathematics, (consulté le 7 juin 2015).
  3. a, b et c Larry Riddle, « Lai-Sang Young », Biographies of Women Mathematicians, Agnes Scott College, (consulté le 7 juin 2015).
  4. a, b et c (en) John J. O'Connor et Edmund F. Robertson, « Lai-Sang Young », dans MacTutor History of Mathematics archive, université de St Andrews (lire en ligne).
  5. (en) Lai-Sang Young sur le site du Mathematics Genealogy Project
  6. « Lai-Sang Young », New York University (consulté le 7 juin 2015).
  7. D. Szász, Hard ball systems and the Lorentz gas, vol. 101, Berlin, Springer-Verlag, coll. « Encyclopaedia of Mathematical Sciences », (ISBN 3-540-67620-1, Math Reviews 1805337, lire en ligne), p. 3.
  8. « Guggenheim fellows: Lai-Sang Young », John Simon Guggenheim Memorial Foundation (consulté le 7 juin 2015).
  9. (en)Ruth Lyttle Satter Prize in Mathematics1993
  10. (en)American Academy Announces 2004 Fellows and Foreign Honorary Members

Liens externes[modifier | modifier le code]