Lagarde-d'Apt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lagarde.
Lagarde-d'Apt
Image illustrative de l'article Lagarde-d'Apt
Blason de Lagarde-d'Apt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Vaucluse
Arrondissement Apt
Canton Apt
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Apt-Pont Julien
Maire
Mandat
Élisabeth Murat
2014-2020
Code postal 84400
Code commune 84060
Démographie
Gentilé Lagardiens[1]
Population
municipale
38 hab. (2014[2])
Densité 1,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 59′ 04″ nord, 5° 28′ 26″ est
Altitude 1 087 m
Min. 829 m
Max. 1 252 m
Superficie 21,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte administrative de Vaucluse
City locator 14.svg
Lagarde-d'Apt

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte topographique de Vaucluse
City locator 14.svg
Lagarde-d'Apt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lagarde-d'Apt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lagarde-d'Apt

Lagarde-d'Apt est une commune française, située dans le département du Vaucluse en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le signal de Saint-Pierre vu du sud.

Le bourg de la commune est situé sur le flanc sud des monts de Vaucluse, à 1 087 mètres d'altitude moyenne, à proximité directe du signal de Saint-Pierre (1 256 mètres), point culminant de la commune et des monts de Vaucluse, dominant le plateau d'Albion.

Les sols sont principalement couverts de bois ou utilisés pour la culture de la lavande (rendue possible par l'altitude).

Accès et transports[modifier | modifier le code]

L'accès depuis la plaine du Luberon se fait par la route départementale 40 depuis Saint-Saturnin-lès-Apt vers Saint-Christol. Il existe aussi un accès plus étroit depuis Rustrel. Sur les plateaux, route D 40 vers Saint-Christol (9 km) et Sault (15 km). Une autre vers Simiane-la-Rotonde.

La ville la plus proche est la ville d'Apt, à plus d'une quinzaine de kilomètres au sud.

Sismicité[modifier | modifier le code]

Les cantons de Bonnieux, Apt, Cadenet, Cavaillon, et Pertuis sont classés en zone Ib (risque faible). Tous les autres cantons du département de Vaucluse sont classés en zone Ia (risque très faible). Ce zonage correspond à une sismicité ne se traduisant qu'exceptionnellement par la destruction de bâtiments[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Relevé météorologique d'Apt
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3 4 6 9 13 16 19 19 16 13 7 4 10,7
Température moyenne (°C) 7 8 11 13,5 18 21,5 24,5 24,5 21,5 17 11 8 15,5
Température maximale moyenne (°C) 11 12 16 18 23 27 30 30 25 21 15 12 19,2
Précipitations (mm) 35,3 21,3 21,9 40,6 26,7 14,6 8,2 18,3 57 52,3 39,1 25,6 361,1
Source : Données climatologiques d'Apt (Vaucluse) 2000-2007
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
11
3
35,3
 
 
 
12
4
21,3
 
 
 
16
6
21,9
 
 
 
18
9
40,6
 
 
 
23
13
26,7
 
 
 
27
16
14,6
 
 
 
30
19
8,2
 
 
 
30
19
18,3
 
 
 
25
16
57
 
 
 
21
13
52,3
 
 
 
15
7
39,1
 
 
 
12
4
25,6
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

La commune est située dans la zone géographique couverte par la station météorologique d'Apt, ce qui fait qu'elle est classée dans la zone d'influence du climat méditerranéen. Après une année 2007 caractérisée par une très faible pluviométrie, 435 mm d'eau en pays d'Apt, 2008 avec 1 202 mm, soit 2,8 fois plus, se place juste derrière l'année 1968. Quant à la moyenne des températures, elle augmente de 0,5°, l'hiver et le printemps ayant été très doux. Le temps pluvieux a affecté la durée de l'ensoleillement avec une centaine d'heures en dessous de la normale[4].

Mois Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures moyennes (°C) 6,9 7,7 8,7 11,9 17,2 20,5 22,7 22,4 17,9 13,8 8,3 4,6 13,6
Températures normales (°C) 5,1 6,3 8,9 11,4 15,7 19,0 22,3 22,3 18,5 13,8 8,3 5,8 13,1
Écart avec la normale (°C) + 1,8 + 1,4 - 0,2 + 0,5 + 1,5 + 1,5 + 0,4 + 0,3 - 0,6 0 - 0,2 - 1,2 + 0,5
Hauteur mensuelle des précipitations (mm) 103 43 23 126 157 38 12 29 187 122 160 202 1 202
Précipitations normales (mm) 71 56 57 79 70 49 37 53 73 101 74 69 789
Écart avec la normale (mm) + 32 - 13 - 34 + 47 + 87 - 11 - 25 - 24 + 114 + 21 + 86 + 133 + 413
Source : Le Pays d'Apt, n° 191, février 2009 et station de référence météo : Apt (242m)

Cependant, de par son altitude, la majeure partie de son climat se rapproche plus d'un climat montagnard. On parle de climat alpin ou préalpin. Ainsi, le signal de Saint-Pierre a une température minimale moyenne annuelle entre 2 et °C et une température maximale moyenne annuelle entre 11,9 et 13 °C. La pluviométrie, quant à elle, est estimée entre 1 000 et 1 100 mm par an[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Stèle commémorative aux morts de la Première et de la Seconde Guerre mondiale.

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Cité pour la première fois au XIIIe siècle : Garda. Son premier seigneur connu appartient à la famille de Simiane. Au XIIe siècle, l’abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon y possédait trois églises, les églises castrales Gendonis et du lieu-dit Saint-Pierre (ou le Couvent), et l’église paroissiale, et percevaient les revenus qui y étaient attachés[6].

À la suite d'une alliance, les terres entrent dans le domaine du comté de Sault.

Renaissance[modifier | modifier le code]

Le 16 novembre 1626, Charles II de Créquy, duc de Lesdiguières, maréchal de France, devient co-seigneur du lieu.

Période moderne[modifier | modifier le code]

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Ce fut un haut lieu de Résistance durant la Seconde Guerre mondiale. Le , Fernand Jean, alias Junot, qui dirigeait depuis Apt, le département parachutage du département (SAP), accueillit ici, l'équipe Jedburgh qui venait d'être parachutée. Composée de trois officiers alliés (États-Unis, Grande-Bretagne et France) et dirigée par le colonel britannique Graham, elle fut dirigée vers le maquis Ventoux pour prendre contact avec le colonel Beyne[7].

Article détaillé : Maquis Ventoux.

En 1966, débuta la construction sur la commune d'une partie des installations du site stratégique militaire du plateau d'Albion.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armorial des communes de Vaucluse.
Lagarde-d'Apt

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

D'azur à la croix d'argent, coupé d'or au lévrier de sinople[8]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Élisabeth Murat Verts  

Fiscalité[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Lagarde-d'Apt en 2009[9]
Taxe part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 4,91 % 0,00 % 7,55 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 7,05 % 0,00 % 10,20 % 2,36 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 27,40 % 0,00 % 28,96 % 8,85 %
Taxe professionnelle (TP) 00,00 % 16,17 % 13,00 % 3,84 %

La part régionale de la taxe d'habitation n'est pas applicable.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[11],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 38 habitants, en augmentation de 2,7 % par rapport à 2009 (Vaucluse : 2,58 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
113 130 127 113 143 142 139 129 115
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
106 111 112 103 98 86 91 84 77
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
71 68 70 61 45 35 53 25 44
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
27 37 40 40 33 26 37 37 38
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église et mairie.
  • Chapelle Notre-Dame de Lamaron.
  • Observatoire astronomique Sirene[14] (SIlo REhabilité pour Nuits Étoilées) : installé sur une ancienne zone de lancement d'un missile stratégique nucléaire, l'observatoire propose des soirées d'observations étoilées pour tous.
  • Ancienne église, désormais annexe de la mairie.
  • Bistrot de Lagarde avec une exposition permanente extérieure sur le Soleil et son énergie, le biotope, le passé militaire et résistant de la commune et des plateaux en général.
  • Centrale photovoltaïque au sol, installée sur le même terrain que le bistrot.

Trois zones naturelles d'inventaire écologique faunistique et floristique » (ZNIEFF) touchent le territoire de la montagne. Une de type 2 : « Monts de Vaucluse » et deux de type 1 : la zone « sud-est des Monts de Vaucluse » qui couvre principalement son flanc sud et la zone « nord-est des Monts de Vaucluse » son flanc nord[15].

Économie[modifier | modifier le code]

Champ de lavande près du signal Saint-Pierre.

La richesse principale de la commune vient de la culture de la lavande (pour environ 380 hectares). Il s'agit de la variété Lavandula angustifolia plus communément appelée « lavande vraie » ou encore « lavande fine ». La seule commune de Lagarde-d’Apt concentre 10 % de la production française de lavande fine[16]. La commune compte deux distilleries.

La commune produit des vins qui ne sont pas en appellation d'origine contrôlée ; ils peuvent revendiquer, après agrément, le label vin de pays d'Aigues[17].

Commerce[modifier | modifier le code]

Le bistrot de Lagarde, qui porte le label Bistrot de Pays[18], adhère à une charte dont le but est de « contribuer à la conservation et à l’animation du tissu économique et social en milieu rural par le maintien d’un lieu de vie du village »[19].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.mairie.biz/carte-lagarde-d-apt-84400.html
  2. « Populations légales 2010 de la commune », INSEE
  3. Zonage sismique règlementaire de la France, classement des cantons (découpage fin 1989) de la région PACA, page 48
  4. Roland Sautel, Le Pays d'Apt, n° 191, février 2009, p. 13.
  5. Parc naturel régional du Luberon - La climatologie
  6. Guy Barruol, Michèle Bois, Yann Codou, Marie-Pierre Estienne, Élizabeth Sauze, « Liste des établissements religieux relevant de l’abbaye Saint-André du Xe au XIIIe siècle », in Guy Barruol, Roseline Bacon et Alain Gérard (directeurs de publication), L’abbaye de Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, histoire, archéologie, rayonnement, Actes du colloque interrégional tenu en 1999 à l'occasion du millénaire de la fondation de l'abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, Éd. Alpes de Lumières, Cahiers de Salagon no 4, Mane, 2001, 448 p. (ISSN 1254-9371), (ISBN 2-906162-54-X), p 219
  7. Aimé Autrand, op. cit., p. 105.
  8. Armorial des communes du Vaucluse
  9. « Impôts locaux à Lagarde-d'Apt », taxes.com
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  14. L'Observatoire Astronomique Sirene
  15. http://www.atlas-parcduluberon.com/atlas/accueil_communes/index.asp?codeINSEE=84060
  16. Article sur le site de l'office de tourisme d'Apt
  17. Le label Vin de pays d'Aigues concerne les communes suivantes dans le département de Vaucluse : Ansouis, Apt, Auribeau, La Bastide-des-Jourdan, La Bastidonne, Les Beaumettes, Beaumont-de-Pertuis, Bonnieux, Buoux, Cabrières-d'Aigues, Cabrières-d'Avignon, Cadenet, Caseneuve, Castellet, Cavaillon, Cheval-Blanc, Cucuron, Gargas, Gignac, Gordes, Goult, Grambois, L'Isle-sur-la-Sorgue, Joucas, Lacoste, Lagarde-d'Apt, Lagnes, Lauris, Lioux, Lourmarin, Maubec, Ménerbes, Mérindol, Mirabeau, La Motte-d'Aigues, Murs, Oppède, Pertuis, Peypin-d'Aigues, Puget, Puyvert, Robion, Roussillon, Rustrel, Saignon, Saint-Martin-de-Castillon, Saint-Martin-de-la-Brasque, Saint-Pantaléon, Saint-Saturnin-d'Apt, Sannes, Saumane, Sivergues, Les Taillades, La Tour-d'Aigues, Vaugines, Viens, Villars, Villelaure, Vitrolles-en-Luberon.
  18. La charte Bistrot de Pays
  19. L'implantation des Bistrots de pays en France métropolitaine en 2010

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Aimé Autrand, Le département de Vaucluse de la défaite à la Libération (mai 1940-25 août 1944), Aubanel, Avignon, 1965,
  • Louis Coste (dir), La Résistance au pays d'Apt, de la Durance au Ventoux. Historique, Imprimerie Mistral, Cavaillon, 1982.
  • Robert Bailly, Dictionnaire des communes du Vaucluse, A. Barthélemy, Avignon, 1986, (ISBN 2903044279)
  • Fernand Jean, J'y étais. Récits inédits sur la Résistance au pays d'Apt, Publication de l’Association des Médaillés de la Résistance de Vaucluse, Imprimerie Mistral, Cavaillon, 1987.
  • Jules Courtet, Dictionnaire géographique, géologique, historique, archéologique et biographique du département du Vaucluse, Christian Lacour, Nîmes (réed.), 1997, (ISBN 284406051X)