Laetitia Shériff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Laetitia Shériff
Description de cette image, également commentée ci-après
Laetitia Shériff au festival Partie(s) de Campagne (juillet 2015)
Informations générales
Activité principale Musicienne
Activités annexes auteure/compositrice/interprète
Genre musical Rock indépendant
Instruments Guitare, guitare baryton, basse, synthétiseurs
Labels les disques wah wah, Fargo, Naïve, Yotanka, Impersonal Freedom
Site officiel https://laetitiasheriff.bandcamp.com

Laetitia Shériff est une musicienne rock française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élevée à Paris puis à Lille, elle commence à se produire en solo sur des textes de William Butler Yeats, poète qui lui a donné l'envie de chanter[1], puis se met à en écrire elle-même. Elle rencontre le guitariste Olivier Mellano (guitariste de Dominique A) avant d'être rejointe par le batteur Gaël Desbois (du groupe Mobiil). Elle s'installe à Rennes en 2003[2]Le trio enregistre en 2004 le premier album de Laetitia, Codification[3], dont tous les textes sont en anglais[4]. Ils partent ensuite pour une tournée qui les amène notamment au Printemps de Bourges et aux Vieilles Charrues.

En 2007, elle accompagne la compagnie de danse Hervé Koubi. Elle compose la musique du documentaire La communauté 28 d'Hélène Desplanques. Elle joue également comme bassiste dans le groupe Trunks.

Elle prépare, toujours avec Olivier Mellano et Gaël Desbois[5], un deuxième album lors d'une résidence à L'Antipode MJC en septembre 2007[6]. L'album sort en mai 2008 sous le titre Games over chez Fargo Records où elle a signé avec son groupe[2].

En juillet 2008, elle enregistre en solo guitare baryton et voix dans la chapelle St Jacques à Vendôme un LP qui paraîtra en 2010 en vinyle 9 titres (CD 13 titres inclus) chez Impersonal Freedom, le label de Thomas Poli.

En 2009, elle accompagne à la basse le chanteur et guitariste Piers Faccini, avec lequel elle part en tournée.

En 2012, elle enregistre le EP Where's my I.D ? qui sort en vinyle chez Impersonal Freedom. Elle joue de tous les instruments sur ce disque[7].

En 2014, elle publie un troisième album intitulé Pandemonium, Solace And Stars.[8] On y retrouve le batteur Nicolas Courret (du groupe Eiffel), le guitariste, claviériste Thomas Poli, et la violoniste Carla Pallone (membre de Mansfield.TYA). On note également la participation de Pete Simonelli ( membre du groupe américain Enablers) en introduction du titre Urbanism - After Goya. Suit une tournée qui amène le trio Shériff, Poli et Courret à jouer partout en France et notamment aux Eurockéennes de Belfort et aux Vieilles Charrues. Ils se produisent également en Belgique, Suisse, Allemagne, Canada[7].

Toujours en 2014, elle participe à l'ablum LUX du groupe EZ3kiel.

En août 2015, le trio enregistre un EP 5 titres au studio Black Box. Il sort le 30 octobre en vinyle chez Yotanka et Impersonal Freedom[7].

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L'écriture personnelle me faisait peur. J'ai commencé à chanter à travers sa poésie. Ça m'a libérée d'un silence qui aurait pu rester en moi. » Âme de rockeuse en liberté, Victor Hache, L'Humanité, 8 octobre 2004.
  2. a et b Laetitia Shériff, double jeu, Philippe Brochen, Libération, 17 juin 2008.
  3. Lætitia chérie, Gilles Renault, Libération, 28 avril 2004.
  4. Double ration d'émotion, Philippe Brochen, Libération, 14 octobre 2004.
  5. Laetitia Shériff - Games Over, Vincent Arquillière, Les Inrockuptibles, 15 juillet 2008.
  6. Blog de L'Antipode MJC
  7. a, b et c Laetitia Shériff - L'interview, À découvrir absolument, 22 octobre 2015.
  8. Laetitia Shériff : troisième album électrique et raffiné de la Française, Jérôme Provençal, Les Inrockuptibles, 5 novembre 2014.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]