Laetitia Avia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Laetitia Avia
Illustration.
Laetitia Avia en 2017.
Fonctions
Présidente du bureau exécutif et porte-parole de La République en marche
En fonction depuis le
(2 ans, 8 mois et 23 jours)
Prédécesseur Poste créé
Députée française
En fonction depuis le
(3 ans, 3 mois et 6 jours)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 8e de Paris
Législature XVe (Cinquième République)
Groupe politique LREM
Prédécesseur Sandrine Mazetier
Biographie
Date de naissance (34 ans)
Lieu de naissance Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis)
Nationalité française
Parti politique LREM
Profession avocate

Laetitia Avia, née le à Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), est une femme politique française.

En 2016, elle rejoint le parti En marche, lancé par Emmanuel Macron et devenu par la suite La République en marche (LREM) ; elle y exerce plusieurs fonctions, dont celles de porte-parole et de membre du bureau exécutif.

Élue députée dans la huitième circonscription de Paris lors des élections législatives de 2017, elle est co-rapporteuse du projet de loi de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice, et porte en 2019-2020 une proposition de loi contre les contenus haineux sur Internet, qui est adoptée par l’Assemblée nationale mais est en grande partie censurée par le Conseil constitutionnel.

Mise en cause pour l'agression d'un chauffeur de taxi en 2017, elle est trois ans plus tard accusée de comportements verbalement racistes, sexistes, homophobes et violents par cinq de ses anciens assistants parlementaires ainsi que d'avoir utilisé illégalement des moyens de l'Assemblée nationale pour faire campagne lors des élections municipales.

Situation personnelle[modifier | modifier le code]

Origines et famille[modifier | modifier le code]

Laetitia Avia naît et grandit en Seine-Saint-Denis, au sein d’une famille originaire du Togo[1]. Troisième d’une fratrie de quatre enfants — dont elle est la première née en France —, elle est la fille d'une sage-femme qui doit se reconvertir comme aide-soignante faute de reconnaissance de son diplôme, et d'un père fabricant de Minitel et chauffeur bagagiste en aéroport[1],[2].

Elle réside à Vincennes[3]. Elle est mariée à un ingénieur travaillant dans la construction de drones[1].

Formation[modifier | modifier le code]

Elle intègre Sciences Po Paris en 2003 via une convention éducation prioritaire, programme dont elle devient par la suite « ambassadrice »[1],[3]. Elle obtient en 2008 un master en droit économique avec une spécialité en droit et régulation des marchés[4]. Elle effectue également une partie de ses études au Canada, d'abord à Toronto[1] puis à Montréal et obtient un LLM en droit comparé de l’université McGill[2].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

En 2008, elle commence sa carrière de juriste au sein du cabinet Darrois Villey Maillot Brochier[4] : elle conseille alors de grands groupes français et internationaux dans leurs opérations de fusions-acquisitions[3][réf. à confirmer]. Elle est secrétaire générale de la commission Darrois sur les professions du droit[1],[5]. C’est à cette époque qu’elle rencontre Emmanuel Macron, rapporteur de cette commission, avec qui elle reste en contact régulier[1].

Elle prête serment comme avocate le au barreau de Paris[6].

En 2014, elle cofonde son propre cabinet baptisé A.P.E, spécialisé dans le contentieux des affaires, notamment en matière de droit commercial et boursier, qui travaille notamment avec des PME, TPE et dirigeants de société[2],[3]. Elle co-fonde APE Avocats[7],[8] en 2016 et participe à La Relève des Échos[9].

Parallèlement à ses activités d’avocate, elle enseigne depuis 2011 à l’école de droit de Sciences Po et, depuis 2015, à l’école de droit pénal financier de l'université de Cergy-Pontoise.

En 2017, elle est l'invitée d'honneur de la remise des diplômes de Sciences Po[10].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Cadre de LREM[modifier | modifier le code]

En 2016, elle rejoint le mouvement En marche dès sa création[11]. Elle y exerce comme experte en matière de justice[12], puis comme référente départementale pour le Val-de-Marne[13],[14]. Elle intègre la commission nationale d'investiture du parti pour les élections législatives de 2017[1].

Depuis , elle est membre du bureau exécutif de LREM, chargée de la communication et porte-parole du parti[15].

Députée de la XVe législature[modifier | modifier le code]

Élection[modifier | modifier le code]

Elle fait partie des 14 premiers candidats sélectionnés par En marche pour les élections législatives de 2017[3]. Elle est élue députée de la 8e circonscription de Paris à l’issue du second tour avec 64,6% des voix, succédant à Sandrine Mazetier.

Le , lors de son discours de politique générale, le Premier ministre Édouard Philippe rend en introduction hommage à la diversité de la nouvelle assemblée, évoquant sans les nommer plusieurs députés, en commençant par Laetitia Avia dont il salue le parcours et la réussite comme « le produit de son travail, de sa ténacité » et comme le résultat « d'un modèle de politique publique »[16].

Activité législative[modifier | modifier le code]

Lutte contre le harcèlement et les discriminations[modifier | modifier le code]

En , dans le cadre de la préparation d'un projet de loi contre les violences sexuelles et sexistes, Laetitia Avia est désignée membre du groupe de travail sur la verbalisation du « harcèlement de rue » qui remet son rapport le à Gérard Collomb, Nicole Belloubet et Marlène Schiappa : celui-ci recommande la mise en place d'une amende à 90 euros concernant les harcèlements commis dans l'ensemble de l'espace public[17],[18],[19].

Le , elle propose une loi contre la « glottophobie » suite aux propos de Jean-Luc Mélenchon envers une journaliste toulousaine[20]. Révélant en avoir elle-même été victime[21], elle invite les pouvoirs publics à prendre conscience de cette discrimination ordinaire[22].

Projet de loi de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice[modifier | modifier le code]

En , elle est nommée co-rapporteure, avec Didier Paris, du projet de loi de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice, sa mission portant « sur les aspects de procédure civile et administrative ainsi que d'organisation territoriale » avec comme objectifs « la lisibilité et la simplification des procédures » et en particulier « un recentrage du juge sur le cœur de sa mission : trancher les litiges »[23],[24].

Les relations sont tendues entre les deux co-rapporteurs et les institutions représentatives des avocats : celles-ci lancent une pétition en ligne, adressée au président de la République, « pour lui demander d’arrêter le processus parlementaire concernant la loi de programmation pour la justice afin de laisser les Français débattre de l’avenir de leur justice, comme de celui des autres services publics »[23],[25]. Laetitia Avia s'attire également l'hostilité des avocats en faisant voter en commission des Lois un amendement — ensuite retiré — portant de deux à cinq le nombre de régions amenées à expérimenter la spécialisation de certaines cours d’appel, interprété comme le signe de la volonté des pouvoirs publics de lancer une réforme de la carte judiciaire qui ne dirait pas son nom, ou encore en ironisant sur le lancement par le Conseil national des barreaux de sa plateforme de médiation en ligne[26]. En , elle est sifflée lors de l’assemblée générale de la Conférence des bâtonniers[26].

Lutte contre la « haine » sur Internet[modifier | modifier le code]

Le le Premier ministre lui confie, ainsi qu’à Karim Amellal et Gil Taieb, une mission relative à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme sur Internet[27].

Le , elle remet au Premier Ministre son « rapport visant à renforcer la lutte contre le racisme et l'antisémitisme sur internet », dont elle est co-rédactrice. Celui-ci vise « à répondre à la prolifération des contenus haineux sur Internet par des solutions opérationnelles, concrètes, immédiatement applicables et conformes à la liberté d'expression[28]. »

Le , à l'occasion du dîner organisé par le Conseil représentatif des institutions juives de France, Emmanuel Macron annonce que dans la continuité du rapport de , Laetitia Avia déposera en , une proposition de loi visant à lutter contre la haine sur internet[29]. Après le rapport du , elle défend le une proposition de loi régulant les réseaux sociaux sur internet et plaçant les prestataires face à leurs responsabilités. Ce projet est vivement contesté par certains opposants, qui le comparent à une promotion de la censure[30]. Le texte adopté par les députés est critiqué au Sénat, le rapporteur de la commission des Lois du Sénat, Christophe-André Frassa, dénonçant un volet pénal au cœur du dispositif « inabouti et porteur de risques pratiques et juridiques »[31]. Le texte est adopté le 13 mai 2020 et suscite de nombreuses réserves[32].

Le 18 juin 2020, le Conseil constitutionnel censure son texte contre « la haine en ligne »[33]. Il juge notamment que plusieurs dispositions constituent une « une atteinte à la liberté d'expression »[34].

Candidatures au sein du groupe LREM[modifier | modifier le code]

En , après la désignation de Richard Ferrand comme candidat du groupe LREM pour la présidence de l'Assemblée nationale, elle se porte candidate à la présidence du groupe LREM. Elle se présente alors comme n'étant « ni de gauche ni de droite », et affirme que son « positionnement » est « avant tout celui d’une “marcheuse” »[35]. Elle est éliminée au premier tour de scrutin, arrivant en 4e position sur 7 candidats avec 39 voix[36].

En , à l'occasion de la remise en jeu des postes au sein du groupe LREM, elle se porte candidate à la présidence de la commission des Lois[37]. Elle est battue au second tour de scrutin par la présidente sortante, Yaël Braun-Pivet[38].

Élections municipales de 2020 à Paris[modifier | modifier le code]

En vue des élections municipales de 2020 à Paris, elle organise une pré-campagne pour convaincre l'appareil de LREM de choisir la militante Christine Mounau comme tête de liste dans le 12e arrondissement[39]. Sandrine Mazetier, qu’elle avait battue lors des élections législatives de 2017, est finalement investie tête de liste[40]. Laetitia Avia est quant à elle investie en troisième position sur la liste LREM de cet arrondissement en février 2020 (pour le premier tour), puis en 29e position en mai 2020 (entre les deux tours)[39].

Ligne politique[modifier | modifier le code]

Elle indique avoir voté pour François Bayrou lors de l'élection présidentielle de 2007, et pour François Hollande lors de celle de 2012[1]. Selon Libération qui lui consacre un portrait en 2017, elle « se dit ravie de ne plus avoir à choisir entre droite et gauche » avec l'avènement de LREM[1]. Le journal ajoute que « ses modèles sont anglo-saxons, libéraux et, à ses yeux, presque apolitiques », à savoir Condoleezza Rice et Sheryl Sandberg, numéro 2 de Facebook[1]. Elle se dit féministe[1].

Au sein du groupe LREM, elle appartient au « courant libéral » sur le sujet de la laïcité[41],[42]. Elle s'oppose à la proposition d'interdire aux femmes voilées d'être accompagnatrices scolaires, soutenue par Jean-Michel Blanquer[43].

Engagements associatifs[modifier | modifier le code]

Elle est « membre de plusieurs groupes de réseautage rassemblant les élites de la diversité », dont le Club XXIe siècle[1] et l’African Business Lawyers Club[3]. Elle est aussi ambassadrice du projet « Elles votent », qui célébrait le 70e anniversaire du droit de vote des femmes[3].

Controverses[modifier | modifier le code]

Altercation avec un chauffeur de taxi[modifier | modifier le code]

Le Canard enchaîné du révèle que Laetitia Avia a eu, le , à Saint-Mandé, une altercation avec un chauffeur de taxi. Le chauffeur accuse la députée de l'avoir mordu à l'épaule à la suite d'un différend lié au paiement de la course. La députée voulait régler par carte bancaire, mais, évoquant un terminal hors service, le chauffeur a voulu la conduire à un distributeur de billets pour qu'elle paye en espèces, ce qu'elle a refusé. Toujours d'après Le Canard enchaîné, Laetitia Avia a reconnu devant les policiers avoir mordu le chauffeur[44],[45].

Accusations de sexisme, d'homophobie et de harcèlement au travail[modifier | modifier le code]

Le journaliste David Perrotin publie le 12 mai 2020 dans un article sur Mediapart des témoignages provenant de cinq ex-assistants parlementaires de Laetitia Avia. Y sont décrits des humiliations et du harcèlement professionnel ainsi que des faits de racisme, de sexisme, d'homophobie. Les autres assistants parlementaires contactés par Mediapart n'ont pas souhaité s'exprimer, excepté l'une de ces personnes, qui a témoigné d'une collaboration qui s'est globalement bien passée avec Laetitia Avia[46]. L'article est publié la veille du vote définitif de la proposition de loi contre les contenus haineux.

Les cinq ex-assistants qui reprochent à Laetitia Avia des humiliations quotidiennes au travail se sont résolus à contacter la presse après une série d'alertes internes restées lettres mortes du côté de la déontologue de l'Assemblée nationale, Agnès Roblot-Troizier, qui aurait été saisie au moins six fois sur le cas de la députée. Les documents obtenus par Mediapart contiennent notamment des captures d'écran de conversations privées, dans lesquels la députée tient des propos tels que : « On a voté l'amendement des pd », « Tu es un faux Chinois, tu ne maîtrises pas Mac », désignant un de ses collaborateurs comme « le Chinois », « Ça sent le Chinois. »[46]. Dans un autre échange, on y trouve la déclaration suivante : « C’est ma copine [mais] elle communique très mal sur ce qu’elle fait. C’est ce qu’il se passe quand tu mets un gay à la com’ ». Toujours selon ses anciens assistants, la députée insulte souvent, en privé, les députées qu’elle n’aime pas, les traitant de « putes », nourrissant de nombreuses remarques sur leur physique[46]. La députée serait aussi une habituée des humiliations devant d'autres parlementaires, réprimandant et dévalorisant ses collaborateurs publiquement dès que l'occasion s'y prête. Au cours du confinement lié à l'état d'urgence sanitaire provoqué par l'épidémie de Covid-19 en 2020, Libération, avait ainsi rapporté que Laetitia Avia avait demandé à son attachée parlementaire — personne à risque, atteinte d'une maladie chronique, en confinement dans le Gard — de revenir à Paris pour le télétravail. Avia assure ne l'avoir jamais « forcée ». La collaboratrice dénonce le mercredi à Mediapart une situation « injuste et irrationnelle »[47].

Les ex-collaborateurs reprochent également à la députée des tâches sans lien manifeste avec le travail d'assistant parlementaire, comme « brumiser ses jambes » ou « corriger ses copies [de] Sciences Po ». Ils lui reprochent également « de méprise[r] ses électeurs » et éviter au maximum le contact avec eux en les faisant recevoir par ses assistants parlementaires[46]. L'un de ses anciens collaborateurs entame un suivi psychologique qui fait état de « signes d’alerte d’une souffrance au travail », la psychologue faisant notamment part, dans une note, de son « inquiétude concernant des signes alarmants » : elle y mentionne une « “boule au ventre” en se levant le matin à l’idée de se rendre sur le lieu de travail, persistante, maintenant, tout au long de la journée, vécu d’humiliations et de menace, doubles injonctions rendant impossible un travail évalué positivement »[46]. Les anciens collaborateurs de la députée l'accusent par ailleurs de ne pas respecter le droit du travail: congés non payés, travail effectif débuté un mois avant la signature d'un contrat[46].

Laetitia Avia réfute le jour même ces accusations, parlant de « bouts de messages privés [...] tronqués, détournés et décontextualisés »[48]. Elle adresse « [ses] sincères excuses à tous ceux qui [ont] pu se sentir heurtés à la lecture de ces extraits » et indique son intention de déposer plainte pour diffamation[48],[49]. Le lendemain, Mediapart publie un enregistrement sonore issu de la messagerie Telegram, utilisée par la députée et ses collaborateurs, dans lequel Laetitia Avia distribue consignes et dossiers à ses assistants, affirmant qu'elle préfère transférer certains sujets de l'un d'entre eux à un autre car « *** n'étant vraiment, malgré ses origines, pas le meilleur sur les sujets informatiques »[50]. Un ancien collaborateur parlementaire de LREM confie par ailleurs à BFMTV que la situation était loin d'être inconnue au sein de LREM affirmant : « Je mentirais si je disais que je tombe des nues. Les collaborateurs ont alerté tout le monde, personne n’a rien fait. L’omerta a encore de beaux jours devant elle… » Une autre ajoute qu'entre collaborateurs harcelés, ils ont l'habitude de se dire qu'ils ne vont pas en parler au président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, estimant que « ça le saoule »[51].

Par la suite, plusieurs anciens collaborateurs parlementaires de la députée décident de déposer plainte contre elle[52].

Tentatives de caviardage de son article Wikipédia[modifier | modifier le code]

De 2017 à 2019, Laetitia Avia aurait tenté de faire modifier l'article Wikipédia qui lui est consacré pour faire disparaître des informations gênantes. Ainsi, après son altercation avec un chauffeur de taxi, la députée écrit à son équipe : « Wikipedia, il y a plusieurs choses à faire. Il faut prendre le contrôle sur cette page. Il ne suffit pas juste de supprimer le paragraphe sur Le Canard enchaîné, il faut le réécrire de toute façon et le sourcer quand on le réécrit[46],[53]. » Derrière les adresses IP des auteurs de certaines de ces modifications, se trouvent des ordinateurs de l'Assemblée nationale[53],[54].

Utilisation des ressources de l’Assemblée pour une campagne municipale[modifier | modifier le code]

Le , Mediapart, s'appuyant sur « de nombreux documents », rapporte que Laetitia Avia aurait fait travailler au moins deux de ses assistants parlementaires sur la campagne des élections municipales de 2020 dans le 12e arrondissement de Paris, liste sur laquelle elle est candidate, alors que le code électoral interdit à un député de faire travailler ses assistants parlementaires pour des tâches qui ne concernent pas le mandat législatif[39]. Elle aurait en outre organisé une ou plusieurs réunions consacrées à ce scrutin local dans sa permanence parlementaire[55],[56]. Si la députée dément ces accusations, Aurélien Véron et Valérie Montandon (têtes de listes LR respectivement dans l'arrondissement Paris Centre et dans le 12e arrondissement) saisissent la justice et déposent une plainte à son encontre[57].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l et m Guillaume Gendron, « Laetitia Avia, macronista », Libération,‎ (lire en ligne)
  2. a b et c Pauline Pellissier, « Qui est Laetitia Avia, députée LREM chargée de porter la loi contre l'antisémitisme ? », sur grazia.fr, (consulté le 12 décembre 2019).
  3. a b c d e f et g « 10 choses à savoir sur Laetitia Avia, la députée citée en exemple par Édouard Philippe », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le 19 septembre 2017).
  4. a et b « Qui est Laetitia Avia, la député LREM longuement saluée par Edouard Philippe pendant son discours ? », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le 19 septembre 2017).
  5. « Rapport de la Commission Darrois », sur justice.gouv.fr.
  6. « Annuaire », sur Avocats de Paris (consulté le 14 décembre 2018)
  7. « Résolution des conflits : création d’APE Avocats (LJA, 29 avril 2016) », sur ape-avocats.com (consulté le 23 novembre 2017).
  8. « Adrien Perrot et Laetitia Avia fondent APE Avocats (Décideurs, 27 avril 2016) », sur ape-avocats.com (consulté le 23 novembre 2017).
  9. « Laetitia Avia : "Je vais assister à ma première conférence de rédaction" », sur videos.lesechos.fr (consulté le 23 novembre 2017).
  10. « Remise des diplômes 2017 : des invités exceptionnels », sur Sciences Po (consulté le 5 septembre 2018).
  11. « Qui est Laetitia Avia, la députée à qui Edouard Philippe a rendu hommage ? », leparisien.fr,‎ 2017-07-04cest16:22:20+02:00 (lire en ligne, consulté le 19 septembre 2017).
  12. « Laetitia Avia, l'avocate originaire du "9-3" entre à l'Assemblée comme élue de Paris », sur www.20minutes.fr (consulté le 19 septembre 2017).
  13. « Première réunion publique d'« En marche » dans le 94 », sur leparisien.fr, (consulté le 19 juin 2020).
  14. « Laetitia Avia, première candidate à la tête du groupe LREM à l'Assemblée », sur lepoint.fr, (consulté le 19 juin 2020).
  15. « Castaner, à la tête de La République en marche, se veut "un animateur, un facilitateur" », leparisien.fr,‎ 2017-11-18cet12:07:32+01:00 (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2017).
  16. « La belle surprise de Laetitia Avia, la députée de Paris mise en lumière par Édouard Philippe », France Bleu, 4 juillet 2017.
  17. Iris Ouedraogo, « Harcèlement de rue : un rapport recommande une amende à 90 euros », sur lejdd.fr, (consulté le 12 décembre 2019).
  18. « Rapport du groupe de travail “verbalisation du harcèlement de rue” », sur le site du Secrétariat d'Etat chargé de l'égalité entre les femmes et les hommes (consulté le 5 septembre 2018).
  19. « Marlène Schiappa annonce la constitution du groupe de travail «verbalisation du harcèlement de rue» », sur le site du Secrétariat d'Etat chargé de l'égalité entre les femmes et les hommes (consulté le 5 septembre 2018).
  20. Voir sur leparisien.fr.
  21. « Moi aussi j'ai corrigé mon accent dit "de banlieue" », sur lexpress.fr, (consulté le 19 octobre 2018).
  22. « «Glottophobie» : quand les accents excluent », sur leparisien.fr, (consulté le 21 octobre 2018).
  23. a et b « Laetitia Avia - « Il faut simplifier les procédures pour une justice plus efficace ! » », sur Affiches parisiennes.com, (consulté le 12 décembre 2019).
  24. Assemblée Nationale, « Justice : loi de programmation 2018-2022 et de réforme », sur Assemblée nationale (consulté le 12 avril 2019).
  25. « Réforme de la justice : une pétition pour suspendre le processus parlementaire », sur gazette-du-palais.fr, (consulté le 12 décembre 2019).
  26. a et b Laurence Garnerie, « Réforme de la justice : les avocats condamnés au dialogue ? », sur gazette-du-palais.fr, (consulté le 12 décembre 2019).
  27. Julien Lausson, « Le gouvernement lance une mission contre le racisme et l’antisémitisme sur Internet », Numerama,‎ (lire en ligne, consulté le 5 septembre 2018).
  28. « Rapport visant à renforcer la lutte contre le racisme et l'antisémitisme sur internet », sur Gouvernement.fr (consulté le 15 avril 2019).
  29. Le JDD, « Antisémitisme : ce qu’il faut retenir du discours d’Emmanuel Macron devant le Crif », sur lejdd.fr (consulté le 12 avril 2019).
  30. Voir sur boursedirect.fr.
  31. Haine en ligne. Les sénateurs suppriment la mesure phare du texte voté par les députés, ouest-france.fr, 11 décembre 2019
  32. Julien Lausson, « Très contestée, la « loi Avia » contre la cyberhaine devient réalité », sur Numerama, (consulté le 14 mai 2020)
  33. Martin Untersinger, Alexandre Piquard, « La disposition phare de la loi Avia contre la haine en ligne censurée par le Conseil constitutionnel », Le Monde, Paris,‎ (ISSN 0395-2037, OCLC 1758539, lire en ligne)
  34. Luc Lenoir, « Le Conseil constitutionnel censure la loi Avia contre la haine en ligne », Le Figaro, Paris,‎ (ISSN 1241-1248, e-ISSN 0182-5852, OCLC 473539292, lire en ligne)
  35. « Laetitia Avia : “Je suis candidate à la présidence du groupe LRM de l’Assemblée” », sur lemonde.fr, (consulté le 11 septembre 2018).
  36. Mathilde Siraud, « Gilles Le Gendre succède à Richard Ferrand à la tête des députés LaREM », sur lefigaro.fr, 18 septembre 2018.
  37. Samuel Le Goff, « Un imprévisible chamboule-tout au groupe LRM », sur contexte.com, (consulté le 17 juillet 2019).
  38. Clément Pétreault et Erwan Bruckert, « Renouvellement des postes à l'Assemblée : tout ça pour ça ! », sur lepoint.fr, (consulté le 25 juillet 2019).
  39. a b et c David Perrotin, « Des assistants parlementaires ont travaillé pour la campagne municipale LREM à Paris », sur mediapart.fr, (consulté le 22 juin 2020)
  40. Nicolas Berrod, « Municipales à Paris : Laetitia Avia sera sur la liste de… son ex-adversaire aux législatives en 2017 », sur leparisien.fr, (consulté le 6 février 2020).
  41. Louis Nadau, « Schiappa contre Taché : ce serre-tête qui coupe LREM en deux camps opposés sur la laïcité et le voile », (consulté le 11 mars 2019).
  42. Alexandre Lemarié, « Des députés La République en marche s’attellent au sujet de l’islam de France », sur lemonde.fr, (consulté le 24 novembre 2018).
  43. Manuel Jardinaud, « Voile: Blanquer perturbe une majorité sans doctrine », sur Mediapart, (consulté le 20 octobre 2019).
  44. Le Point.fr, « La députée LREM Laetitia Avia accusée d'avoir mordu un chauffeur de taxi », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 23 septembre 2017).
  45. « Un chauffeur de taxi accuse Laëtitia Avia, une députée LREM, de l’avoir mordu », sur 20minutes.fr, (consulté le 13 mai 2020)
  46. a b c d e f et g David Perrotin, « Laetitia Avia, la députée LREM qui horrifie ses assistants », sur Mediapart (consulté le 12 mai 2020)
  47. Pierre Lepelletier, « Confinement : une députée LREM accusée de vouloir rapatrier de force sa collaboratrice à Paris », sur Le Figaro.fr, (consulté le 1er avril 2020).
  48. a et b « Accusée de harcèlement, d'humiliations et de racisme, la députée Laetitia Avia annonce qu'elle va porter plainte pour diffamation », sur France Info, (consulté le 13 mai 2020).
  49. « Politique. Humiliations, homophobie : la députée Laetitia Avia mise en cause par d'ex-collaborateurs », sur www.dna.fr (consulté le 12 mai 2020)
  50. David Perrotin, « La défense de Laetitia Avia fait pschitt », sur Mediapart (consulté le 14 mai 2020)
  51. BFMTV, « « Personne n'a rien fait »: des ex-collaborateurs de Laetitia Avia regrettent l'inaction de l'Assemblée face à leurs accusations de harcèlement », sur BFMTV (consulté le 14 mai 2020)
  52. BFMTV, « Affaire Laetitia Avia: les ex-collaborateurs de la députée portent plainte contre elle », sur BFMTV (consulté le 18 mai 2020)
  53. a et b « Comment Laetitia Avia a tenté de caviarder sa fiche Wikipedia », sur lesnumeriques.com, (consulté le 13 mai 2020)
  54. « Modifier sa page Wikipédia, un sport de député », sur www.arretsurimages.net, (consulté le 19 mai 2020)
  55. « Municipales : Laetitia Avia a illégalement utilisé des ressources parlementaires pour la campagne », sur Valeurs actuelles (consulté le 23 juin 2020)
  56. « Municipales à Paris : Laetitia Avia, accusée d’utiliser des ressources parlementaires, visée par une plainte », sur leparisien.fr, (consulté le 23 juin 2020)
  57. « Municipales à Paris : Laetitia Avia, accusée d’utiliser des ressources parlementaires, visée par une plainte », Le Parisien,‎ (ISSN 0767-3558, OCLC 436625044, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]